Le design, c’est du belge: Dirk Van Braeckel (Bentley)


A près de 53 ans, Dirk Van Braeckel a une longue carrière, de Skoda à… Bentley où il dirige depuis 1999 le département design mais aussi concept.

Le jeune Dirk Van Braeckel se voyait bien pilote automobile. La vie en a décidé autrement. Après des études d’électronique qui l’ont conduit à travailler comme technicien dans sa ville natale (Deinze), il s’est beaucoup impliqué pour son plaisir dans la réalisation de maquettes, dont une Ligier F1 qui comportait 700 pièces pour le seul moteur! Apprenant que Ford Cologne cherchait des maquettistes, il s’y est présenté avec deux de ses oeuvres dans des boîtes à chaussures… et a été engagé. Ford lui permettra de perfectionner sa technique du dessin et de poursuivre ses études au Royal College of Art de Londres. Puis une opportunité se présentera chez Audi, une des marques du groupe VW où il a fait toute sa carrière. Non sans un passage surprenant de la direction du design Skoda à celle de Bentley. S’il dut affronter à cette occasion  la presse anglaise qui voyait mal comment on pouvait dessiner une Bentley comme une VW ou une Skoda, la Continental GT fit taire les critiques. C’est ce modèle, le plus vendu de toute l’histoire de Bentley, qui a permis d’identifier la marque après sa séparation avec Rolls-Royce.

Paroles de Dirk Van Braeckel (Extraits de « Belgian Designers, Bart Lenaerts et Lies De Mol, http://www.belgiandesigners.be):

« Lorsque le groupe VW a repris Bentley en 1999, j’ai été envoyé en Angleterre. Je passais d’un extrême à l’autre. A bien y regarder, il y avait pourtant des traits communs: Bentley avait un nom solide connu dans le monde entier, mais l’usine était vieillotte, le portofolio maigre et le chiffre d’affaires peu prometteur ».

« La Continental GT doit notamment son succès à sa conception rapide et à l’enthousiasme d’une petite équipe que nous avons communiqué à la clientèle. Cette spontanéité compte beaucoup pour une voiture de sport. Un dessin solide ne devient pas meilleur parce que vous le remaniez sans fin. En design automobile, c’est pareil: vous risquez de faire pire que mieux et obtenir au bout du compte un modèle statique, sans émotion. »

« De plus en plus de gens considèrent la Continental GT comme une icône. Comme la Porsche 911. Le design de base est si puissant que nous ne pouvons que le laisser évoluer. Faire évoluer ainsi une révolution représente ainsi un terrible exercice d’équilibre ».


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s