Trop de voitures diesel en Belgique? La faute aux gouvernements successifs


Bannir le diesel? Non, mais limiter son usage urbain.

Ce n’est pas un scoop: l’OMS (L’organisation Mondiale de la Santé) vient de déclarer le carburant diesel cancérigène. Pour inverser la tendance dans une Belgique  « diésélisée » à plus de 70%, le gouvernement risque de taxer davantage ce carburant. Ce serait une belle preuve d’hypocrisie.

La pollution automobile, est-ce la faute au carburant diesel et aux conducteurs belges qui en sont les adeptes? Le raccourci serait un peu facile. Depuis plusieurs dizaines d’années, tout a été fait chez nous, mais aussi dans d’autres pays dont la France, pour encourager le choix d’un moteur diesel (prix à la pompe, primes CO2 etc). Très logiquement, les importateurs automobiles se sont précipités dans la brèche, réclamant des moteurs de ce type auprès des constructeurs notamment japonais et cherchant des artifices techniques pour descendre sous les normes de C02 bénéficiant d’avantages fiscaux.

De bonne foi, l’automobiliste a suivi, persuadé de son rôle écologique (un peu gonflé par le lobby automobile…) tout en bénéficiant des primes à l’achat, d’un carburant moins cher à la pompe et de performances (couple à bas régime, reprises, bruits et vibrations mieux maîtrisés) qui lui ont fait aimer cette mécanique réservée autrefois aux poids lourds.

Et la pollution, direz-vous? Tout le monde (nous y compris!) a fait confiance à ces filtres à particules arrêtant NOx et autres produits dangereux pour la santé. Jusqu’au moment où, il y a une dizaine d’années, des scientifiques ont mis en évidence les micro-particules que n’arrêtaient pas les filtres et qui, en outre,pénétraient directement dans les poumons. Il aura pourtant fallu attendre fin 2011 pour enregistrer la fin des primes fédérales liées au CO2. A l’inverse, il y a belle lurette que la Suisse notamment ne favorise pas le diesel  la pompe et, depuis plusieurs années, un mégapole comme Tokyo interdit les véhicules diesel sur son territoire.

Depuis 2009 il est vrai, et sans attendre les décisions gouvernementales, un léger passage vers l’essence avait été enregistré dans les immatriculations globales mais celui-ci était aussi dû à la crise financière de 2008 et à une chute du marché des véhicules de société roulant très majoritairement au diesel. Parallèlement, sentant le vent tourner, les constructeurs se sont intéressés au développement de petits moteurs à essence sans doute très dynamiques mais toujours plus gourmands aujourd’hui que leurs équivalents diesels, malgré de réel progrès.

On en est là aujourd’hui, avec une question: faut-il envoyer les voitures diesel à la casse? Pas vraiment car leurs performances et leur faible consommation restent des atouts sur route. En revanche, tout doit être fait pour limiter leur usage urbain (et celui de toutes les camionnettes, camions et autres bus!), là où la concentration des micro-particules est néfaste pour les populations circulant à proximité du trafic. D’autres moyens de transport privés et publics doivent être encouragés afin d’inciter à laisser sa familiale diesel au garage.

De la même manière qu’il a dopé longemps l’achat des voitures diesel, le gouvernement doit favoriser les voitures à essence en ville. Se contenter d’augmenter le prix des carburants diesel pour se donner conscience (et renflouer les caisses de l’Etat) serait faire preuve d’une belle hypocrisie!

De toutes façons, l’inversion de la tendance demandera plusieurs années, au rythme du renouvellement du parc automobile et en attendant le vrai démarrage de solutions alternatives dont la voiture électrique.

Les effets sanitaires des particules diesel

Publicités

2 réflexions sur “Trop de voitures diesel en Belgique? La faute aux gouvernements successifs

  1. Convaincre les utilisateurs de diesels de laisser leur voiture au garage pour aller en ville est peine perdue, à moins de carrément l’interdire, ce qui serait difficile.
    De toute façon, il n’y a pas que qu’en ville que le diesel est néfaste. Sur route et autoroute, les odeurs pestilentielles des gazoleuses envahissent constamment mon habitacle, et à peine ces effluves disparues qu’il y en a d’autres qui apparaissent. La seule façon d’y échapper, c’est de fermer l’arrivée d’air en permanence, ce qui n’est pas idéal question aération.
    Non, il n’y a pas 36 solutions: hypocrites ou pas, la taxation du diesel doit l’être de la même façon que celle de l’essence et même davantage, mais de façon progressive et après une campagne montrant clairement les gros défauts du mazout (pollution, entretiens plus élevés, fiabilité moindre, etc…). Dans le même temps, les autorités devraient prendre des mesures pour favoriser les voitures au LPG, GNV, ainsi que les hybrides-essence, voire les électriques.
    N’oublions pas un autre problème du diesel: l’arrivée des normes EURO 6 en 2014 va obliger ces mécaniques à ne plus polluer davantage que les essences, ce qui n’étaient pas encore le cas jusque là. Or, la complexité des systèmes supplémentaires pour rendre ces moteurs plus propres a un prix: on parle d’une moyenne de 2000€ supplémentaire en moyenne. Du coup, certains constructeurs ont décidé de ne plus installer ce type de propulseur dans leurs citadines. De plus, toute cette technologie ne va certainement pas améliorer la fiabilité générale de ces moteurs, encore sujette à caution.
    Enfin, rappelons que produire du diesel à partir du pétrole rejette environ 12% (si je me souviens bien) de CO2 en plus que la production d’essence. En outre, le nombre de voitures au mazout est tellement élevé dans certains pays européens (France, Belgique…), que ce carburant doit être importé depuis des raffineries plus lointaines, et que l’essence, au contraire en excédent, doit, lui, être exporté. Pas vraiment de quoi limiter les rejets de CO2 et les polluants divers. Une hypocrisie de plus!
    Conclusion: plus vite on se débarrassera de ce carburant, au mieux ce sera.
    Et ne comptons pas sur l’Europe: celle-ci a tout récemment refusé d’aligner les taxes du diesel sur l’essence. Lobbys, quand vous nous tenez! Ecoeurant!!

    J'aime

  2. Pfff,

    toute personne s’intéressant un minimum à l’automobile sait que le diesel pue, pollue et tue, mais les abrutis (généralement autophobes -mais roulant en A8 ou Série 7) élus pour notre bien n’ont fait (notamment par peur d’affronter les camionneurs) que favoriser ce poison (qui, ne l’oublions pas, alimente nos chaudières de chauffage).

    Le plus comique, ce sont tous ces lobbys pro transport en commun qui ne disent jamais que les autobus de la Stib ou du TEC sont soumis à des normes qui leur permettent de polluer 20 fois plus que les voitures particulières (des voitures diesels de surcroît, c’est tout dire…).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s