La nostalgie a dopé les « Legend Boucles de Spa »


La nostalgie, ça marche:  anciennes vedettes du sport automobile et spectateurs de tous âges se sont bousculés ce week-end aux « Legend Boucles de Spa » dans une ambiance magique.

Le spectacle était à la fois comique et émouvant: samedi en fin d’après-midi, dans le parc de regroupement des « Legend Boucles de Spa », quelques anciennes vedettes  du sport automobile et non des moindres –  Patrick Tambay, ex-pilote Ferrari en F.1, Rauno Aaltonen au volant de la Mini qu’il mena à la victoire lors du Monte-Carlo 1967, les champions du monde  des rallyes Stig Blomqvist et Bjorn Waldegaard- tentaient parfois non sans mal de s’extraire de leur voiture protégée par d’encombrants arceaux de protection. A 60, 70 ans ou plus, leur tour de taille, il est vrai,  a pris quelques centimètres mais l’enthousiasme de ces champions était intact, doublé de la décontraction qui sied à leur âge. Deux heures plus tôt, une foule de passionnés avaient rejoint, sur les hauteurs de la ville d’eaux, l’étape mythique de La Clementine  tracée au milieu des bois. Ils y étaient venus presqu’en pélérinage, connaissant les difficultés rencontrées par l’organisateur pour arracher, peut-être pour la dernière fois, l’autorisation de disputer une compétition en forêt. Qui se souvient encore qu’à une autre époque, le rallye local s’appelait les « Boucles de Spa Monopole », du nom de la société captant l’eau dans toute la région? Impensable aujourd’hui!

Plus dans l’air du temps, les rallyes automobiles?On pourrait le penser sur base d’un langage politiquement correct – le même qui laisse à penser que le  respect strict des limitations de vitesse grâce à la multiplication des radars va résoudre tous les problèmes de sécurité-  mais pas après avoir repiqué au virus pour quelques heures et vu l’enthousiasme populaire. A l’heure du zapping télévisuel, des jeux vidéos sophistiqués, de l’indispensable adjuvant pour s’éclater en soirée et  des mini-trips au soleil pour 500 euros, des milliers de voitures avaient rejoint Spa pour un événement très local. Le long des routes, des enfants, parents et  grand-parents avaient accepté de parquer loin  d’un spectacle – gratuit! -, avant d’enfiler leurs bottes pour marcher jusqu’à l’un ou l’autre virage et applaudir des pilotes lançant dans de grands dérapages des voitures d’autrefois, sans assistance électronique et sans direction assistée.

L’objectif était le même pour les spectateurs et les concurrents: se faire plaisir: « j’ai bien abandonné trois fois dans la journée après avoir pris un fossé et endommagé le train avant, mais je veux aller jusqu’au bout, notait le quadruple vainqueur des 24 Heures de Francochamps, Eric van de Poele. Ces voitures sont géniales à conduire et le parcours est superbe, même on passe beaucoup de temps à attendre ».

Comment expliquer un tel succès? « Il y a eu un creux lié au règlement, explique Marc Duez. Les  voitures de rallye étaient devenus trop sophistiquées, aseptisées, privées de 4 roues motrices. Avec ces véhicules d’autrefois, le spectacle et le rêve sont de retour, en plus de la nostalgie d’une autre époque. Les parents reviennent, et emmènent leurs enfants ».

Les rallyes historiques actuels répondant à un règlement spécifique – moyenne horaire et temps précis à respecter entre deux contrôles- il n’ont plus rien à voir avec les rallyes de vitesse d’autrefois, mais qu’importe. Derrière l’équipage amateur et spécialiste de ce genre de compétition, Patrick Snyers , Waldegaard, Aaltonen, Blomqvist, Vatanen et les autres se sont d’abord amusés. Sans même devoir toujours s’occuper de sponsors qui parfois n’en étaient pas, à l’image des voitures arborant les logos  juste par souci d’authenticité: des Porsches aux couleurs de Belga devenu « Belge » ou du Martini Racing d’une autre époque.

Ce qui n’empêche les Boucles de Spa d’être une opération financière très rentable, grâce aux droits d’engagements payés par 365 équipages, à un généreux mécène… et à quelques sponsors et importateurs automobiles.

Fils du défunt promoteur des anciennes « Boucles de Spa », Pierre Delettre a de la suite dans les idées: après avoir senti l’engouement pour les rallyes historiques en 2006, il va se lancer dans un premier rallye pour « toutes les  voitures à énergie alternative ».

Publicités

2 réflexions sur “La nostalgie a dopé les « Legend Boucles de Spa »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s