Le radar feu rouge, ça flashe à Paris


Des radars feux rouges parisiens aux allures de jackpot.
Des radars feux rouges parisiens aux allures de jackpot.

Il y a des statistiques qui laissent pantois. Témoin, le « succès » des onze radars feux rouges installés depuis peu à Paris.

Si vous passez à Paris Boulevard de la Chapelle, dans le le 18ème arrondissement, levez le pied: le radar installé à un des feux rouges flashe 110 automobilistes par jour en moyenne, avec des pointes à 150. Je ne parle pas de vitesse mais du nombre de contrevenants.

Bien connus dans les principales villes belges,le radar couplé à un feu rouge était étonnement absent à Paris où on n’en connaissait qu’un spécimen. Depuis la fin de l’année dernière, dix autres ont été aménagés. Bilan en quatre mois: 79.000  crépitements assortis d’autant de contraventions de 135 euros qui ont rapporté plus de 10 millions d’euros ! En outre, les automobilistes concernés ont perdu  4 points sur leur permis de conduire.

Comment expliquer ce chiffre impressionnant et toujours en croissance? Par l’effet de surprise très probablement: ces radars conçus pour se fondre dans le paysage n’ont pas encore été pris en compte par des citadins pressés pratiquant une sorte de dangereux sport national.

Toutes proportions gardées, le nouveau radar installé à Bruxelles avenue Franklin Roosevelt (en direction de la ville) scintillait il y a quelques jours comme un arbre de Noël. L’effet de surprise joue là aussi sur un grand axe où la vitesse est limitée à 50 km/h.

Ceci étant, face au danger potentiel que représente un feu grillé pour les autres automobilistes et surtout pour les piétons, on peut difficilement critiquer cette initiative de la Préfecture de Police parisienne. Et pourtant, selon une enquête de nos confrères français de Caradisiac, l’impact des feux rouges brûlés  serait négligeable sur la sécurité. Il est difficile d’accréditer cette thèse a priori même si la plupart des piétons ont pris l’habitude d’attendre l’arrêt des véhicules à un feu avant de s’ avancer sur une chaussée. En 2011, une mission parlementaire française ad hoc avait ainsi recommandé d’évaluer l’ efficacité de ces radars feux rouges avant d’étendre leur déploiement. Pire :la diminution des accidents latéraux serait compensée par les chocs à l’arrière consécutifs à des freinages brutaux et, selon un accidentologue, ce choix serait d’abord politique.

L’accidentologie est une science complexe dépassant la simple intuition mais, à ce stade, il y a au moins un gagnant: les finances publiques parisiennes.

L’impact de ces radars feux rouges pourrait être mineur 

 

Publicités

3 réflexions sur “Le radar feu rouge, ça flashe à Paris

  1. Chère Simone,
    Le radar de feu rouge est le seul qui me semble intellectuellement honnête et donc légitime!
    Cet article me permet de rappeler que le feu vert n’est pas un certificat de priorité mais seulement « une autorisation à s’avancer » ! Le feu rouge par contre est bien une interdiction temporaire de continuer.
    Dans certaines villes d’Italie comme Turin où j’ai beaucoup roulé il y a une trentaine d’années, le nombre d’accidents au carrefour était devenu tellement important qu’il y ait ou non des feux que la police municipale avait instaurer un système qui se révéla très rapidement radical pour ramener les conducteur à un comportement … raisonnable ! Il faut aussi se souvenir que le « tourne-à-doite » sous feu rouge était sinon autorisé à tout le moins toléré. En cas de collision « orthogonale » à un carrefour avec feux, les deux conducteurs étaient obligatoirement amenés au commissariat de police pour établir les constats, discuter des responsabilités et, peut-être, tomber d’accord. Pendant ce temps, ils devaient abandonner leur voiture sur place. Le plus souvent ils la retrouvaient délestées de quelques éléments qui allaient faire la joie des bricoleur qui avaient « justement » besoin de quelques pièces !
    En quelques semaines, une certaine prudence au carrefours était revenue.
    Comme quoi, des solutions non orthodoxes sont parfois d’une rare efficacité. Et elles n’ont besoin d’être ni préventives ni répressives.
    Bonne route Simone !
    Philippe Casse

    J'aime

  2. QQ réactions via lalibre.be
    25.05.13 | 14h59
    La vitesse du véhicule au moment de griller le feu me paraît déterminante pour la « dangerosité » de l’infraction.En ville, passer au rouge à toute vitesse est dangereux, alors que passer lentement quand le feu vient juste de changer de couleur est parfois inévitable dans une circulation congestionnée.En revanche, sur les « grand routes » où les gens, et particulièrement les camions roulent à toute vitesse, il est souvent SUICIDAIRE de freiner à l’orange, sous peine de se faire écrabouiller à l’arrière…
    En matière de sécurité routière, tout est souvent affaire de contexte, dont ne tiennent pas en compte les systèmes automatiques de contrôle.
    Je parle bien sécurité ici, vies humaines. Pas pompe à fric.
    Porfirio Rubirosa – France
    25.05.13 | 12h42
    Bonjour,pour,une fois,je suis d’accord,c’est criminel de griller un feu rouge!!Par contre,les autres radars=pompe a fric!!C’est ,pour cette raison que je suis équipé d’un brouilleur d’ondes « Wistler »,et d’un Vrai détecteur « Valentine One »,le tout indétectable!!Ca marche en France,également!!Je fait,souvent »Ardennes-Vallons pont d’arc »Détection 1700M(Jumelles,fixes,lasers,etc;;°
    pasdequoi – France
    25.05.13 | 12h29
    Bon point en effet mais à quand la même chose pour les deux roues et les piétons ?
    demokrat – Beersel
    25.05.13 | 11h31
    Il est criminel de brûler des feux rouges et je constate que leur signification a changé…
    Ce n’est plus « stop immédiat » mais vite vite, j’ai le temps de passer en accélérant avant que les autres démarrent.
    Ces radars « pour feux rouges » sont bien plus utiles que ceux qui vous pénalisent quand vous dépassez légèrement la vitesse max admise car vous suivez le flot et n’avez pas l’oeil rivé sur le compteur.
    Hercule Poirot – Belgique
    25.05.13 | 10h10
    Vous aurez compris par mon pseudo que je suis un ancien, notamment, … verbalisant « bleu à bandes rouges ». J’ai toujours été – depuis sa création que j’ai connue : le Multanova sur combi à face avant coupée en deux – et je suis de plus en plus un adversaire acharné des radars qui plus est ici du radar « à feux rouges ». Le terme « éducation routière » inclut le mot « éducation », pouvant éventuellement être assortie d’une sanction financière pour les … mal éduqués.
    Si la route est une éducation à donner et à, éventuellement, sanctionner financièrement par un … verbalisant, un être humain doté « d’une parcelle de l’autorité », les radars ne sont que vulgaires robots tireurs dans le dos, des rançonneurs de coin de bois, n’éduquant personne en quoi que ce soit, la facilité en effet d’uniquement engranger des sous.
    totopere – Belgique
    25.05.13 | 08h37
    @Hercule Poirot
    D’accord avec vous je suppose que les ondes Radar pourront être comparées aux ondes Sonar qui déroutent les baleines , et donc nuire aux chauffeurs , passants etc
    edouarddenis – Woluwe-Saint-Pierre
    24.05.13 | 23h23
    Pourquoi revoir le montant à la baisse ? C’est une infraction grave. Il est temps de discipliner l’automobiliste parisien qui n’a pas de respect pour grand monde et surtout pas pour les piétons…et oui, c’est bien pire qu’à Bxl, je me rends très fréquemment à Paris et pas seulement les w-e du mois d’août comme ceux qui idéalisent cette ville…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s