Dix pour cent de motos en plus égalent 40% de files en moins


Promouvoir la moto sur les grands axes pour diminuer les files (ph. Geoffroy Libert).

L’étude de « Transport & Mobility Leuven » tombe à point nommé au moment où Bruxelles est complètement bloqué des suites d’une manifestation: si 10 % des navetteurs se déplaçaient à moto ou scooter et non en voiture, le nombre d’heures perdues dans les embouteillages diminuerait de 15.000 heures par jour.

Faut-il encourager, en plus de la marche à pied et du vélo en ville, la moto et le scooter sur de plus grandes distances? La Fébiac relaye une étude réalisée un jour ordinaire de mai 2011 sur le trajet Louvain-Bruxelles en heures de pointe et via l’E40. De 6h40, l’heure où le bouchon se forme à hauteur de Sterrebeek, jusqu’à leur disparition au-delà de 9h, 1.925 heures sont perdues chaque jour par les automobilistes. Si, au cours de la même période, 10% des automobilistes délaissaient leur voiture pour un « deux-roues » motorisé, le nombre d’heures perdues serait limité à 706 heures, les files seraient terminées dès 8h30 et le coût dû à ces engorgements réduit de 350.000 euros par jour. En outre, le trafic réduit sur les axes les plus importants inciterait moins les automobilistes à envahir le réseau secondaire, et bien sûr les émissions de C02 seraient moins importantes.

La solution miracle? Cette alternative, d’autres agglomérations plus engorgées dont Paris l’utilisent abondamment, et elle est pratiquée de longue date dans des pays plus ensoleillés. En Belgique, les aléas de la météo rendent ce choix moins confortable en toutes saisons et augmentent surtout les risques d’accidents.  La Fébiac plaide dès lors pour une bonne – meilleure?- formation  à la conduite en moto et rappelle qu’une réforme au permis de conduire est en préparation.

Si le vélo fait l’objet de beaucoup d’attention des pouvoirs publics en ville – mais pas assez pour le rendre sûr- on ne se préoccupe guère, il est vrai, de mesures favorables aux déplacements en moto et en scooter qui reste un moyen de transport dangereux, surtout pour les plus jeunes motards non expérimentés. Mais le débat ouvert mérite réflexion.

Dix règles pour rouler en moto en sécurité

Publicités

15 réflexions sur “Dix pour cent de motos en plus égalent 40% de files en moins

  1. J’utilise la moto quasiment tous les jours et il n’y a rien de mieux pour se déplacer (et se garer), surtout en ville évidemment. S’il faut effectivement redoubler de prudence au volant d’une moto ou d’un scooter, les aléas de la météo sont aléatoires. Contrairement à ce que croient de nombreux Belges qui ne roulent pas à deux roues (vélo ou moto), le nombre de fois où je dois m’habiller « pluie » pour me déplacer sont très rares sur une année.

    J'aime

  2. J’ai envisagé sérieusement cette alternative à l’auto. Mais aux moins une fois par semaine, je vois un motard qui remonte une file sur l’E411 devoir faire une manœuvre d’évitement parce qu’un automobiliste qui change de bande ne l’a pas vu. A chaque fois, cela me fait froid dans le dos. A chaque fois, je me demande à quand l’accident.

    J'aime

  3. Assez d’acord avec Phildar. Les journées où il pleut du matin au soir sont rares. Et souvent, il pleut en milieu de journée; et rarement le matin.
    De toute façon, une fois qu’on est bien habillé, on ne craint ni la pluie, ni le froid pour un trajet d’une demi-heure.

    J'aime

  4. Il est aussi possible de n’autoriser les motos à remonter les files que sur les bandes d’arrêts d’urgence et ce à une vitesse maxi de 70-80 km/h. Celà règle le problème de confrontation entre voitures et motos qui se faufilent. Les motos rouleront plus à l’aise et pourront aussi être mieux contrôlées sur des comportements non appropriés. De plus, cette bande pourra de toute façon être rapidement dégagée de ce type de véhicule, au cas ou un service d’urgence doit l’emprunter.

    J'aime

  5. Je suis passé à la moto depuis avril 2011. Résultat : 45 minutes minimum d’économie sur le trajet Courcelles => Evere le matin. Effectivement, le comportement de certains automobilistes fait parfois peur, mais si on reste « raisonnable » dans sa vitesse de remontée des files, il est relativement facile d’éviter les obstacles. Ceci dit, ça reste très dangereux et je pense que c’est au moins autant du côté des automobilistes qu’il faut améliorer la formation/sensibilisation que du côté de certains motards qui remontent les files comme s’ils étaient sur le circuit de Spa …

    J'aime

  6. Je suis dans le médical, et cela fait 3 ans que je roule en scooter pour faire mes soins à domicile (soit 24000kms en 3 ans ). Même si le risque d’accident existe, (il ne faut pas se voiler la face) il faut apprécier que l’on peut traverser tout Bruxelles en 20-25minutes.C’est vrai qu’il faut être un motard chevronné et franc dans ses manoeuvres tout en observant les bêtises de nombreux conducteurs tel que, gsm en main, empêchant l’usage du clignotant, les discussions du conducteur avec ses passagers oubliant de regarder dans ses rétroviseurs, l’oubli du conducteur d’enclencher le désembueur des vitres (surtout latérales) réduisant le champ de vision à droite et à gauche par temps de pluie,les distractions du conducteur avec son auto radio/CD/MP3/GPS vers lequel il n’a que d’yeux pour lui (et non sur la circulation qui l’entoure),etc…..
    Etre sur un deux roues demande un temps d’apprentissage.Celui-ci s’acquiert plus facilement si le conducteur est habitué à rouler à vélo en ville dès son plus jeune âge (j’allais moi-même à vélo à l’école à Bruxelles déjà en humanités…c’est un bon apprentissage avec un engin 2 roues plus léger et plus maniable.) Ceux qui craignent trop l’approche de véhicule en 2roues feraient mieux de s’abstenir de vouloir acheter un 2 roues motorisés car ce sont eux les dangers de demain! Idem pour ceux qui ne veulent rouler que par beau temps….car ils sont moins conscient du danger et de l’attention nemandée à un motard.
    N’oublions pas que rouler en ville tous les jours, ce n’est pas de la randonnée par beau temps sur les routes verdoyantes de notre pays.
    Bonne route à tous et pour ceux qui nous rejoignent sur les routes bruxelloises, soyez prudents, vigilants et toujours courtois!

    J'aime

  7. Je me déplace à moto pour le travail ou non 9 à 10 mois par an. A Bruxelles cela fait gagner 50% de temps par rapport à la voiture et permet plus d’autonomie que les transports publics. Bien sûr, c’est plus dangereux que la voiture (pas de carrosserie, airbag, ceinture et seulement deux roues) mais en 25 ans j’ai constaté que les automobilistes sont nettement plus courtois et leurs manoeuvres sont moins dangereuses même si j’ai parfois envie de « flinguer » ceux qui téléphonent au volant !!! Pour le reste c’est fiscalement intéressant grâce à tonton Didier et surtout c’est un moyen de transport ET un hobby.

    J'aime

  8. Cela fait maintenant 8 ans que j’ai troqué mon abonnement STIB contre une moto. Chaque jour, je me félicite de cette décision qui m’a rendu ma liberté et qui allie rapidité et disponibilité. Je roule 5 jours par semaine pendant toute l’année. Il faut vraiment qu’il y ai de la neige ou du verglas sur l’ensemble du réseau routier pour que je renonce. En étant prudent et avec un peu d’expérience, il est possible de rouler presque par tous le temps. Remarque intéressante, qui rejoind ce qui a déjà été dit, le motard N’est PAS sujet, lui, aux « distractions » quant il conduit ! Bonne route à tous ! NB : on ne prend pas la route, on la partage !

    J'aime

  9. Profitez-en en bien, avec vos « je suis passé à la moto… » car vous êtes pour l’instant dans une période charnière, où encore peu de gens voient l’avantage de ce mode de déplacement. Mais dans cinq années maximum, le nombre de 2RM (deux roues motorisés) va exploser, et ça deviendra tout aussi casse-pied à utiliser q’une bagnole…
    Sans compter qu’on vous taxera et qu’on légifèrera à votre intention…

    A Paris, où je vis depuis une douzaine d’années, les 2RM ont complètement envahi les rues… et les trottoirs (message subliminal à l’adresse des piétons). Un motard de la première heure me le disait encore récemment : « Paris à moto, c’est devenu franchement ch**t, autant pour rouler que pour se garer!! »…

    Bref, le 2RM, bonne solution à court terme, mais il ne faut pas rêver : bientôt, on verra des files de scooters entre les files de voitures, et tout le monde ira de concert à la même (absence de) vitesse…
    Rien n’y fait, voiture ou moto, ça reste toujours aussi absurde d’aller bosser tous les jours à 50 ou 70 km de son logement (ouii, je sais : « et comment je fais moi pour mes 3 enfants/mon barbecue le dimanche/ma vue sur le Lion de Waterloo ? »).

    Bon, en tout cas, ceux qui ont pris la bonne file, ce sont les constructeurs et les concessionnaires qui refourguent ces brols en plastique pétaradants…

    J'aime

  10. Entièrement d’accord avec tous mes autres collègues motards et scootéristes. Un trajet Overijse -> centre Ville = 30 min en Scooter, 1:15h en transport en commun et >1:15h en voiture, sauf si on part de la maison a 07:00 du mat’….
    Il n’y a pas de mauvaise météo – uniquement des vêtements inadaptés.
    Le(s) danger(s) émergent surtout des motards beau temps, été only qui se prennent pour les dieux de la route avec leurs engins tout propre tout neuf. Mais celui qui ne roule que 2500km par an n’a pas forcement la même expérience que celui qui fait ce trajet tous les jours de l’année. Exception faite pour des journées avec du verglas.

    J'aime

  11. @Paul de Vivie: On prend le boulot où on nous en offre, et il n’est pas toujours possible d’habiter tout près, à fortiori pour certains, comme les enseignants qui travaillent dans des endroits différents, parfois très distants les uns des autres.
    Quant à la prolifération des deux roues à Paris, dites-vous bien que si tous ces gens roulaient en voiture, la situation serait bien pire.
    Quant à la politique des élus bruxellois, je la trouve aberrante: on fait tout pour ennuyer l’automobiliste sans développer et améliorer les transports en commun. Résultat: encore plus de bouchons et de pollution!
    Conclusion: j’ai décidé moi aussi de passer au deux-roues.

    J'aime

  12. Je gagne au minimum 2 heures par jour à circuler en maxi-scoter pour mes trajets maison-travail. C’est absolument génial, mais très dangereux. L’abolition pure et simple du GSM en voiture (avec ou sans main-libre) devrait être au sommet des priorités des adaptations du code de la route, et la non utilisation des clignos une faute grave. Attention aussi aux motards qui ne roulent que par grand soleil! Ils n’imaginent pas ce que leur manque d’expérience leur fait prendre comme risques!
    Quant à la météo, en effet il est malgré tout fort rare de se faire doucher sévèrement, et les équipements modernes sont fantastiques: je ne commence à avoir froid qu’après 45 minutes de route par -10°C! Et en dessous de l’équipement: costard-cravate.
    Bref, 15000 km/an par tous les temps, et beaucoup de temps épargné. Le plus dur: les glissades sur les feuilles mortes de novembre, et se mettre en selle après une trop longue journée de travail quand en hiver le soleil s’est déjà couché depuis longtemps.

    J'aime

  13. Un équipement que j’estime indispensable à moto, surtout pour ceux qui roulent par tous les temps: l’abs. J’ai fait cruellement l’expérience de son absence il y a deux ans sur le ring de Bxl, à cause d’un automobiliste qui ne m’avait pas vu arriver et qui a déboité juste devant moi. Freinage d’urgence, roue avant bloquée, chute sur le bitume. Mon équipement m’a bien protégé, mais j’ai des ligaments abîmés à vie et la moto fut bonne pour la casse. Je n’ai plus roulé depuis mais compte m’y remettre.

    J'aime

  14. « Rien n’y fait, voiture ou moto, ça reste toujours aussi absurde d’aller bosser tous les jours à 50 ou 70 km de son logement (ouii, je sais : “et comment je fais moi pour mes 3 enfants/mon barbecue le dimanche/ma vue sur le Lion de Waterloo ?”). »

    Je crois qu’il faudrait enfin retourner cette phrase et cet argument : si massivement, les gens sont près à perdre 30% de leur pouvoir d’achat en essence et bagnole , 2h de temps de vie chaque jour, et risquer leur vie sur la route ce n’est pas juste pas qu’ils sont plus cons que ceux qui vivent en hyper centre, c’est plutôt qu’il n’ont NI les moyens de se payer le loft avec jardin en hyper-centre d’une part et qu’ils DETESTENT au plus haut point vivre au coeur de la termitière. C’est mon cas. Je suis écolo et j’ai donc renoncé a mon aspiration de ne pas polluer, mais pour rien au monde je ne renoncerait à rentrer tous les soirs, et vivre tous les week-end dans mon grand carré de verdure isolé en cambrouse.
    Alors oui, tous les jours, je risque ma peau et je fais 100 bornes de bécane. j’ai vécu 10 ans en hypercentre, never more.

    J'aime

  15. Franchement, dire que les 2 roues polluent moins que les voitures : oui, sans doute, mais les constructeurs de 2 roues ont encore de sérieux efforts à faire en ce sens, et le législateur également. Les 2 roues en sont encore aux normes de pollution euro 3; alors que les voitures en sont aux normes euro 5 !! A quand la même norme pour tous les véhicules?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s