Bon anniversaire, Mademoiselle Mercedes !


La mythique 300 SL est encore restaurée pièce par pièce dans le "Classic Center" de Mercedes à Stuttgart. Ph. Charles Dharapak. (AP).

Il y a 125 ans, le 29 janvier 1886, Karl Benz faisait breveter à Berlin son fameux tricycle à moteur à essence.

Un aller-retour en ce début de semaine l’a confirmé, si besoin en était: Stuttgart, la ville de Mercedes (mais aussi de Porsche, de Bosch et de beaucoup de sous-traitants automobiles) est en effervescence à la veille d’un 125e anniversaire qui sera célébré ce samedi en présence de 1.300 invités et de la chancelière allemande Angela Merkel.

Le brevet déposé par Karl Benz est considéré comme l’acte de naissance de l’auto.La même année,  Gottlieb Daimler installe une première usine près de Stuttgart et  présente sa calèche à moteur qui, avec le fameux tricycle – des reproductions sont encore en vente au prix de 66.000 euros-  sont les deux pièces emblématiques du  musée Mercedes. Au même titre que l’étoile à trois branches rappelant, à l’origine, l’utilisation du moteur sur terre, sur l’eau mais aussi dans les airs où il permettait de mouvoir les dirigeables Zeppelin. Du premier moteur à 4 cylindres de Wilhelm Maybach à la course Paris-Rouen dominée par les voitures à moteur Daimler via le premier bus Benz et le  premier camion Daimler, on en arrive à la naissance en 1900 de la première voiture livrée à Emil Jellinek dont la fille s’appelait Mercedes…

L’histoire de la marque, on peut la découvrir dans le nouveau musée inauguré en 1996 dont l’architecture « à la Guggenheim » permet de disposer les objets dans un espace ouvert sur l’environnement  – y compris un axe routier  qui le longe- et intégré dans l’histoire du monde. Le goût de la perfection est poussé jusqu’au choix des sons, des jeux de lumières et de  la décoration des différentes époques, de l’éclairage art nouveau au sky longtemps très prisé,  jusqu’au coin café où on retrouve de confortables accoudoirs amovibles des berlines de luxe. Un nouveau hall consacré à la technologie du passé et  surtout du futur  sera accessible à partir de la semaine prochaine.

Mais pour sentir l’âme de Mercedes, il faut rejoindre le « Classic Center » où sont restaurés pièce par pièce des modèles fameux dont la fameuse 300 SL à portes papillon des années 50, les « Flèches d’argent » ou les 600 Landaulet encore prisées par des chefs d’Etat. Mieux encore: dans un autre local discret  parce qu’impossible à assurer, de multiples trésors  sous bâche, aux formes et aux matériaux les plus inattendus, attendent de renaître à une nouvelle vie. Plus de voitures et d’histoires qu’il n’en faut pour alimenter une prochaine « chronique passion ».

Dans l’immédiat, bon anniversaire Mademoiselle Mercedes!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s