Bruxelles rejette les voitures avant de rechercher des d’alternatives à l’auto


A Bruxelles, les pouvoirs publics procèdent à l'envers: ils bloquent d'abord le trafix avant de rechercher des alternatives à l'automobile.

Touring  rappelle aujourd’hui une évidence:tout est fait pour freiner l’usage de la voiture à Bruxelles, mais, en l’absence d’alternatives, l’engorgement et la pollution ne font qu’augmenter. A quoi joue le politique?

Peut-on reprocher à une ville comme Bruxelles de limiter la pression automobile?  A l’évidence, non, d’autant plus que la population urbaine ne fait qu’augmenter. Mais il doit s’agir d’une politique concertée. Rien ne sert de freiner le trafic des grands axes s’il se déplace vers les rues avoisinantes, une démarche facilitée par les GPS. A quoi bon élargir à grands frais les trottoirs et limiter les places de parking- 1.000 places perdues en 5 ans- s’il n’existe pas en périphérie des parkings de dissuasion en suffisance? D’accord pour encourager l’usage des transports en commun mais encore faut-il que ces derniers puissent absorber le surcroît de trafic. Et à quoi rime-t-il de multiplier les zones 30 si on n’est pas en mesure de les faire respecter? Bref, comme le constate Touring, on procède à l’envers: au  lieu de proposer des alternatives crédibles puis d’encourager leur usage, on bloque les automobilistes avant d’imaginer d’autres formules dont certaines, à l’image du RER, ne seront applicables que dans six ou huit ans. Avec des conséquences immédiates: 2.134.220 heures perdues annuellement dans le trafic bruxellois par 400.000 automobilistes dont 213.000 navetteurs. Un coût évalué à 87.309 euros par jour.

L’organisation de défense des automobilistes dénonce des exemples concrets de mauvaise gestion dont celui-ci: « on n’a rien trouvé de mieux que de réduire de moitié la capacité de l’axe nord-sud. Cet axe central est maintenant bloqué presque toute la journée par des véhicules polluants. La seule avenue parallèle, l’avenue de Stalingrad est fermée parce que le bourgmestre veut en faire la « Rambla de Bruxelles ». Avez-vous déjà flâné sur cette avenue ? Et ensuite, venir se plaindre de la pollution. Le résultat est que le nombre d’heures perdues dans les files augmente jusqu’à plus de 2 millions d’euros par an. Cela coûte annuellement à la société près de 20 millions d’euros. »

En conclusion, Touring lance un appel aux citoyens en vue des prochaines élections communales et leur demandent d’évaluer les mesures prises dans chaque commune pour une meilleure gestion de la mobilité. Différentes initiatives vont être prises dans ce sens ces prochains mois. Car s’il est une chose que l’on peut reprocher à l’automobiliste, en plus d’un comportement de moins convivial et influencé par la nervosité ambiante, c’est l’absence d’esprit de corps. S’il existait un « syndicat des automobilistes », il y longtemps qu’il aurait manifesté des signes de révolte face  à la mauvaise gestions des pouvoirs publics.

Tous les détails dans le communiqué ci-dessous de Touring.

TOURING – COMMUNIQUE DE PRESSE

Touring: «Seuls les remparts médiévaux manquent encore à la politique de mobilité à Bruxelles».

«Le plan d’action pour la mobilité va paralyser la capitale.»

Bruxelles, le 2 mai 2012.

L’organisation de mobilité Touring met en garde: le nouveau plan d’action pour la mobilité de Bruxelles va rendre impossible une courte escapade en ville.

«Nous encourageons les citoyens de ce pays de rester loin de la capitale et de se rendre ailleurs pour leurs loisirs et leurs achats. Peut-être cela éclairera-t-il enfin l’esprit des politiciens.

Si ce plan d’action est mis en œuvre, les entreprises et les commerces seront obligés de s’établir ailleurs et seules quelques boutiques de souvenirs, des magasins de téléphonie et de nuit subsisterons». «Toutes les principales routes d’accès vers et depuis la ville sont fermées ou voient leurs capacités réduites de moitié, dit Touring. Il est incroyable de constater comment l’administration communale traite ce dossier par-dessus la jambe et mène une vraie croisade contre l’utilisation de la voiture.» Nos collègues qui viennent de l’étranger pour organiser des réunions n’en parlent pas comme d’un «fait divers» mais bien comme «du jamais vu» ajoute Touring.

Touring n’est évidemment pas enchantée qu’il n’existe aucune concertation avec le principal représentant du plus grand groupe d’utilisateurs de la route dans notre pays, autrement dit les automobilistes. «Ce seul fait augmente le risque d’un arrangement biaisé d’un tel plan de mobilité et n’est par conséquent pas objectif et tout sauf démocratique». Touring s’étonne aussi de ce que ce plan est encore appelé une proposition, là où tout le monde peut constater à l’œil nu que ce plan a déjà commencé à être mis en œuvre.

«En effet, en 5 ans, plus de 1000 emplacements de stationnement ont étés supprimés en ville, sans la moindre compensation sous forme de parkings souterrains, sécurisés, toujours accessibles et abordables financièrement, et les routes ont étés transformées en rues piétonnes ou rétrécies.

Et pourtant, le plan prévoit que la suppression de places de stationnement doit aller de pair avec l’extension de l’offre d’alternatives telles que les parkings de transit. Il est littéralement spécifié que la construction de places de stationnement de transit est une condition PREALABLE à la gestion du stationnement. La suppression de places de stationnement en surface, le rétrécissement et la fermeture des routes et même des axes principaux, sont beaucoup plus rapides que l’offre d’une réelle alternative. Ainsi, on a rien trouvé de mieux que de réduire de moitié la capacité de l’axe nord-sud. Cet axe central est maintenant bloqué presque toute la journée par des véhicules polluants. La seule avenue parallèle, l’avenue de Stalingrad est fermée parce que le bourgmestre veut en faire la « Rambla de Bruxelles ». Avez-vous déjà flâné sur cette avenue ? Et ensuite, venir se plaindre de la pollution. Le résultat est que le nombre d’heures perdues dans les files à ce moment augmente jusqu’à plus de 2 millions d’euros par an. Cela coûte annuellement à la société près de 20 millions d’euros.»

« L’une des alternatives à laquelle il se réfère est le RER. Ce projet a, depuis des années, constitué la base de discussions et de procédures. La mise en œuvre, qui a commencé il y a déjà trois ou quatre ans maintenant, ne sera terminée que d’ici 2020. Il est clair que pendant toutes ces années, l’offre et la demande de la mobilité auront totalement changé. Une fois de plus, les mesures visant à décourager l’usage de la voiture, même à la lumière du RER comme alternative, auront étés beaucoup plus rapides. Une alternative équivalente et valable fait défaut, au moins tant que les gens ne se sentiront pas en sécurité dans le bus ou le métro. Le directeur de la STIB, Monsieur Lauwers reconnaît avec beaucoup de courage la réalité que les politiciens nient à chaque fois: les usagers se sentent coincés dans les transports en commun comme dans une boîte à sardines et il n’y a pas d’argent pour son extension, car on ne veut pas aller chercher l’argent chez le client. Si on désire plus d’usagers dans les bus, les trams ou le métro, une meilleure sécurité des personnes, visible, est une nécessité absolue.»
Enfin, n’oublions pas que le centre de Bruxelles est souvent fermé pour divers évènements. A lui seul, le marché de Noël bloque les rues du centre pendant au moins 3 mois et la foire du Midi empiète sur 2 bandes de circulation du petit ring pendant 2 mois.
Touring lance un appel inhabituel à la population bruxelloise. Les gens ont les politiciens qu’ils élisent. En prévision des élections municipales, nous leur conseillons d’évaluer comment l’administration actuelle gère le problème de la mobilité, comment les habitants même de Bruxelles  sont emprisonnés en ville et avec toujours moins de facilités pour les taxes de circulation qu’ils paient. « Nous allons dans les mois à venir, entreprendre des actions afin de sensibiliser les habitants de la Région Bruxelloise aux élections. Nous avons de très nombreux membres à Bruxelles et ils ont leur rôle à jouer. »

Un aperçu de Touring des actions inacceptables de ce plan :

– Réduire de moitié la capacité de l’avenue du Parc Royal: tout le trafic va être dévié vers le déjà encombré et rétréci Van Praet point;

– Réduire de moitié la capacité de la chaussée de Vilvoorde;
– Réorientation de la circulation des navetteurs vers les axes principaux, mais réduction des

capacités de la rue de la Loi de 4 à 3 bandes de circulation;
– Suppression d’une bande de circulation avenue de Kortenberg;
– Fermeture de rues transversales à la Chaussée de Louvain, tandis que la capacité de la chaussée de Louvain a diminué de moitié;
– Suppression d’une bande de circulation rue Belliard: de 5 à 4 bandes;

– Réduire de moitié la capacité de la chaussée d’Etterbeek;
– Réduire de moitié le réseau routier dans le bois de la Cambre;
– Réduire de moitié la capacité de la chaussée de Vleurgat;
– Fermeture de l’avenue Louise entre la place Louise et la Place Stéphanie;
– Réduire de moitié la capacité de la chaussée de Mons;
– Réduire de moitié la capacité de la rue de Laken;
– Réduire de moitié la capacité de la rue Dansaert;
– Réduire de moitié la capacité de la rue des Alexiens;
– Réduire de moitié la capacité de la rue Joseph Stevens, de la rue du Lombard et de la rue Lebeau.

Inversement, Touring propose des mesures positives pour :

– Plus de ressources pour la STIB: le client doit payer. Chaque année, 60 millions disparaissent du fait de clients exonérés. Avec ces 60 millions d’euros, on peut construire un kilomètre de métro.

La saturation du métro prouve qu’il a du succès.
– L’agrandissement des lignes et la liaison avec et vers les autres régions est nécessaire.
– Donner une priorité absolue à la construction des parkings de transit à la périphérie (périphérie de Bruxelles). Cette offre doit être très grande. Résultat: automatiquement, moins de voitures en ville.
– Plus de pénétration des transports en commun dans la périphérie: actuellement, elle est de 40% à Bruxelles et de 14% seulement dans la périphérie.
– Affecter du personnel à la synchronisation des feux de signalisation. Une solution absolument méconnue qui peut diminuer de 27% le trafic des heures de pointe. A Bruxelles, une seule personne est responsable de près de 500 carrefours munis de feux.
– L’optimisation du Ring de Bruxelles doit enfin être mise en œuvre. Le trafic restera sur le ring et ne traverse pas Bruxelles pour rejoindre Louvain. Le ring n’a pas été modifié depuis 40 ans. Aux Pays-Bas, depuis cette époque, la capacité des rings autour des villes a tout simplement doublé , avec la construction de grandes aires de stationnement de transit sur le trajet du ring..
– Mettre en œuvre le système de payement en fonction du kilométrage parcouru avec l’obligation de réinvestir pleinement ces recettes dans le déve­loppement de la multimodalité.
– Développer la capacité des routes: maintenant on fait le contraire, avec comme conséquence que les zones résidentielles sont elles aussi envahies par la circulation.
– Augmentation des investissements dans les infrastructures pour les usagers faibles.

Info:

– Nombre d’heures perdues par an à Bruxelles: 2.134.220.
– Valeur d’une heure passée dans la voiture : en moyenne 9 euros.
– Nombre de véhicules par jour à Bruxelles: 400.000 dont 213.000 navetteurs.
– Coût du nombre d’heures perdues: 9 euros x 2.134.000   heures = 19.207.980 euros par an / 220 jours prestés = 87.309 euros par jour.

Publicités

2 réflexions sur “Bruxelles rejette les voitures avant de rechercher des d’alternatives à l’auto

  1. Comme beaucoup d’ex-bruxellois, j’ai trouvé la solution : « freiner l’usage de Bruxelles », ville cloaque que je ne fréquente que contraint et forcé.

    J'aime

  2. Moi, je n’y vais plus qu’à moto, c’est plus dangereux et moins confortable, mais c’est la seule solution en semaine, par la faute de ces dirigeants incompétents!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s