Les premières voitures électriques n’attendent plus que les clients


La Nissan Leaf est attendue en fin d'année en Belgique.

La Fébiac l’a précisé il y a quelques jours: en Belgique, on compte 80 véhicules électriques, dont 36 au nom de sociétés et 31 immatriculés au cours du premier trimestre. Des chiffres dérisoires, mais des constructeurs seront prêts en fin d’année à répondre à une demande éventuellement croissante.

« Le pétrole a gagné le premier duel avec l’électricité il y a un peu plus d’un siècle, le match retour a débuté! ». Utilisée la semaine dernière à Monaco par  Nissan , la formule précédait les premiers essais « presse » de la Leaf électrique dont le prix de vente en France, parallèlement à la location, a été fixé: 30.999 euros, prime gouvernementale réduite. En Belgique, la  commercialisation interviendra en fin d’année (1).

De Nissan à Renault via Citroën et Peugeot qui ont ouvert le bal avec les Ion et C-Zéro, les  modèles vont arriver sur le marché et les premiers achats attendus seront essentiellement utilitaires, de type Kangoo ou Berlingo, parallèlement à la commercialisation de quelques citadines et familiales ou à l’une ou l’autre expérience originale, de la très sportive Tesla à la 2 places Renault Twizzy a découvrir sous peu au volant, avant un lancement prévu à la mi-2012.

Après avoir pris en mains la Nissan Leaf sur quelques dizaines de kilomètres et parcouru les allées du  Salon « Ever Monaco » des véhicules écologiques, on sent plusieurs constructeurs , préparateurs et distributeurs prêts à entrer dans une phase concrète. Ainsi, l’Alliance Renault-Nissan a inauguré hier le  projet français Seine Aval Véhicule Électrique (SAVE) impliquant une centaine de Kangoo et Fluence électriques  et plus de 200 points de charge. Les premiers véhicules ont été livrés à des flottes, les premières bornes de recharge ont été installées chez les clients et le réseau commercial Renault est prêt. Le constructeur gère l’expérimentation, EDF participe au déploiement de l’infrastructure de charge et les deux partenaires vont étudier le  comportement des utilisateurs en partenariat avec Schneider Electric et Total. A lui seul, Nissan dit vouloir commercialiser à terme 500.000 Leaf mais, à l’inverse de Renault, n’envisage pas de système d’échanges de batterie. Les deux partenaires, qui produiront eux -mêmes les batteries garanties cinq ans ou 100.000 km, prévoient deux cycles de vie, le deuxième étant destiné à d’autres usages que la voiture avant de récupérer l’ion et le lithium.

Des options complémentaires sont aussi à l’étude ou déjà prêtes: un panneau solaire sur le toit pour alimenter les instruments de bord, un petit moteur thermique pour faire fonctionner le chauffage, des systèmes interactifs entre les voitures pour comparer leurs performances, ou des réglages à distance (climatisation ou chauffage, recharge à des heures précises pour bénéficier du meilleur prix de l’électricité) via un smartphone.

Si quelques constructeurs automobiles trépignent d’impatience, ile ne sont pas les seuls. Des petites sociétés ont aussi investi dans le déplacement durable sur deux roues. L’une d’elles, baptisée Clean Energy Planet et présente au Salon « Ever Monaco », a imaginé des infrastructures de charge et de parking sécurisés pour des vélos électriques et destinés aux collectivités et entreprises. Le système, très simple à l’usage, prévoit le blocage de la roue avant dans le boîtier de  recharge via des prises mâles et femelles. Gestion et réservation à distance se font via une borne activée par une carte magnétique. Ses concepteurs sont notamment en contact avec les autorités bruxelloises « pour éviter que les vélos actuels, loués dans le haut de la ville et laissés dans le bas de celle-ci, doivent être remontés en camion ».

Bref, sur deux ou quatre roues, on n’attend plus que client, et, à part l’annonce répétée de Renault-Nissan – « les véhicules électriques occuperont 10% du marché européen en 2020 »– personne n’ose formuler de prévisions à court terme, y compris en Belgique . S’il se produit, d’où viendra le déclic, en dehors du choix politique de la France, de la volonté affichée par le Portugal ou d’initiatives locales (l’électricité sera gratuite pendant deux ans à Amsterdam)? Il est impossible de dire aujourd’hui si le mouvement vers l’électricité va s’accélérer ou si,  comme le disent les autres constructeurs qui ne sont pas encore prêts,  « il faudra attendre au moins 2020 pour enregistrer les premières ventes significatives. » Etre un précurseur n’est pas sans risques, à l’image la petite citadine Reva électrique bien accueillie par les médias belges mais qui, comme le précise son site, n’a plus d’importateur dans notre pays.

(1) Lire dans la page « Routes » du « Soir » (8 avril) les premières impressions de conduite de la Nissan Leaf

Nissan Leaf

Tesla

Vélos

Tout savoir

Les futures voitures électriques

Les objectifs de Renault et de PSA

Publicités

7 réflexions sur “Les premières voitures électriques n’attendent plus que les clients

  1. De gros progrès sont encore a faire mais.. c’est un bon début…il faut dire que tout est prévu à terme, certains parkings s’équipent de bornes de rechargement, certaines sociétés aussi…Par contre, pourquoi les premiers modèles doivent toujours être aussi moches ?!.

    J'aime

  2. Le titre est un contresens : ce ne sont pas les voitures électriques qui attendent les clients, mais les clients potentiels qui attendent désespérément que les constructeurs daignent les vendre. Cela fait deux ans que je fais des pieds et des mains pour tenter d’en acheter pour moi-même et ma société, les portes restent fermées, les mails sans réponses, les délais sans cesse reculés. La Nissan, en pré-commande il y a un an : sold out (réannoncées pour une date indéterminee). La Peugeot 3008 Hybrid4 : limitée à 300 ex. Sold out. Prius Plug : vendue seulement aux administrations. SUV de BYD : l’importateur estime que le marché « n’est pas prêt ». Etc etc… Ce sont les constructeurs qui n’y croient pas eux-mêmes, et qui ont une fois de plus un petit zizi et une mauvaise perception du marché (comme pour les concepts qui sont chaque fois terriblement affadis une fois en production). Et je ne parle même pas des revendeurs, qui n’en ont pour la plupart même jamais entendu parler. Je vais donc racheter un bon gros diesel alors que j’étais disposé à dépenser beaucoup plus pour une électrique.

    J'aime

  3. Merci de votre réflexion, Monsieur Jacquemart. Le titre fait référence à la très grande prudence des constructeurs dans leurs prévisions de ventes de voitures électriques à court terme (voir ci-dessus en vidéo l’interview du vice-président de Nissan Europe). En revanche, il est incompréhensible que les importateurs et distributeurs ne soient pas plus attentifs aux propositions de clients comme vous susceptibles d’amorcer un mouvement. Je ne manquerai pas de répercuter votre dépit qui pourrait aussi inspirer un sondage auprès des marques concernées sur leur stratégie immédiate. A propos de la Leaf, l’importateur nous a confirmé récemment que le prix serait connu en mai en vue d’une commercialisation en fin d’année.

    J'aime

  4. @MichelM: oui, les hybrides sont plutôt chers, et certains ont un coffre plutôt réduit à cause des batteries. Mais venir dire que ce sont des jouets prouve que vous n’en avez jamais conduits, du moins pendant un certain laps de temps. Roulant en prius depuis 7 mois, je peux vous dire que je suis conquit et ne suis pas près de revenir au diesel. A la rigueur au LPG si les constructeurs ne supprimaient pas la garantie en cas d’installation.

    J'aime

  5. Les hybrides ?Mouais….
    Je me demande ce que consommerait une voiture ayant le même moteur que la Prius, mais qui, sans ces batteries volumineuses, bénéficierait d’un poids nettement inférieur et d’un meilleur aérodynamisme…..
    Je suis quasi certain que hors circulation urbaine, elle consommerait nettement moins, sans parler du prix d’achat….

    J'aime

  6. Chatgronchon: vos commentaires prouvent que vous ne connaissez pas les hybrides. Sachez que le moteur électrique ne fonctionne pas qu’en ville, mais peut atteindre une vitesse de 60 à 70 km/h compteur et aide aussi le moteur à essence sur route et sur autoroute, au moindre faux-plat, montée, demande de puissance, etc… Sachez aussi que la batteries d’une Prius pèsent 40 kg et que le poids n’influence en rien l’aérodynamisme. Pour votre info, la Prius 3 a un Cx de 0,25, soit un des meilleurs pour une voiture de série.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s