Revue de presse auto en bref: de Nissan Sunderland à Seat et à PSA


Le succès du Qashqai contribue largement au succès de l'usine Nissan en Grande-Bretagne.
Le succès du Qashqai contribue largement au succès de l’usine Nissan en Grande-Bretagne.

L’industrie automobile européenne passe un mauvais cap mais les nouvelles ne sont pas mauvaises pour tout le monde. Exemple: Nissan Sunderland en Grande-Bretagne

Nissan Sunderland va bien aujourd’hui. Créé en 1986 à l’ère de Thatcher sur un ancien site industriel, l’usine britannique de Nissan  a  connu des hauts et des bas. Portée aujourd’hui par le succès du Qashqai (à côté des Juke, Leaf électrique et d’une Infiniti),  elle a produit 510.000 voitures en 2012, soit un peu moins que les 5 usines françaises de Renault (532.000). Une nuance de taille: ce résultat a été obtenu avec 6.100 salariés, au lieu de 14.100 chez Renault!

Le succès insolent de Nissan Sunderland

La situation du constructeur Seat, filiale du groupe VW, reste difficile. C’est en substance ce qu’a laissé entendre James Miur le patron de Seat. Ainsi la marque ibérique doit voir ses ventes doubler à moyen terme (~2016) pour atteindre  600.000 unités/an. Si ce résultat n’est pas atteint, le constructeur espagnol pourrait en faire les frais sans délais. Selon James Miur, il va falloir se battre pour survivre sur les marchés mais aussi en interne chez VW face à Skoda. « Nous devons augmenter les volumes et nos marges bénéficiairese. A court terme, cela signifie que les investissements que nous avons consacré à la famille Leon doivent porter leurs fruits.».

(Caradisiac)

•Autolib’ ne réduit pas le nombre de voitures dans Paris. C’est l’amer constat que dresse un des adjoints au Maire de Paris, Pierre Mansat, chargé des relations avec l’Ile-de-France et Paris Métropole (Le fameux Grand Paris). Il dit tout haut ce que tout le monde murmurait à la mairie de Paris depuis des mois, en substance : «  On ne parvient pas à l’objectif. En fait, Autolib’ séduit les passagers des transports en commun, et la très grande majorité des utilisateurs d’Autolib’ n’ont pas de voiture ». En pratique, plus de 60% des utilisateurs des Bluecar d’Autolib’ ne possèdent aucun véhicule.

(Le blog Automobile)

.

PSA veut augmenter le temps de travail. Après Renault, qui vient de conclure un accord avec les syndicats, PSA Peugeot Citroën va aborder rapidement la question de la compétitivité de ses sites français. Denis Martin, le directeur industriel, compte lancer les discussions si possible en mai, peu après la conclusion du processus de ­validation du plan de restructuration – 8000 suppressions d’emplois incluant la fermeture de l’usine d’Aulnay. La direction va dans un premier temps demander aux salariés leurs idées pour économiser 600 euros par voiture fabriquée en France, selon une source interne. Soit à peu près l’écart de coût de revient (700 euros) entre une Peugeot 208 fabriquée à Poissy, en France, et la même faite à Trnava, en Slovaquie. Parmi les pistes de réflexion, la direction souhaiterait augmenter le temps de travail dans la journée et, le cas échéant, supprimer le travail de nuit, qui coûte de 20 % à 30 % plus cher.

PSA souffre du fait que ses petites voitures, un créneau sur lequel la guerre des prix fait rage, sont souvent fabriquées en France, quand Renault localise environ 70 % de ses Clio 4 en ­Turquie et 30 % à Flins. 

PSA veut augmenter le temps de travail

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s