Rouler en circuit pour le plaisir, à Mettet et ailleurs


Découvrir le circuit de Mettet au volant de Seat sportives (Y. de P.)

Huit lecteurs du « Soir » ont participé samedi dernier à Mettet aux  « Seat Driving Days ». Rouler en circuit est la seule formule aujourd’hui pour réellement se faire plaisir au volant, avec des risques limités et en jaugeant les  limites d’une voiture… et les siennes.

Découvrir la conduite sportive au volant d’une Seat  Ibiza FR ou d’une Leon Cupra R ( 265 ch!) est une expérience peu banale si on n’est pas pilote. Mieux vaut le faire dans des circonstances idéales, par exemple sur un circuit disposant de dégagements suffisants et  en bénéficiant des conseils d’un vrai pilote. C’est le challenge qui a été proposé à huit lecteurs du « Soir », tirés au sort après avoir participé au concours « Seat Driving Days ».

Au programme, une petite balade dans la région pour découvrir un des modèles de la gamme espagnole et une initiation à la conduite sportive sur le  circuit de Mettet, une piste courte (2.280 m) mais amusante et très technique. L’occasion de négocier par exemple un double gauche, des épingles ou un enchaînement rapide gauche-droite. De quoi impressionner quelques-uns de nos jeunes lecteurs néophytes en circuit et peu habitués par exemple à une technique de freinage particulière:  » je n’avais pas le temps de voir le compteur de l’Ibiza  et, après être arrivé trop vite à l’entrée d’un virage, il fallait déjà chercher le cône suivant servant de repère » ou « le plus surprenant est de ne pas voir la sortie des virages, et on se fait donc un peu peur ». Pour d’autres ayant déjà suivi des cours de conduite, cette matinée fut l’occasion d’affiner ses trajectoires au fil des cinq tours. Les voitures proposées étant de série, les freins n’étaient pas prévus pour cet exercice pas plus que les pneus soumis à rude épreuve.

Pour Seat Import, partenaire du RACB dans cette opération, ces opérations offrent l’occasion d’inviter des clients et d’entretenir son image sportive. Ces journées sont aussi ouvertes à d’autres participants au volant de leur propre voiture, moyennant un droit de participation relativement raisonnable: 55 € – 65 le week-end – pour deux séances libres de 25 minutes au volant de sa voiture personnelle, sans compter… l’usure des pneus. Seule restriction, en dehors d’un nombre limité de voitures, le respect des normes de bruit strictes (95dB au pot d’échappement).

De Francorchamps à Zolder via une série de pistes en France et le Nürburgring, les possibilités de rouler en circuit sont légion. Encore faut-il bien choisir le tracé selon ses compétences. Le  raidillon à Francorchamps reste impressionnant pour un néophyte, et l’ancienne piste de 20 km au Nürburgring peut s’avérer carrément dangereuse  si vous vous laissez impressionner par une meute de fous furieux  qui vous talonnent…

Les prix sont aussi très variables:  un baptême de piste à Francorchamps (2 tours avec un pilote et deux tours sur votre véhicule et derrière un véhicule de sécurité) coûte 99 €, et quatre « runs » de 25 minutes sur le même circuit sont facturés 215 €. Une heure à Zolder revient à 60 euros. Au Nürbrurgring, il faut prévoir 24 € pour un tour ou 90 € pour quatre passages. Il existe aussi des formules à la journée pour développer sa technique. Et, pour les amateurs de sensations fortes, le « Sprint Racing » propose sur différents circuits, dont Mettet, la conduite de Porche Cayman S, Subaru Impreza WRX  STI, Ferrari 360 Modena et autres Lamborghini Gallardo. Les prix grimpent au rythme de la puissance des voitures, de 99 € pour la Cayman (2 tours comme passager, 4 comme pilote) à 229 € pour la Gallardo.

Dans la jungle des offres, le choix n’est pas aisé. Mieux vaut se référer à un ami ou, pour la convivialité,  à un club de marque, après vous être informé en détail sur les prix, les prestations et les conséquences d’un accident (vos dégâts matériels ne sont pas assurés sur circuit). N’oubliez pas non plus de prévoir l’indispensable coaching avec si possible un vrai pilote  (des tours libres n’ont pas de sens pour débuter), une voiture en bon état (liquide de freins, pneus etc) et… un casque.

Avez-vous vécu de bonnes ou de moins bonnes expériences en circuit? Vos avis  intéresseront tous les candidats à  ces journées.

Entourés du staff de Seat, des lecteurs du "Soir" conquis par une expérience "à renouveler". (Y. de P.)

Seat Driving Days

Rouler sur circuit en France

Rouler à Francorchamps

Rouler à Zolder

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s