La collaboration entre Jaguar Land Rover et l’Indien Tata, ça roule


Le SUV Evoque a boosté les ventes de Land Rover et justifié l' investissement de Tata.
Le SUV Evoque a boosté les ventes de Land Rover et justifié l’ investissement de Tata.

Au Salon de Genève, Jaguar Land Rover vient d’ annoncer un investissement dans l’ année de 219 millions de dollars puis la création de 700 nouveaux emplois dans son usine de moteurs à Wolverhampton (Midlands). Un nouveau jalon dans la « success story » du groupe britannique qui a réalisé la plus belle progression en 2012. Prise en mains du SUV Freelander.

En ce matin d’hiver dans la campagne enneigée proche de Dusseldorf, il n’y a pas grand monde pour assister aux « exploits » de quelques journalistes testant sur une piste d’essai privée de Land Rover et dans la neige le comportement du dernier Freelander  en tout terrain. 

Evolution douce du « Freelander 2 », ce modèle se veut surtout plus luxueux grâce essentiellement à des aménagements intérieurs et de nouveaux équipements. De quoi le faire monter en gamme, sans exploiter pour autant sur un style british – l’intérieur cuir et apparence métal est très classique-  ou rétro, à l’exception  de la montre analogique au centre de la planche de bord. Land Rover répond ainsi à la demande de ses premiers marchés : Chine, Grande Bretagne, Etats-Unis et Russie qui précèdent l’Italie, l’Allemagne et la France.

Dans l’immédiat, ce n’est pas le Freelander mais l’ Evoque qui a relancé la marque et séduit très majoritairement de nouveaux clients: écoulé à 110.000 unités, le nouveau petit SUV a représenté à lui seul un tiers des ventes du groupe Jaguar Land Rover qui, en 2012, a progressé de 30% dans le monde et de 25% en Europe (32% dans le Bénélux) ! « Avec notre ancien propriétaire Ford, toutes les décisions se prenaient à Détroit, note un cadre britannique. Aujourd’hui, Tata nous écoute. » Mais un autre ajoute: « le partenariat avec Ford nous a permis d’améliorer la fiabilité de nos produits ». Redouté dans un premier temps par le personnel qui s’attendait à tout, ce nouveau partenariat semble se dérouler sans trop de vagues.

Pour qui a vécu avec tristesse la déroute de l’ industrie automobile au Royaume Uni, il n’est pas simple de saisir toutes les nuances de cette nouvelle alchimie. Entrent en ligne de compte des coûts réduits (lors des deux premières années à l’usine de Coventry, les nouveaux arrivants touchent 70% du salaire de base), le savoir-faire, l’ environnement social et culturel de régions marquées par le chômage, l’exploitation de niches dans le marché mondial du luxe et des investissements importants. Après avoir racheté Jaguar Land Rover en pleine crise économique (2008), Tata a pris le risque d’investir: au coup de pouce donné par le gouvernement pour la production d’un modèle moins polluant sur le sol britannique (32 millions d’euros), Tata a ajouté 460 millions d’euros pour développer l’ Evoque. Résultat: aujourd’hui et pour la première fois dans l’histoire de Land Rover, l’usine anglaise  fonctionne non stop, 5 jours sur sept, avec 3 équipes ! Voilà comment, non sans avoir embauché 9.000 personnes au cours  des trois dernières années, le groupe a réalisé la plus belle progression de tous les constructeurs automobiles en 2012.

Après l’Evoque, un nouveau Range Rover Sport est attendu sous peu,  mais aussi une version cabriolet de l’Evoque, un Discovery et puis un Range Rover hybride diesel.

Prochains objectifs: une usine chinoise en 2014 en partenariat avec Chevy et, à l’horizon 2020, une production espérée de 600.000 véhicules.

Evolutions extérieures cosmétiques pour le Freelander 2.
Evolutions extérieures cosmétiques pour le Freelander 2.

Freelander 2013: impressions de conduite

Apparu en 1997, le SUV compact Freelander a été repensé en 2006 (Freelander 2) puis en 2009 (version 2WD, stop& start, moteur diesel 2.2 de 148 et 187 ch). Avec la version 2013, il conserve donc l’appellation Freelander 2. Les innovations ne sont pas, il est vrai, de première importance: nouveaux feux LED, phares et feux revus, 6 cylindres essence 3.2 remplacé par un 4 cylindres 2 litres turbo plus puissant (240 ch) et associé à la boîte auto à 6 vitesses des Evoque et Ford Mondeo.

Plus significative est l’évolution de l’équipement : nouvelle console centrale, nouveau système de navigation avec  écran  tactile de 7 pouces, caméra de recul, clé intelligente, reconnaissance vocale, frein de stationnement électronique et s’adaptant à la température des disques de freins et à la pente, nouveau système audio jusqu’ à 17 haut-parleurs ( 825 W) et climatisation programmable jusqu’à 7 jours.

Le Freelander devient-il  un « mini Range » ? C’est  l’impression qu’ il donne en off road sur la neige : il descend lui aussi des pentes de 75%, escalade des buttes abruptes, grimpe sur de la roche et se pose sur deux roues en diagonale au besoin. Ses seuls handicaps dans des conditions extrêmes sont une garde au sol limitée et l’absence de boîte aux rapports courts. Il faut quand même réserver quelque chose au grand frère !

Testé sur route en version essence puis diesel, le Freelander est un SUV luxueux, doté de sièges enveloppants très confortables (la suspension est un peu plus sautillante, ce n’est pas une Jaguar XF !), de bonnes performances mais d’une commande de direction un peu légère. Et la consommation du moteur 2 litres turbo à un rythme très raisonnable (13,2 l/100 km) trahit son poids, tout comme sur la version diesel 2.2 SD4 (190 ch) à 4 roues motrices: 11,6 l de gasoil aux 100 km lors d’un parcours mixte ville/routes, c’est beaucoup. Land Rover propose heureusement  une version diesel à 2 roues motrice  eD4 plus légère de 75 kg  et dont il fait son bestseller sur le marché Fleet. ( l’eD4 consomme  6,0 l/100 km selon les normes conventionnelles).  Et puis, grâce aux investissements annoncés cette semaine dans l’usine de Wolverhampton, le groupe,au lieu d’utiliser des mécaniques Ford, produira à terme ses propres moteurs plus modernes et plus sobres. Dans l’immédiat, « notre politique de prix (la version de base atteint un peu plus de 30.000 €) devrait nous aider à concurrencer les rivales allemandes bien équipées », estime Land Rover.

L'aménagement intérieur est plus luxueux et l'équipement très complet.
L’aménagement intérieur est plus luxueux et l’équipement très complet.

Freelander 2.2 SD4, 4WD, boîte automatique: fiche technique 

Longueur:4,50 m

Coffre: 405 à 1670 litres

Poids: 1805 kg

Moteur: 2.2 SD4 ,4 cylindres, 2179 cc, 190 ch, 420 Nm, boîte automatique à 6 rapports

Consommation: 7 l/100 km (conventionnelle), 11,6 l/100 km (testée); rejets de CO2/km: 186 gr.

Garde au sol (essieu avant/arrière) 210 mm/265 mm.

Prix: 40.100 euros (X-edition); 2.2 eD4 Diesel 2WD à 30.900 €; 2.2 TD4 Diesel 4WD, boîte manuelle à 36.900 euros.

Bien vu: position de conduite, comportement routier, grandes aptitudes en tout-terrain, moteur dynamique et souple, aménagement intérieur, confort des sièges, équipements luxueux, rangements, qualité de fabrication.

A revoir: consommation, suspension un peu sautillante, portes et coffre lourds à manier.

Un écran tactile de 7 pouces.
Un écran tactile de 7 pouces.

L’insolente croissance de Jaguar Land Rover

New Freelander

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s