Polémique autour de l’éclairage autoroutier: faut-il le supprimer?


A l'heure de l'informatique, il doit être possible de moduler intelligemment l'éclairage des autoroutes. (Ph. René Brény).

Les violents orages de ces derniers jours et leurs conséquences sur la visibilité – il faisait pratiquement nuit mardi en milieu de matinée à Bruxelles- relancent le débat sur l’éclairage autoroutier majoritairement supprimé en Flandre mais aussi sensiblement réduit en Wallonie.  Depuis le 1 janvier 2008, les autoroutes wallonnes sont éteintes entre 00h30 et 05h30.

Comment un astronaute peut-il reconnaître la Belgique sur la boule terrestre? Grâce à l’éclairage de ses autoroutes. Ces mêmes lumières oranges singularisent la descente vers un de nos aéroports quand on rentre au pays. Une caractéristique en voie de disparition partielle pour raisons d’économie et d’environnement? Depuis la mi-juillet, l’éclairage nocturne de plus de la moitié des autoroutes flamandes est interrompu et il ne restera permanent que pour 18% de ces axes. Une mesure qui devrait permettre une économie annuelle de  2 millions d’euros. Sur un total de 1.728 km d’autoroutes flamandes, 900 km sont donc dans le noir, mais les bretelles d’accès et de sortie resteront éclairées toute la nuit, tout comme les endroits jugés dangereux. Quelque 500 kilomètres d’autoroutes seront en outre équipés d’une commande automatique permettant d’allumer ou d’éteindre l’éclairage selon le trafic, la météo, les chantiers ou un accident.

La mesure  a fait réagir Touring et le VAB. Le fait d’éteindre l’éclairage sur les autoroutes, estiment les deux associations, peut se révéler dangereux. « Lors de fortes pluies,  les lumières doivent restées allumées partout », insiste Danny Smagghe de Touring.

L’argument selon lequel les autoroutes françaises et néerlandaises ne sont déjà plus éclairées depuis des années n’a pas de sens, selon les associations. « En France et aux Pays-Bas, les entrepreneurs utilisent en effet du macadam goudronné poreux », qui présente des petites cavités destinées à recueillir l’excédent d’eau lors de précipitations abondantes, explique Maarten Matienko du VAB. En Flandre, le revêtement des routes est constitué à 95 % d’asphalte « fermé », qui n’absorbe pas l’eau.

Rappelant que l’éclairage pouvait fonctionner sur commande, la ministre flamande des Travaux publics, Hilde Crevits a exclu son rétablissement total.

Que penser de ces décisions? Le maintien en permanence d’un réseau autoroutier complètement éclairé du nord au sud du pays est sans doute un luxe. Mais à l’heure de l’informatique et des caméras de surveillance, il doit être possible d’imaginer un éclairage modulable selon les circonstances. Encore faut-il, en plus des capteurs automatisés,  du personnel en suffisance pour utiliser l’éclairage autoroutier à bon escient.Au centre Perex, un agent qui surveille le trafic routier 24 heures sur 24 heures  est habilité à rétablir l’éclairage des autoroutes, via un logiciel informatique.

L’éclairage sur les autoroutes wallons peut être rallumé en permanence

Publicités

8 réflexions sur “Polémique autour de l’éclairage autoroutier: faut-il le supprimer?

  1. Bonjour,
    Je ne pense pas que ce soit nécessaire d’éclairer nos autoroutes toute la nuit. En outre, la berme centrale est généralement arborée, ce qui évite d’être ébloui par les phares des voitures en face. On pourrait aussi remplacer les lampadaires par des nouveaux avec éclairage LED, ce qui permettrait de grosses économies! Etonnant d’ailleurs que la Flandre, plus riche, économise plus que la Wallonie! A condition que cela fonctionne, avec des systèmes modernes il est possible de programmer l’allumage en fonction de conditions particulières (lumière, pluie, brouillard, etc.).

    J'aime

  2. N oublions pas qu’en France, si le réseau n’est pas éclairé, des catadiopres permettent de bien voir la route. Donc, pourquoi pas couper l’éclairage chez nous mais après avoir investi dans des mesures alternatives.

    J'aime

  3. Je crois qu’effectivement on peux couper l’éclairage la nuit à condition d’aménager les autoroutes , par ex: signaux réfléchissant ou bien visibles sur le macadam , catadioptre aux endroits appropriés et dangereux et panneaux de direction qui restent ou resteront éclairés.

    J'aime

    1. D accord avec Yves et Roland,
      Je pratique la E411 depuis plus de 10ans, et je pense aussi que de bonnes lignes en peinture réfléchissante et de vrais catadioptres permettraient de rouler sans problème la nuit sans éclairage. Actuellement vous passez de l’éclairage en province de Luxembourg à l’obscurité dès l’entrée en province de Namur. Délicat, vu qu’il n’y a pas de tracé franc de la chaussée. Pas évident par temps de pluie.

      En Italie et en France, on a l’impression de rouler sur une piste d’aéroport. Pas besoin d’éclairage.

      Ceci vaut aussi pour nos routes .

      J'aime

  4. Plusieurs mesures peuvent pallier l’éclairage.
    Mais laisser les installations actuelles sans éclairage, cela peut souvent être problématique. Même sur les nouvelles chaussées (fin de N25 à Nivelles) avec d’importants virages, pas d’éclairage et des catadioptres mal orientés et distants de 25 ou 50 m… Le virage n’est visible que quand on est dedans.
    Les panneaux trop réfléchissants sont eux aussi parfois dangereux, et dans notre beau pays, on en voit, juste devant un panneau éclairé !!!
    Finalement et non des moindres, souvent, par temps de pluie, les marques au sol deviennent invisibles….

    J'aime

  5. Certes, on n’y voit goutte sur les autoroutes françaises et allemandes, mais nous devons garder un minimum d’éclairage: pressée par une surrégulation, notre population ayant perdu beaucoup de ses aptitudes routière, habituée à rouler dans une « bulle ». Par contre, il est assez facile de passer au balisage pour gagner, 40 à 70 % selon les tronçons:
    plusieurs lignes directrices:
    Sur les lignes droites, éteindre 3 lampadaires/4, ou même 5 lampadaire/6
    Dans les courbes, ne garder que 2 lampes par lampadaire
    Idem aux sorties, sauf juste à la sortie et juste à la rampe d’accès
    Chaque lampadaire possède une trappe de visite: équiper et former les policiers à rallumer un lampadaire en cas d’accident.
    Grands échangeurs ( genre Anderlecht, Zaventem) statu quo.
    L’important n’étant pas tellement de savoir ce qu’il y a sur la route, mais de prévoir le tracé de la route.

    J'aime

  6. Bonjour,

    ceux qui ont déjà « rencontré » une voiture accidentée (sans phares allumés) au milieu d’une autoroute non-éclairée connaissent la réponse……

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s