Mercedes renoue avec le succès aux 24 Heures de Spa


Une victoire construite au fil des heures pour Mercedes, 49 ans après son dernier succès aux 24 Heures de Spa.
Une victoire construite au fil des heures pour Mercedes, 49 ans après son dernier succès aux 24 Heures de Spa.

Mercedes devant une Porsche et une Audi: c’est le tiercé ce dimanche de très belles « 24 Heures de Spa »

L’Allemand Bernd Schneider, principal artisan de la victoire d’une  SLS AMG ce dimanche aux 24 Heures de Spa, était tout bébé lorsque Mercedes remporta son dernier succès dans cette épreuve en 1964. Quarante-neuf ans plus tard, un équipage privé soutenu par l’usine de Stuttgart a renoué avec la victoire sur le circuit de Francorchamps. Une victoire construite au fil des heures en tirant profit de la première sortie de la voiture de sécurité et en restant constamment dans le groupe de tête. Elle était pourtant  loin d’être acquise dimanche en fin de  matinée, alors que 93 centièmes de seconde séparait la Mercedes de la Porsche 911 GT3 R du Manthey Racing. Puis un retour obligé au stand de la Porsche après un dépassement de la voiture de sécurité et surtout un moteur tournant sur 4 ou 5 cylindres figèrent le classement et la deuxième place de la 911 GT3 R  à un peu plus d’une minute.

Jusque là, la lutte pour la victoire avait été indécise en permanence entre une dizaine de candidats, dont des Ferrari à la fiabilité pas vraiment attendue – elles réalisèrent le doublé dans les catégories Pro Am et  Gentlemen Trophy-  et l’équipe BMW du VDS  Racing team . Cette dernière fut finalement décimée par des ennuis de moteur ou, dans le cas de Maxime Martin, par l’explosion aux petites heures du dimanche d’un extincteur qui endommagea le boîtier électronique.

Retardées dès le départ dans les conditions que l’on connaît puis par des ennuis divers, les Audi R8 LMLS ultra sauvèrent l’honneur grâce au team belge WRT dont la n°2 d’André Lotherer accéda au podium, mais à distance respectable (6 tours) et sans jamais avoir fait la course en tête.

Disputé sous une chaleur lourde et étonnamment épargnée par les orages qui éclatèrent à 10 km aux alentours, ces 24 heures ont été éprouvantes pour les mécaniques, les pneus et les hommes. Près de la moitié des 65 voitures au départ durent abandonner dans une course marquée par quelques sorties de route impressionnantes et suivies par un public nombreux qui ne s’était pas trompé en ralliant Francorchamps pour un week-end riche en spectacle et en émotions grâce à la qualité des voitures et des pilotes engagés.

Le tiercé:

1. Bernd Schneider- M. Buhk-.M. Götz, Mercedes SLS AMG GT3, 564 tours.

2. M. Lieb-R. Lietz-P. Pillet, Porsche 911 GT3 R, à 1min18.568

3. A. Lotherer-F. Stippler-Ch. Mies, Audi R LMS ultra, à 6 t.

Publicités

5 réflexions sur “Mercedes renoue avec le succès aux 24 Heures de Spa

  1. Les Belges n’ont pas connu la réussite lors des 24 Heures de Spa. Il faut en effet descendre jusqu’à la 7e place pour trouver le premier pilote belge, le jeune Wolgang Reip qui disputait l’épreuve pour la première fois sur une Nissan GT-R. Évitant toute erreur dans une course où les pièges étaient pourtant nombreux, Reip a parfaitement rempli son contrat et voit sa performance soulignée par la médaille de bronze en classe Pro-Am.

    Deux rangs plus bas, Maxime Soulet termine 9e sur la Porsche 911 GT3-R de ProSpeed Competition après avoir été retardé par deux stop&go (non-respect des limites de la piste), une crevaison et surtout un ennui électrique provoqué par le nouveau système d’écran lumineux indiquant la place de la voiture.

    Frédéric Bouvy et Stéphane Lémeret se sont disputé âprement la victoire en Gentlemen Trophy au volant de leurs Ferrari, finissant dans cet ordre aux 16e et 18e places absolues. On note encore la 14e position de Nico Verdonck, discret sur la McLaren, et la guigne qui s’est abattue sur Greg Franchi classé 22e même si sa BMW, victime d’ennuis électroniques, s’est arrêtée en début d’après-midi alors qu’elle figurait dans le top 5.

    Laurens Vanthoor (Audi) a renoncé au bout de trois heures sur bris de boîte tandis que Maxime Martin et Bas Leinders (BMW) quittaient la scène au petit matin, victimes de l’explosion de l’extincteur ayant provoqué un court-circuit. Bertrand Baguette (Aston Martin-boîtier électronique), Louis Machiels (Ferrari-crevaison), Fred Vervisch-David Dermont-Koen Wauters (McLaren-suspension cassée) et Pierre Grivegnée-Sarah Bovy-Bert Redant-Michael Schmetz (Aston Martin-accrochage) figurent aussi dans la liste des malchanceux.
    (dh.net)

    J'aime

  2. Les commentaire du Dr Ullrich sur le règlement imposé aux Audi:
    .
    « A cause de la Balance de Performances actuelle, nos équipes étaient clairement incapables de suivre le rythme des leaders », analysait le Dr Wolfgang Ullrich, le patron d’Audi Motorsport. « Nous avons été doublés plusieurs fois, ce qui prouve les différences qu’il y avait dans le peloton à cause du règlement. Quand on voit que Frank Stippler, vainqueur l’an dernier, Christopher Mies, champion de la Blancpain Endurance Series, Mattias Ekström, double champion en DTM, Marcel Fässler et André Lotterer, doubles vainqueurs des 24H du Mans, étaient tous impuissants dans cette course, cela ne laisse pas planer le moindre doute. Pour compenser, nos pilotes ont dû prendre de très gros risques. Comme en 2011 et 2012, les clients d’Audi Sport Customer Racing auraient voulu se battre pour la victoire, mais c’était impossible cette fois. C’est vraiment regrettable car la plus grande course du monde pour les GT3 aurait mérité une compétition plus intense pour l’ensemble des neuf marques engagées. »

    J'aime

  3. Cinq marques différentes aux sept premières places.

    Le top 10 des 24 Heures de Spa:
    1. Buhk/Götz/Schneider (Mercedes), 564 tours
    2. Lieb/Lietz/Pilet (Porsche) – 1 tour
    3. Lotterer/Mies/Stippler (Audi ) – 6 tours
    4. Haase/Jarvis/Primat (Audi ) – 7 tours
    5. Cameron/Griffin/Mortimer/Vilander (Ferrari) – 7 tours
    6. Ladygin/Mediani/Salo/Shaitar (Ferrari) – 8 tours
    7. Mardenborough/Ordonez/Pyzera/Reip (Nissan) – 11 tours
    8. Christodoulou/Hummel/Jäger/Jans (Mercedes) – 13 tours
    9. Hennerici/Maassen/Soulet (Porsche) – 14 tours
    10. Babini/Ladygin/Persiani/Zlobin (Ferrari) – 17 tours

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s