Un Belge sur deux serait prêt à payer plus pour une voiture moins polluante


Selon un sondage réalisé pour la Commission européenne, un Belge sur deux est prêt à payer plus pour une voiture moins polluante. (Ph. Pierre-Yves Thiempont)

Opinion. Selon un sondage réalisé par la Commission européenne, la moitié des Belges, comme des Européens, sont prêts à payer plus pour une voiture moins polluante. Et si c’était vrai?

A priori, les chiffres sont encourageants pour la réduction de la pollution liée aux transports: selon un sondage Eurobaromètre réalisé par la Commission européenne et publié ce jeudi, la moitié des Belges (51%) et des Européens (53%) sont prêts à l’avenir à payer davantage pour acquérir une voiture moins polluante.

Menée en octobre dernier auprès de 25.000 personnes, dont un millier en Belgique,  cette enquête nous laisse sceptiques, pour autant bien sûr que les personnes interrogées soient toutes propriétaires d’une voiture. Sur base d’ informations recueilles lors du dernier Salon de Bruxelles, trois types de comportements apparaissent schématiquement à l’égard des voitures peu polluantes.

Le premier, très largement majoritaire, est constitué des « acheteurs de primes », c’est-à-dire des automobilistes qui privilégient systématiquement les modèles bénéficiant des primes fédérales liées aux rejets réduits de CO2. On leur doit globalement plus de 30% du marché mais aussi des reculs sensibles de  modèles japonais dépassant de quelques grammes les normes privilégiées: « quand le client peut gagner 2.000 euros en choisissant une concurrente européenne, on n’a pas d’arguments », reconnaît l’ importateur Mazda. Bref, seule l’addition finale rentre en ligne de compte.

Le Belge ne s’intéresse-t-il pas pour autant aux voitures peu polluantes? « Si, souligne Renault qui met l’accent sur l’énergie électrique, on a reçu beaucoup de demandes d’informations mais les achats éventuels concernent aujourd’hui les seules sociétés ». En clair, cette deuxième catégorie d’automobilistes est attirée par les technologies nouvelles mais elles sont actuellement hors de prix.

Troisième et dernière catégorie très minoritaire mais dont le poids économique n’est pas négligeable: les amateurs de modèles de luxe dits « premium » et très sensibles au plaisir de la conduite. Ils apprécient bien sûr les efforts des constructeurs pour réduire la consommation, tout comme l’image plus « verte » de certaines marques. « Mais ils ne choisissent pas pour autant les modèles les plus sobres », reconnaît-on chez BMW.

En résumé, constatent beaucoup de vendeurs, « le Belge a la tête près du bonnet et s’il choisit un modèle moins polluant, c’est à prix égal ou inférieur ».

Et puis, comme le rappelle un lecteur, il existe une frange importante d’acheteurs optant pour une seule voiture, familiale par définition,et qui en raison de son gabarit mécanique se situe en dehors des primes les plus alléchantes.

Autre surprise de ce sondage: deux Européens sur trois, et 63% des Belges, sont également prêts à ce que la vitesse de leur véhicule soit bridée dans le même but. A vrai dire, on attend de le voir pour le croire.

Plus réaliste selon nous: 66% des Européens, et 56% des Belges, pourraient  accepter une réduction de la taille (et donc du poids) de leur voiture pour réduire ces mêmes émissions. Ce phénomène est déjà en cours pour des raisons financières, notamment dans les véhicules de société, et l’évolution négative de la mobilité encourage cette approche que prépare activement les constructeurs « premium » en élargissant leur gamme vers le bas.  Même logique à propos des taxes: 53% des Européens (et même 60% des Belges) sont favorables à la substitution des taxes actuelles sur les voitures par de nouveaux régimes de tarification calculés au prorata de leur utilisation réelle.

Enfin, sans surprise, l’étude montre que les Belges, tout comme les Européens, restent largement attachés à leur voiture, jugée nettement plus pratique que les
transports en communs. Selon l’enquête, 61% des Belges (et 53% des Européens) ont aujourd’hui la voiture pour principal mode de transport, contre 17% les transports en
commun (27% des Européens).  Mais l’approche concernant la pollution vaut aussi, selon nous, pour les transports: lorsque ces derniers offrent un confort égal ou supérieur à un prix comparable, l’automobiliste n’hésite pas à basculer vers les transports en commun. Cela vaut par exemple  pour le métro ou les trains à grande vitesse.

Est-ce aussi votre avis? Donnez votre avis dans le sondage ci-joint.

Publicités

8 réflexions sur “Un Belge sur deux serait prêt à payer plus pour une voiture moins polluante

  1. Quand on voit le nombre de 4X4, de BMW, d’Audi, de Mercedes et autres monstres qui sont les saigneurs de nos routes, ne respectant ni vitesse ni la présence de l’autre qui respecte le code de la route, on peut se poser des questions quant à la véracité de ce sondage. Le Belge moyen est un » con « qui aime les grosses bagnoles et qui aime rouler vite donc polluer.

    J'aime

  2. Cela me fait sourire et pleurer.

    Primes ou pas, le test de consommation EU est surfait. D’ailleurs, d’après les tests US, nos « chères » consomment plus. La procédure du test fait sourire à la lecture: ex., mise en vitesse en ville pas loin de 30s pour atteindre la vitesse requise !
    Des limaces de ce genre n’existent pas dans nos villes. Il serait plus facile de taxer à la pompe plutôt que de donner des primes qui n’apportent rien.
    La taxation à la pompe fera changer les habitudes de conduite, d’achat, etc …
    Parce qu’un carburant cher fera réfléchir. Les autres méthodes n’apportent rien, y’a qu’à voir les Prius mener à la cravache !?
    Aucun contrôle, on donne un chèque et vogue la galère et tout le monde est content, mais on continue son petit bonhomme de chemin, sans remise en cause.

    Faites le test sur autoroute, à 100 km/h, tout le monde vous dépasse, à 110 idem !?

    Je m’arrête là.

    J'aime

  3. A vrai dire, ce sondage est plutôt…restrictif. Je suis un utilisateur d’auto, je regarde à acheter le moins polluant possible. Mon épouse a son auto. J’ai une moto. Pas vraiment l’écolo grand teint.
    Pour dire ceci : qu’importe que l’auto soit verte ou non. Nous roulons de plus en plus. Il y a de plus en plus d’autos par ménage, et au total.
    Ce « greenwahing » est destiné à nous donner bonne conscience. Polluer moins… pour rouler plus, c’est un bilan désastreux. Et payé par la société ! Primes, déductions fiscales et … gestion du territoire désastreux.
    Nous y voilà. On étale l’urbanisme, on espace les zonings commerciaux. Ensuite, on n’investit pas dans les seules alternatives envisageables dans des endroits denses, ou intercity : le transport en commun. Alors, puisqu’il n’y a pas d’alternative, quel choix nous reste t il ? L’auto, pardi. Alors, pourquoi investir dans le commun ?
    Ces articles sont assez pervers, si ils ne soulignent pas la contradiction systématique du discours. C’est finalement, du journalisme marketing à la solde d’un certain capitalisme destructeur.
    Je sais, cela fait bobo comunisss….
    Mais je ne le suis pas.

    Alain

    J'aime

    1. Journalisme marketing, dites-vous? En fait, je réagis simplement à ce sondage qui me laisse sceptique par rapport aux informations dont je dispose sur le marché et sur la manière dont les acheteurs choisissent leur véhicule. Je ne cautionne pas pour autant le système. Ceci dit, le débat élargi que vous proposez mérite bien sûr réflexion, y compris à propos d’un certain capitalisme destructeur. (YdP)

      J'aime

  4. La conclusion de cet article reflète l’évidence même. Pour l’instant, les transports en communs sont synonymes de:
    – prix élevés (même si avec l’augmentation des prix du carburant, il faut réfléchir)
    – retards
    – infrastructure insuffisante
    – insécurité (relative)
    – inconfort (pour l’utilisation comme pour les connexions)
    – grèves (pour de bonnes ou de mauvaises raisons, la majorité des gens pénalisés sont quand même des utilisateurs innocents)

    En contrepartie, une voiture par ménage reste indispensable pour aller faire des courses, chez le médecin, en vacances, etc. Donc la différence de coût par rapport aux transports en commun ne comprend plus qu’une partie du coût d’achat et plus du tout les taxes diverses, l’assurance, le parking, etc. Au total, les transports en commun sont donc une option réellement plus onéreuse.

    J'aime

  5. L’article parle de trois types de comportements : 1. le chasseur de prime et 3. les amateurs de modèles de luxe . Ou est le 2 ????
    Pour ma part, je viens de renouveler la seule auto de la famille et le choix fut celui du compromis entre la modularité, la qualité, la technologie et le prix. A eux seuls, ces critères ont déjà fameusement écrémé la production et parmi les possibilités restantes, pas de forte-en-prime, ni de super écolo…

    J'aime

    1. Le deuxième comportement est celui de personnes intéressées par des technologies nouvelles et plus propres (électricité par exemple) mais peu disposées à ce stade à en payer le prix énorme. Et je comprends bien sûr votre raisonnement à propos de la seule voiture familiale du ménage qui ne bénéficie pas de primes substantielles en fonction de son rejet de CO2 logiquement plus élevé eu égard à la mission imposée à la mécanique. (YdP)

      J'aime

  6. Les gens qui ont la possibilité et qui habitent près d’une station Cambio devraient vraiment favoriser cette alternative de transport http://www.cambio.be Mais je trouve franchement déplorable que Cambio soit si peu développé en Belgique et bien sûr comme par hasard en Wallonie, il suffit de regarder le Hainaut : une seule ville desservie : Mons ; Charleroi et Tournai qui sont pourtant les 2 autres grosses villes du Hainaut ne bénéficient même pas de ce service.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s