La semaine de la mobilité est terminée. Et maintenant?


Au-delà de la joyeuse cacophonie d'une journée sans voiture, Bruxelles a besoin d'une vraie stratégie réaliste de mobilité.
Au-delà de la joyeuse cacophonie d’une journée sans voiture, Bruxelles a besoin d’une vraie stratégie réaliste de mobilité.

La journée de la mobilité douce, c’était hier à Bruxelles. Vue de la terrasse surplombant les arcades du Cinquantenaire, cette joyeuse cacophonie entre piétons, cyclistes, transports et communs et rares automobilistes avait les allures d’une grande fête de famille sur le thème de « la rue m’appartient ». Mais quid des débats ouverts pendant la « semaine européenne de la mobilité? ». Retour sur quelques propos et pistes évoquées.

– L’ école mise en cause. Les pics du trafic matinal sont sans équivoque: ils se situent invariablement autour de  8h. les jours scolaires, alors que le jours non scolaires s’apparentent plus à un week-end qu’à un jour de semaine. Faut-il revoir le choix des écoles en fonction du domicile ou le mode de transport vers les écoles?

Faut-il chasser les voitures des villes? Si c’est l’objectif, notent des observateurs défendant la voiture, il résulte d’un choix de société et il est inutile d’entamer une discussion sur des alternatives incluant l’auto. C’est notamment l’option prise par le philosophe Philippe Van Parijs selon qui «  le Pentagone est un espace à l’intérieur de la petite ceinture qu’on ne traverse pas en voiture ».

– Des entraves artificielles à la circulation. De nombreux internautes critiquent ces aménagements qui n’améliorent  ni la mobilité ni l’environnement. Un choix volontaire? « On n’est pas là pour ennuyer les automobilistes mais pour favoriser la multimodalité des transports et aussi la sécurité des usagers faibles », plaident les animateurs de Bruxelles Mobilité. Ce choix inquiète notamment ceux qui craignent les conséquences économiques, y compris pour les sociétés présentes en ville, de la paralysie progressive de la circulation à Bruxelles.

Développer une autre culture de la ville. C’est l’idée majeure de ceux qui veulent freiner la pression automobile, en référence aux choix déjà opérés dans d’autres villes en Europe, d’Utrecht à Copenhague, depuis des dizaines d’années. C’est aussi l’avis d’Eric Cornelis, spécialiste des transports à l’Unamur, selon qui il faut renoncer au « tout automobile » des « 30 glorieuses » et encourager l’usage de transports en commun, « ce qui accélérera  leur rentabilité et leur développement ».

Temps de parcours plus longs. Pour beaucoup d’automobilistes, la comparaison de temps  de parcours défavorable aux transports en commun reste la principale raison pour utiliser la voiture vers le lieu de travail, surtout si des correspondances et des temps d’attente s’ajoutent à l’inconfort aux heures de pointe. A raison?

L’avenir au vélo? Si le vélo ne représente que 3,5% des déplacements au quotidien à Bruxelles, il souffre surtout du manque d’infrastructures et des a priori du lobby pro-automobile pour ses défenseurs qui réfutent des arguments locaux (climat et déclivité du terrain) et prônent ses bienfaits sur la santé.  La majorité des internautes critique néanmoins les pistes cyclables qui se limitent à des lignes tracées sur le sol.

Des rivalités  communautaires. Qu’il s’agisse du choix des nouvelles lignes de tram opposant STIB et De Lijn,  des parkings de dissuasion, d’un péage urbain ou d’une taxation au kilomètre, le sujet reste sensible entre Bruxelles et la Flandre au sein de ce que d’aucuns appellent une « communauté urbaine » à créer. Une meilleure mobilité ne pourra de toutes façons pas se limiter au 19 communes de la Région bruxelloise.

– Le métro doit rester prioritaire. C’est la position défendue ce matin dans le « Soir » par Benoît Cerexhe, député CDH et bourgmestre de Woluwe-St-Pierre qui ne veut pas remettre en cause l’étude de la prolongation du métro à Schaerbeek et à Uccle « qui répond le mieux aux attentes des usagers, des entreprises et du monde économique. »

Si la semaine de la mobilité a surtout mis en évidence des sensibilités différentes par rapport à ce que doit être la vie et la mobilité dans une ville comme Bruxelles, ce sont des choix concrets et  une vraie stratégie réaliste dont la capitale de l’Europe a besoin pour demain.

Publicités

Une réflexion sur “La semaine de la mobilité est terminée. Et maintenant?

  1. QQ commentaires via lalibre.be
    Bigzyeux – Belgique
    Les pistes cyclables, même en très bon état, n’ont aucune utilité, car les cyclistes préfèrent quand même rouler sur la chaussée.
    Et au lieu de multiplier les obstacles à la circulation des voitures, on ferait mieux de développer un bon réseau de transports en commun.

    Propertinante – Liège
    Parler de la mobilité en prenant pour exemple BXL est particulariser le problème.
    Triple ou quadruple capitale, concentration des grandes entreprises du tertiaire, limitation géographique, carcan des transports en commun, problèmes budgétaires , … Et gouvernement pris en otage par des lobbies importants, vert d’abord, flamand ensuite (localisation de grandes écoles et de l’administration); la situation ne peut être que désastreuse. Prendre en exemple Utrecht, ville entièrement plate où le centre est très petit et l’activité très excentrée n’est pas pertinent.
    L’erreur est de diminuer la pression automobile par la contrainte. Il faut surtout et activement promouvoir le transport collectif (pas le vélo ou la moto) et désacraliser la fiscalité locale sur la main d’œuvre employée afin d’équilibrer l’équation des coûts lies a la localisation avec les autres paramètres (déplacements, salaires, transport, consommation, coordination, …., et qualité de vie).

    coch – Belgique
    Il y avait une chose de frappante lors de cette journée sans voiture, et qui illustrait parfaitement l’incurie totale des différents ministres de la mobilité qu’a connus Bruxelles : il était impossible, en arrivant de l’extérieur de Bruxelles, de rejoindre le moindre métro… On ne pouvait pas mieux illustrer toute l’absurdité du système bruxellois de mobilité ! On n’en demandait pas tant .

    JAPBXL – Woluwe-Saint-Pierre
    La semaine de la mobilité est terminée. Et maintenant?
    Eh, bien, les semaines de l’immobilité reprennent.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s