Des billets de loterie vont-ils rendre la circulation plus sûre à Bruxelles?


A Bruxelles, les "zones 30" se multiplient mais ne peuvent pas être contrôlées.
A Bruxelles, les « zones 30 » se multiplient mais ne peuvent pas être contrôlées.

Humeur. C’est la dernière trouvaille du secrétaire d’Etat bruxellois à la mobilité: offrir des billets de loterie ou des biscuits aux automobilistes respectant la vitesse limitée à 30 ou 50 km/h en ville. Dans le même temps, Bruno De Lille (Groen) a rappelé qu’en réduisant quelque peu la vitesse à Bruxelles, « nous pouvons éviter chaque année 50 à 60 morts et blessés graves« .

A priori, l’idée de récompenser les automobilistes respectueux des limitations de vitesse est sympathique: on pourrait imaginer de distribuer des oeufs en chocolat à Pâques, une boule de la glace au coeur de l’été ou un morceau de tarte au riz dans la région de Verviers.

Mais la vitesse au volant et plus globalement la sécurité routière sont-elles des sujets ludiques? Comme le dit dans le « Soir » le député bourgmestre Didier Gosuin (FDF), « c’est un peu irréaliste: le parquet dit qu’il n’a pas les moyens de sanctionner les personnes en infraction, notamment dans les zones 30 – représentant 40% du réseau-, et on mobilise des moyens pour remercier ceux qui respectent la loi ».

A quoi cela sert-il effectivement de mettre à Bruxelles 477 km en zone 30 si les infractions au-dessous de 56 km/h ne sont pas sanctionnées? Mieux vaut se limiter à quelques axes jugés essentiels où l’automobiliste en infraction sait qu’il a toutes les chances d’être pénalisé.

La vitesse au volant était un de nos sujets de conversation hier à Francfort avec quelques ingénieurs allemands d’Opel: « vu de l’étranger, la vitesse libre sur les autoroutes allemandes paraît un peu folle mais le système fonctionne, Il ne concerne que certains tronçons et l’automobiliste utilisant les appels de phare ou toute autre moyen de  pression sur un conducteur plus lent est passible d’une amende. Et puis, la vitesse est limitée et sévèrement  contrôlée ailleurs, et notamment dans les agglomérations ».

A Bruxelles, on se contente de multiplier de manière débridée et sans stratégie les entraves à la conduite automobile, avec des situations ubuesques: casse-vitesses au dénivelé très variable, parfois détruits et reconstruits avec des arêtes moins vives suite aux plaintes des riverains (bruits et vibrations), ronds-points à tout va que les autobus sont obligés d’escalader, surprenants ralentisseurs artificiels imposant un slalom  dangereux même à très basse vitesse, et bien sûr limitations de vitesse à 30 km/h incontrôlables en dehors de quelques opérations coups de poing. On peut aussi penser que les budgets consacrés à des aménagements inutiles ou incongrus pourraient être mieux utilisés.

En fait, le secrétaire d’Etat Bruno De Lille a parfaitement raison: la circulation automobile à Bruxelles s’apparente à une vraie loterie. Il faut de la chance pour ne pas être surpris par des ralentisseurs  incongrus, pour ne pas se faire attraper  par des forces de police ne disposant pas des moyens en rapport avec leurs ambitions  (pas vu, pas pris) , et bien sûr pour  gagner un billet de Win For Life.

Encore faut-il tirer le bon numéro : hier soir dans un sujet de « Questions à la Une » à la RTBF, il a été rappelé qu’on avait une chance sur 8 millions de gagner un gros lot dans les loteries. Bref, il faudra beaucoup lever le pied !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s