Le Salon de Francfort ignore la crise


Près de 90 voitures seront dévoilées en « première mondiale » aujourd’hui au Salon de Francfort.

La morosité économique et financière ambiante et le ralentissement annoncé de la croissance automobile  ne devraient pas affecter le Salon de Francfort qui va dévoiler ce matin 89 « premières mondiales » à quelque 10.000 journalistes. Premier survol.

Francfort, de notre envoyé spécial

L’industrie automobile allemande a le vent en poupe et elle compte bien le rappeler ces prochains jours au monde politique, dont à la Chancelière Angela Merkel, aux médias et aux 800.000 visiteurs attendus à Francfort. Quelques chiffres annoncés hier par l’association des constructeurs allemands (VDA): 1012 exposants ont été répertoriés à l’IAA 2011, au lieu de 781 en 2009, ils occuperont la surface record de 235.000 mètres carrés aménagés ces dernières semaines par 15.000 ouvriers et, parmi les 89 véhicules exposés en « première », 45 le sont à l’initiative de constructeurs nationaux.

Bien sûr l’Allemagne profite du déclin de l’automobile américaine et  des conséquences de la catastrophe de Fukushima sur l’industrie japonaise. Mais les faits sont là et si les perspectives ne sont pas trop réjouissantes en Europe, les marchés émergents sont demandeurs, y compris de voitures « premium » devenues une spécialité germanique.

De quoi justifier le gigantisme de ce Salon avec son pavillon Audi construit spécialement sur l’Agora, le Festhall de Daimler, le hall 11 aux couleurs de BMW ou le circuit d’essais de Ford. Avec les nouveautés Audi (A2 concept, A8 hybride, Audi Urban concept), BMW (Série 1, BMW M5, Série 6 coupé, 13 et 18 concepts électrique et hybride, Mini coupé), Mercedes (Classe B, Classe M, SLS AMG roadster, SLK 250 CDI, Smart électrique et Forvision), Ford (Evos concept, Focus Econetic, Fiesta ST), Porche (911) , VW (Up!, mais aussi parmi ses marques satellites un cabriolet Bentley GTC et d’autres nouveautés chez Seat ou Skoda), voire Opel (Zafira Tourer, Astra GTC), les marques allemandes sont présentes en force. Et puis, un espace généreux sera occupé par les sous-traitants : ZF montrera ainsi une boîte automatique à 9 rapports. Sans oublier évidemment le palais consacré à la voiture électrique.

Face à ces très gros moyens, les autres pays auront plus de mal à se mettre en évidence. On pense aux Américains qui, à l’exception de Ford très présent en Allemagne, ont peu de nouveautés: une puissante Jeep Grand Cherokee (SRT8) ou une version européenne de la Chevrolet Malibu. Les Japonais sont eux aussi logiquement en retrait ou réservent l’un ou l’autre modèle au Salon de Tokyo en décembre. Il y malgré tout des « premières  » japonaises, à l’image de la Toyota Prius hybride rechargeable et de l’Avensis, de la Mazda CX-5 ou des Lexus GS hybride et F Sport. Asie toujours: le Coréen Hyundai dévoile l’i30, Kia le concept d’un coupé 4 portes, et la Chine une petite berline C201 aux couleurs de Changan. Mais on connaît les difficultés des marques chinoises sur le marché européen où elles se sont fait recaler à plusieurs reprises pour une sécurité  non satisfaisante. Heureusement, il y a Volvo, sous contrôle chinois, avec un concept Universe.

Parmi les pays plus proches, Renault mise beaucoup sur la Twingo, comme Fiat sur la nouvelle Panda,  deux rivales de la Up!. Si le groupe Fiat est bien présent à Francfort à travers ses trois marques (Fiat, Alfa et Lancia ex-Chrysler), Citroën, Peugeot et Renault exposent d’autres prototypes  dont des familiales et un Van.

Un clin d’oeil enfin à l’Angleterre avec le concept Land Rover Defender ou Jaguar C-X16, la Lotus Elise ou l’Aston Martin V12 Zagato, même s’il ne s’agit plus toujours de produits purement britanniques…

Pour rappel, le Salon de Francfort, situé à 400 km de Bruxelles, ouvre ses portes au public du 15 au 25 septembre.

Le bal des minis

Des concept-cars tous azimuts

Du « panier à salade » au concept Citroën Tubik

Premières nouveautés

Dans la foulée de Twizy, les concepts urbains à 2 places fleurissent. Voici l'interprétation d'Opel: la Rak e offre deux places en tandem, une configuration identique à celle de l’Audi Urban Concept.
Mesurant 3,04 m de long et 1,39 m de large, le concept car VW Nils se limite à 1,2 m en hauteur et reprend l’architecture de base d’une voiture de Formule 1 : conducteur au centre, moteur à l’arrière, roues extériorisées. A noter les deux portes en élytre. Grâce à ses 460 kg, le concept NILS peut atteindre 130 km/h et passer de 0 à 100 km/h en moins de 11 grâce à un moteur électrique de 15kW, avec des pointes momentanées à 25 kW.
Publicités

Une réflexion sur “Le Salon de Francfort ignore la crise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s