Immatriculations : le diesel un peu moins privilégié


De 75,3 % du marché global en 2011, les immatriculations de nouvelles voitures diesel ont été ramenées à 69,5% au terme du premier trimestre 2012.

Ce n’est pas une révolution mais l’amorce d’un changement dans les habitudes belges concrétisé par les derniers chiffres de la Fébiac à la fin mars:  le choix d’un moteur diesel est un peu moins privilégié. Une conséquence directe de la fin au 31 décembre 2011 des primes C02 très favorables au gasoil.

En recul de près de 6%, le moteur diesel marque donc le pas auprès du consommateur belge: si, note la Fédération Belge de l’Automobile et du Cycle (Fébiac), la répartition des immatriculations entre diesel et essence était de 75,3% / 23,5 % pour l’ensemble de l’année 2011, elle s’établit actuellement  à 69,5 % / 29,7 %.

Ces chiffres se réfèrent aux 148.363 voitures privées neuves immatriculées au cours du premier trimestre de l’année 2012.  Outre la suppression d’un avantage fiscal de 3 ou de 15%, le rapprochement entre les prix des deux carburants a influencé le consommateur, de même que la crainte de nouvelles taxes frappant le diesel, même si le parlement européen n’a pas retenu la proposition de la Commission européenne en la matière. Enfin, l’arrivée de nouvelles petites voitures urbaines dynamiques et au moteur à essence sobre  provoque un regain d’intérêt à l’égard de ce type de motorisation.

S’agit-il d’une nouvelle tendance lourde? Il est trop tôt pour le dire, le Belge étant encore aujourd’hui plus sensible à son portefeuille qu’aux effets de la pollution, sauf quand les deux se rejoignent. Selon le BIPE, une société française de  conseil en stratégie spécialisé dans la prévision économique, « en 2020, le diesel ne représentera plus que 35% des immatriculations en Europe ». En cause notamment, une évolution de la fiscalité.

La fin d’un trimestre est aussi l’occasion pour la Fébiac de préciser les immatriculations par modèle. On apprend ainsi que Renault Mégane (essentiellement à travers sa version Scénic monovolume)  et Volkswagen Golf restent les voitures les plus populaires en 2012 comme en 2011. En revanche, l’innovante Citroën C4 prend la troisième place du podium au détriment de la Volkswagen Polo.

Autre changement au détriment de la Polo: l’ Opel Corsa est devenue la première berline devant la Polo et la Ford Fiesta, trois modèles plébiscités d’abord pour les versions à essence. Une manière de confirmer l’évolution évoquée plus haut.

Dans les autres catégories, la Nissan Qashqai est redevenue le premier SUV devant la  Dacia Duster et la Peugeot 3008; et parmi les petits breaks populaires, la Citroën Berlingo précède la Peugeot Partner et la Renault Mégane, ex-leader en 2011.

Un dernier mot pour signaler la domination de la très populaire Fiat 500 C dans la catégorie des cabrios.

Les immatriculations belges  à  la fin mars


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s