Les pneus hiver sont conseillés mais pas obligatoires


Pneus hiver ou non: c'est le moment de se poser la question. (ph. Le Soir, Pierre-Yves Thienpont)

Les premiers flocons de neige sont tombés en montagne et certains prévisionnistes annoncent un hiver rude. Est-ce le moment de chausser des pneus hiver autrefois appelés « pneus neige »? Débat.

Obligatoires en Allemagne et en Autriche en cas de « conditions hivernales », y compris pour les « 4X4 »,  les pneus hivers ne le sont pas dans les autres pays proches. A l’inverse, et les adeptes des sports d’hiver le savent, les chaînes sont imposées dans toutes les régions montagneuses, sur la neige ou le verglas. Et en Belgique? Non seulement, les pneus hiver  ne sont pas imposés mais ils ne sont même pas recommandés si on se réfère à une polémique née l’hiver dernier des déclarations de nos autorités.

En pratique, chaque fois que la neige fait son apparition sur nos routes, on assiste à un rush vers les vendeurs de pneus, complètement dépassés l’hiver dernier et qui disent avoir pris les dispositions adéquates cette année. A raison? Sous notre climat tempéré,  un avis tranché sur le recours à des pneus hiver ne se justifie pas car il tient à un risque difficilement quantifiable. De la même manière, on n’ oserait pas  programmer plus d’une semaine à l’avance des vacances de ski  toujours aléatoires dans les Ardennes. Il y a des hivers avec neige et d’autre sans, même si le dernier Noël a réservé quelques surprises dans le centre du pays plus « gâté » que les Ardennes.

Bien sûr, comme le prouvent différents tests que nous avons effectués, l’efficacité de ces pneus enrichis de silice et plus accrocheurs sous des températures froides (le chiffre de 7° est communément admis) ne se limite pas à la neige ou au verglas. Sur un sol mouillé ou même sec, ils permettent  par temps froid un meilleur contrôle de la trajectoire et surtout réduisent sensiblement la distance de freinage. Sans que ces caractéristiques ne les transforment en « passeport tous risques ».

Autre élément d’appréciation:  les statistiques officielles ne font pas apparaître de grandes différences entre les accidents survenant sur la neige et le verglas, ou dans les conditions normales, mais  les chiffres  s’expliquent: d’une part, la prudence des conducteurs et le rythme plus lent du trafic influencent favorablement la sécurité;  d’autre part, les  accrochages moins graves à vitesse réduite se soldent souvent par les seuls dégâts de carrosserie et ne nécessitent pas toujours de constat par la police.

La différence se manifeste plutôt à travers des embouteillages hors normes et des blocages au pied des côtes, y compris en ville où les automobilistes peu habitués à la conduite hivernale et mal équipés cèdent facilement à la panique. Et ce sont les victimes de ces très longues immobilisations qui deviennent adeptes du jour au lendemain de gommes qu’ont pris l’habitude d’utiliser les Ardennais .

La vraie question se situe en définitive au niveau du portefeuille: le jeu – c’est-à-dire le risque- en vaut-il la chandelle? A chacun d’opérer son calcul en prenant en compte quelques paramètres: les pneus hiver – à ne pas conserver en d’autres saisons où ils s’usent très vite- permettent bien sûr d’économiser les pneus été. L’ amortissement doit donc être évalué sur  trois à cinq ans ans en fonction du kilométrage et du type de conduite; ensuite, la différence de prix entre un train de pneus hiver et été ne dépasse pas quelques dizaines d’euros auxquels il faudra ajouter quatre jantes, idéalement en acier car résistant mieux au sel jeté sur les routes et surtout sont beaucoup moins chères que les jantes en alliage; faute d’espace à la maison, des frais de stockage chez le vendeur complèteront l’addition.

Des journalistes du « Moniteur Automobile » ont tenté de dégager un coût moyen des pneus hiver sur 5 ans sur base d’un usage de mi-octobre à mi-avril, d’un kilométrage annuel de 15 .000 km et d’une durée de vie de 45.000 km (roues motrices) et 55.000 km (roues non motrices). Bilan: 617 euros pour une Renault Megane 1.5 DCI et  809  euros pour une Volvo V60 D3 (jantes en ancier), 1.445 euros pour une Audi A4 2.0 TDI (jantes en alliage).

Un coût à comparer avec celui des risques encourus et d’un accident éventuel, après avoir évalué l’usage de sa voiture et l’obligation ou non de prendre la routes en toutes circonstances.

Reste à s’y retrouver dans la jungle des offres multiples et à préférer les conseils d’un spécialiste à un choix guidé  par le seul prix. C’est bien un achat pour trois à cinq ans.

Comparer les pneus hiver

Pneus neige et pneus hiver

Publicités

18 réflexions sur “Les pneus hiver sont conseillés mais pas obligatoires

  1. Conduisant des propulsions puissantes, je suis un partisan des pneus hiver et je m’en veux d’avoir attendu longtemps avant d’en équiper ma voiture.

    A 40 km/h en 3ème, sur un sol sec, on peut glisser avec des pneus été lorsque la température extérieure est très basse.

    Quant au coût des pneus hiver, l’idéal est d’acheter des roues complètes et de laes stocker et monter soi-même, parce qu’à 100-120 euros (selon le diamètre et Run on flat ou non) à payer 2 fois par an…..
    La question qu’on peut se poser est aussi : pourquoi les fabricants de pneus vendent-ils en Europe du Nord des pneus dont les performances s’écroulent dès qu’il fait moins de 7 ° ?

    Une petite recherche sur les pneus hiver sur un célèbre moteur de recherche vous montrera aussi que ce qu’on qualifie de « pneus hiver » peut recouvrir plusieurs types de pneus : les pneus hiver et les pneus 4 saisons. Ils peuvent avoir sur leurs flancs l’inscription « m+S » (mud and snow soit boue et neige), mais apparemment seuls les pneus portant un pictogramme d’un flocon de neige au centre d’une montagne sont des pneus capable de rouler sur la neige.

    Il existe aussi des pneus pour conditions extrêmes (neige et/ou glace)……

    Bonnes recherches !

    J'aime

    1. Les performances s’écroulent dès qu’il fait moins de 7 ° parce que les fabricants ont amélioré les performances de roulement. Les pneus modernes opposent environs 20% de résistance en moins que par le passé, tout en améliorant l’adhérence. Le revers de la médaille est que l’adhérence s’effondre à l’approche de 0°C. D’où l’intérêt des pneus hiver.

      J'aime

  2. « Des pneus hiver autrefois appelés « pneus neige » ? » Non, messieurs les journalistes. Un pneu « hiver » est une gomme tendre qui évacue mieux l’eau et accessoirement, procure une meilleure adhérence sur la neige. Un pneu « neige » est un pneu taillé de gros blochets, spécialement conçu pour rouler sur la neige épaisse. Ces pneus ne se justifient que dans les régions qui subissent d’épaisses couvertures neigeuses durant des mois chaque hiver. Je laisse aux autres blogueurs le soin de débattre l’utilité des pneus hiver, c’est chaque année la même foire d’empoigne.

    J'aime

    1. Merci de vos précisions. Ce ne sont pas les mêmes pneus effectivement mais, comme dit, on appelait autrefois les pneus hiver « pneus neige », créant une confusion dans l’esprit des utilisateurs qui croyaient leur usage limité à la neige.

      J'aime

    2. je ne comprendS pas, dans le dossier de presse tout moulu reçu par les brillants journalistes c’était décrit comme cela. mais bon, on a les incompétE(a)nts que l’on mérite..pour ce qui est des pneus hivers, dès que votre taille de pneu dépasse les 185 et/ou que la hauteur est sous les 60, il n’y a pas photo. l’investissement en vaut le coût, par contre, le prix de vente réclamé par certainS est tout bonnement scandaleux. certaines marques commencent à les proposer en option, par ailleurS, c’est à négocier dès l’achat dans le pack et stipuler clairement que la voiture doit être livrée avec les pneus commandés, ne vous faI (î)tes pas berner.

      J'aime

      1. Cher Monsieur,
        Je vous laisse la responsabilité de vos commentaires – non censurés- que j’imagine au second degré. Je me suis juste permis de corriger qq fautes d’orthographe sans prendre en compte l’absence de majuscules.
        Merci de votre présence régulière sur ce blog.

        J'aime

  3. J’ai monté des pneus hiver il y a une douzaine d’année. Depuis, je ne voudrais plus m’en passer. Je ne regrette qu’une chose : de ne pas m’en être équipé plus tôt. Il faut insister que ces pneus servent certes sur la neige, mais aussi sur le sec ou le mouillé, et ce dès qu’il fait plus froid.

    J'aime

  4. Cela fait 45 ans que je roule sans pneus spéciaux, ni en hiver, ni en été. Ben oui, en été, un gros orage inonde tout le 21 juillet, ou comme à Pukkelpop (triste souvenir qui peut se répéter, hélas).
    Donc, il faudra bien se débrouiller avec des pneus classiques, et cela de plus en plus souvent. Autant apprendre dans un coin calme aux premières gelées/neiges et garder ses sous pour bien chausser sa tribu en hiver.

    J'aime

  5. Moi, je n’ai pas de pneus hiver, principalement pour une question de coût. Je roule 12 000 km / an, soit 6000 en période « froide » et 3000 en période hivernale pure. Habitant en ville, je ne suis certes pas à l’abri de températures inférieures à 7°C, mais la température y est tout de même supérieure qu’en pleine nature, les routes sont déneigées, et la vitesse moindre.

    Dans mon cas le calcul du moniteur automobile ne s’applique donc pas.
    L’argument selon lequel le passage aux pneus hiver économise les pneus été, ne vaut que si on « tire » les 2 jeux de pneus jusqu’à usure complète, or on se retrouvera souvent à se séparer de sa voiture afin la fin de vie des pneus. Pas sur que ce jeu supplémentaire augmente la valeur de vente du véhicule de la valeur adéquate.

    Donc je garde mes pneus été. Je suis particulièrement prudent en hiver. Et j’ai en permanence mon jeu de chaines dans mon coffre.

    J'aime

  6. Pour ma part, j’ai opté pour un train de pneus hiver dés le départ et je n’ai pas eu à le regretter. J’ai particulièrement bien rigolé l’hiver 2010/2011 quand j’ai vu des citadins avec des pneus normaux patiner comme des enragés sur 2 cm de neige tassée pour essayer de monter sur un pont. Au même endroit, dans les mêmes conditions, je suis monté sans aucun problème. La seule grosse frayeur que j’aie eue, ça a été une plaque de verglas bien lisse dans un tournant. Contre ça, il n’y a pas grand chose à faire…

    J'aime

  7. Dans un autre domaine d’application, scooteriste et roule toujours, j’ai aménagé un scooter 50 cc bas de taille pour avoir les pieds au sol au cas ou de protections hivers (manchons, tablier de protection, pare brise) et surtout de pneux neige (sans clou). Que du bonheur pour parcourir 12 kms chaque jour afin de rejoindre la gare pour me rendre dans la capitale que ce soit par temps de pluie, de neige ou de verglas. Après 4 mois d’expérience, je comprend qu’en Suisse Allemagne ou Autriche les postiers en scooter livrent le courrier à temps et à heure toute l’année. Pour la marque j’ai opté pour IRC (à titre d’info).

    J'aime

  8. Je suis originaire des Ardennes et ai roulé de nombreuses années dans cette belle région, et sans pneus neige ou hivernaux ! Je précise aussi que j’ai deux fois participé aux Boucles de Spa en tant que copilote, et dans des conditions hivernales extrêmes (là, c’est une autre paire de manches, comme on dit !)

    J’espère qu’il ne sera jamais obligatoire d’utiliser des pneus neige ou hiver !

    Avec ma petite voiture de cylindrée 1300cc, traction avant, le meilleur compromis possible avec notre climat, ce sont les pneus quatre saison et une conduite prudente et adaptée aux circonstances, inutile de faire des dépenses inconsidérées en équipement pneumatique inconsidéré qui n’apportera aucune amélioration probante, surtout par exemple sur ce qu’on appelle en Ardennes du « tcha tcha », c’est à dire de la neige lourde, boueuse et quasi fondue par le sel sur les routes….

    De toute manière, sur une route enneigée et verglacée, le seul gage d’efficacité, ce sont les pneus à clous, par ailleurs interdits sur nos routes !!!

    Et les quelques jours de vague de froid que nous connaissons ne justifient pas du tout un investissement quelconque en pneus neige ou hiver comme ça serait le cas en haute montagne !

    Restons réalistes, Messieurs les journalistes sportifs ou non !

    Adaptons notre conduite à vitesse réduite, et pour les possesseurs de grosses traction arrière bourrée de chevaux, vous n’avez qu’à mettre deux ou trois sacs de sable dans votre coffre. Quand à ceux qui ont cédé à la mode des SVU 4×4 etc…, faites vos preuves avec vos 4×4, puisque vous en avez un, au lieu de frimer dans la majorité des cas !

    Bonne glisse, et bonne conduite hivernale à tous et à toutes !

    J'aime

    1. Merci de vos commentaires. Etant moi-même d’origine ardennaise, je sais que la conduite hivernale est plus affaire de doigté et de pratique que de technique. Ainsi, présent au Salon des vacances au Heysel vendredi dernier lorsque les chutes de neige sont tombées sur Bruxelles, j’ai sagement attendu la fin des inévitables bouchons pour reprendre la route, sachant que beaucoup d’automobilistes sont peu à l’aise dans ces circonstances.
      Ceci dit, au-delà du marketing, les pneus hiver améliorent notamment le freinage en hiver et pas seulement sur la neige. Et en montagne, ils suffisent pour se sortir de la plupart des situations, hors tempête de neige.

      J'aime

  9. Merci de votre réponse, Yves,

    Je « plussoie » évidemment à votre commentaire sur mon message !

    Et je partage tout à fait votre avis quant’à votre départ différé du salon des vacances Heysel.

    Mais vous signalez dans votre message, un fait important, à savoir « que beaucoup d’automobilistes sont peu à l’aise dans ces circonstances. »

    Et c’est bien vrai, moi-y compris, malgré mes vingt ans de conduite en Ardennes, les premières neiges (surtout quand elles sont rares), sont toujours difficiles à négocier.

    Il y a aussi les impératifs économiques de surcoût d’équipement en cas de crise comme celle que nous connaissons ! Peut-être que des cours de pilotage (glisse) seraient une alternative intéressante à un suréquipement en pneus adaptés, pour autant qu’on choisisse quand-même des pneus « quatre saison » pas plus chers que des pneus « été » au lieu de « neige ou hiver » au sens moderne du terme ! Surtout dans nos régions ! C’est un calcul à faire, et nous sortons du débat, mais circonstance économique et pouvoir d’achat du commun des mortels sont là aussi !

    Il y a aussi plein de petits trucs faciles ( à enseigner aussi), comme de démarrer en seconde au lieu de voir des choses invraisemblables comme ce qu’on voit parfois dans des reportages TV (gens qui patinent abominablement, etc… et qui, manifestement, n’ont pas appris les choses élémentaires pour s’en tirer dans ces circonstances, bref, qui ne savent pas conduire et paniquent, hélas, avec aussi des risques énormes en terme d’accidents ! Et pour lesquels des pneus neige ou hivernaux ne feront que reculer l’échéance de la perte de contrôle du véhicule, mais là, à des vitesses bien plus grands qu’au pas d’homme ou à 20Km/h, avec tous les dégâts potentiels en terme humain ou matériel – et c’est là que le bat blesse, quoi qu’on en dise ! Car un pneu adapté -neige, hiver finira par décrocher aussi, mais à plus haute vitesse, hélas, et ces gens sont alors incapables de réagir correctement….).

    Je vous laisse tirer les conclusions…

    Et même si la zone de freinage est moindre sur sol enneigé ou par température froide (en dessous de de 7°) avec des pneus hivernaux, quid ? Au-delà de 7°, vous allez, comme on dit flinguer votre gomme beaucoup plus rapidement qu’avec un pneu 4 saisons normal, qui lui, tiendra aussi en été sans grande dégradation ! Et pour quel bénéfice réel (rouler plus vite ?). Non, non, adaptons notre conduite avec des 4 saisons, notre climat ici en Belgique, encore une fois, ne justifie nullement ce genre de pneus hiver dont question dans l’article, à mon sens du moins !

    Et comme déjà dit, qui vous dit que dans quinze jour, nous n’allons pas remonter au-delà de 7° ici en Belgique ? (Voir novembre et décembre, et la course du soleil se relève inévitablement, nous sortons de l’hiver, même avec une vague de froid qui reste de toute manière limitée en temps et d’une certaine manière anecdotique).

    Donc, pour moi, tout ça est un leurre dangereux !

    Bonne route à tous, roulez cool !

    J'aime

  10. Encore un petit commentaire très rapide (oublié dans mon message précédent, pfff pour moi !)

    A propos du tableau comparatif des pneus dans l’article, très bien fait et très complet, en bref remarquable !

    Mais, je vois là-dedans des pneus hiver du genre 205/etc…, j’ai envie de pleurer !

    Pour moi, un pneu neige doit être assez étroit ! Bref, un 205 série 60 ou 55, neige ça doit coûter un os, et je doute de l’efficacité ! -sais pas avec quoi ils roulent maintenant en WRC, au rallye de Suède par exemple ça démarre ce jeudi je pense- – mais je vais me renseigner ! – et c’est un autre monde –

    Pour une utilisation courante avec une petite voiture comme la mienne : 185/60 quatre saisons, ou mieux 175/60 ou 70 avec les jantes d’origine, et le 185 est déjà un compromis. Sinon, changer de jantes , et descendre encore en largeur de pneus – mais là on en arrive à un « kit hiver », à quoi bon, gagner quelques risques de se planter en roulant quelques Km trop vite, dans des conditions difficiles : on n’est pas en rallye sur la route, non ?

    Avantage : petite voiture pas chère, jantes en fer avec cache-jante, méfiez-vous des belles jantes alu ou métal du genre : en hiver, ça ne résiste pas du tout au sel ou beaucoup moins bien – corrosion abominable – !

    J'aime

  11. A partir du 1er octobre 2012, pneus hiver obligatoires aussi au Luxembourg, ainsi les belges qui n’auront pas de pneus hiver ne pourront plus pratiquement quitter notre petit pays en période hivernale, alors je pense que la majorité d’entre-nous devra s’équiper ou rester confiné en Belgique 6 mois par an… !
    C’est une aberration que de se priver de tels pneus !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s