Ypsilon,toujours italienne, branchée et…Lancia


L'innovation majeure de la quatrième génération de la Lancia Ypsilon: le passage à cinq portes.

ESSAI EXPRESS. Au sein d’une marque Lancia américanisée et en  pleine révolution, l’Ypsilon reste la citadine chic, italienne et destinée à un public féminin.

On n’a pas fini d’en parler: le mariage entre Lancia et Chrysler – depuis vendredi dernier, Fiat détient 52% des actions du constructeur américain – secoue les  puristes de la marque italienne  mais prend aussi les allures d’un challenge qui motive les troupes de Fiat. Loin des Voyager ou C300 rebadgés Lancia, la nouvelle Ypsilon reste une vraie italienne, citadine, branchée et destinée prioritairement à un public féminin. Seule concession: la calandre est devenue horizontale pour s’intégrer dans la gamme Lancia/Chrysler…

Ceux -et celles!- qui ont connu la troisième génération ne seront pas surpris par l’Ypsilon 4, malgré des innovations sensibles dont la plus spectaculaire est le passage  de 3 à 5 portes indispensable dans le créneau et de nature à faire de cette berline aux allures de coupé une petite familiale. Plus longue de quelques centimètres, plus habitable à l’arrière, l’Ypsilon conserve son look original et un certain chic, notamment dans le choix des coloris et des finitions. A l’intérieur, on retrouve globalement la même disposition des instruments, dont ces cadrans toujours placés au centre de la planche de bord, et la commande de boîte intégrée dans la console centrale.

Mieux isolée, bien équipée dès la version de base -même si les options sont multiples-, l’Ypsilon aurait mérité des matériaux de meilleur qualité dans l’habitacle pour justifier son appartenance  à la catégorie premium.

Pour en savoir plus, nous l’avons testée le week-end dernier sur quelques routes ardennaises ensoleillées. L’occasion de profiter de sa maniabilité, d’un grand toit ouvrant panoramique et d’un moteur 1.3 diesel Multijet (95 ch. boîte manuelle à 5 vitesses) dynamique. De quoi faire regretter, malgré les modifications apportées  à la suspension, un choix toujours axé très prioritairement sur le confort. Avec un train avant pas trop précis (tout comme la commande de boîte) et des amortisseurs souples,  la petite Lancia n’apprécie que modérément la conduite dynamique et les revêtements bosselés où elle a tendance à rebondir plutôt qu’à absorber les inégalités.

Pas de quoi perturber une conduite cool ou les déplacements en ville où elle sait se faire  apprécier, jusqu’au passage  à la pompe où le traditionnel bouchon  est remplacé par un orifice où le remplissage s’effectue proprement et  sans risque de débordement. Raffinée, disions-nous?.

Bien vu

– Ligne originale et 5 portes
– Confort et habitabilité
– Moteur 1.3 Multijet dynamique et sobre
– Prix et équipement de base
A revoir

– Compromis confort/ comportement routier en conduite dynamique
– Choix de certains matériaux
–Précision de la commande de boîte.

ESSAI COMPLET ET FICHE TECHNIQUE DANS LA PAGE « ROUTES » DE CE VENDREDI  10 JUIN.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s