La marche est le premier mode de déplacement à Bruxelles


Avant d'utiliser les transports publics ou sa voiture, le Bruxellois marche.
Avant  les transports publics ou la voiture, c’est la marche qui est la plus prisée à Bruxelles.

Ce sont deux des conclusions des deuxièmes « Cahiers de l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale » publiés cet été: 50% des déplacements internes  dans la RBC ne dépassent pas 3 kilomètres- un tiers n’atteint même pas 1 km-, et la marche y est plus prisée que la voiture ou les transports publics.

La population bruxelloise se rajeunit mais aussi s’appauvrit, notent les auteurs de cette étude. Une évolution qui a des effets sur la mobilité, avec des pratiques  différentes liées aux motifs (plus de déplacements scolaires par exemple) et à l’étendue spatiale avec des parcours réduits. L’appauvrissement d’une partie de la population expliquerait ainsi une part substantielle du succès des transports publics mais aussi de la marche. Pour les déplacements internes, c’est même la marche qui est la plus prisée (37%), suivie par la voiture (32%) et les transports publics (26%).

On peut supposer que les contraintes socio-économiques ne sont pas le seules à inciter le Bruxellois à mettre davantage un pied devant l’autre. Et il est amusant  de relever le portrait contrasté du flux des piétons dans les quartiers commerçants. Sans surprise, la rue Neuve détient, de loin,  le record moyen journalier avec 50.400 passages. Les autres quartiers très prisés des piétons se situent sur la partie ouest de la petite ceinture (Porte de Namur-chaussée d’Ixelles, 31.200),  au nord du pentagone (rue de Brabant, 24.300) , dans le goulet Louise (19.600) et dans la partie centrale du Pentagone (rue du Marché aux Herbes, 16.500).

Loin derrière la marche, la voiture et les transports publics, le vélo ne concerne globalement que 3,5% des déplacements internes, mais leur nombre a néanmoins triplé ces dix dernières années. Ce n’est peut-être qu’un détail: 30 % des ménages bruxellois n’ont pas d’espace pour ranger un vélo. A l’inverse, lorsqu’un ménage possède une voiture – la motorisation brute des Bruxellois, en baisse, tourne autour de 33%- , plus de 40% de ses déplacements sont liés à ce mode de déplacement.

Comme le note encore l’étude, « se déplacer n’est pas qu’un moyen pour aller d’un point A à un point B, c’est une pratique sociale. Dès lors, changer de mode, c’est changer de pratique sociale. » L’auto permet certaines activités (téléphoner,écouter de la musique…) dans un meilleur confort que le transport public et prolonge le domicile; à l’inverse, en marchant ou en faisant du vélo, on fait de l’exercice, on prend l’air, on croise des  gens, on regarde autour de soi.

Parfois volontaire pour des questions de santé notamment, le changement de mode de déplacement à Bruxelles a toutes les chances de devenir progressivement obligatoire afin de répondre aux nouvelles contraintes socio-économiques et socio-démographiques. Réduire de 20% la pression automobile d’ici à 2018, c’est l’objectif -réaliste?- du gouvernement de la Région bruxelloise.

 Les derniers Cahiers de l’observatoire de la mobilité à Bruxelles 

Publicités

Une réflexion sur “La marche est le premier mode de déplacement à Bruxelles

  1. QQ commentaires via lalibre.be: http://www.lalibre.be/actu/belgique/la-marche-est-le-premier-mode-de-deplacement-a-bruxelles-520f2be935708f18276d369a

    domo99 – Etterbeek
    @ Husker

    « Si la ville n’était pas si dangereuse pour les vélos, nul doute qu’il y en aurait beaucoup plus ! »

    Pour en croiser régulièrement, tant en tant que piéton qu’en tant qu’automobiliste, je crois pouvoir affirmer que le principal danger pour les cyclistes, ce sont les cyclistes eux-mêmes!

    Husker – Belgique
    Si la ville n’était pas si dangereuse pour les vélos, nul doute qu’il y en aurait beaucoup plus ! Mais pour ça il faut limiter la sacro-sainte voiture sur nos routes. Vivement un péage urbain dont les recettes serviront à financer les aménagements pour une mobilité moderne.

    Rock n’ Rolmops – Bruxelles
    Rapporté à d’autres villes, l’avenue Louise (par exemple) cela donne la 5ème avenue ou les Champs Elysées avec les 3/4 de la chaussée dévolus aux trams; le carrefour av.Louise/av Toison d’Or cela donne la place de la Concorde occupée aux 3/4 par un arrêt de tram.
    L’urbanisme à Bxls est minable, ridicule.

    Ausoka – Saint-Gilles
    Pourvu que l’évolution continue dans ce sens.
    J’adore me promener dans Bruxelles, à pied ou à vélo.
    Vivement plus d’aménagements encore pour ces modes de transport.

    PremierSinistre – Belgique
    Or la ville est des plus hostiles aux marcheurs: tronçonnée par des autoroutes; régie par des feux dangereusement désynchronisés; des taxis qui vous foncent dedans la nuit tombée; des déchets, des flaques, pavés manquant ou rompus, des chantiers, de la poussière, des mendiants et une bonne dose d’insécurité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s