Juste un clin d’oeil à « Schumi »


Quelques équipes de télévision, dont la chaîne d'infos allemande N24, restent en stand by devant l'hôpital de Grenoble où se trouve Michaël Schumacher. Ph. YdP
Quelques équipes de télévision, dont la chaîne allemande d’infos  N24, restent en stand by devant l’hôpital de Grenoble où est alité Michaël Schumacher. Ph. YdP

Passant par Grenoble et pour autant qu’on aie un tant soit peu la fibre sports mécaniques, il est difficile de ne pas s’arrêter un moment à La Tronche, dans la banlieue de l’ex-ville olympique.  Juste pour un salut de loin à Michaël Schumacher devant l’Hôpital Nord où il est alité  depuis le 29 décembre, après une grave chute de ski à Méribel.

Grenoble, ce mardi

La première, si non la seule surprise en découvrant une grande bâtisse blanche,  un peu à l’écart de la ville et au pied des montagnes, est la présence de panneaux jaunes indiquant un… « parking presse » . Comme si on approchait des paddocks d’un Grand Prix de Formule 1. Au milieu d’un espace  couvert de graviers et derrière la palissade ceinturant la zone de l’hôpital apparaît une demi-douzaine de cars de captation télés, surmontés de paraboles.Puis, quelques dizaines de mètres en avant, on aperçoit  trois caméras sur pied, objectifs fixés sur la façade de l’établissement hospitalier.

En ce mardi, c’est le grand calme à La Tronche: ni supporters, ni drapeaux, juste une banderole blanche posée sur l’herbe  à côté de la porte principale: « Schumi, all our thoughts for you and your family ».  Dans le hall d’entrée, l’ambiance est celle de tous les grands hôpitaux avec le va et vient du personnel et, sur un parking annexe, un hélicoptère s’apprête à décoller, sans doute pour une urgence de plus en montagne.

A priori, le message envoyé aux rédactions par  Corinne Schumacher, l’épouse de Michaël, a été entendu:  «Il est important pour moi que l’on ménage les médecins et l’hôpital afin qu’ils puissent travailler en paix. S’il vous plaît, laissez aussi notre famille tranquille».

Retour vers le parking presse. Passant à côté de nous, une dame bougonne, irritée par ce déballage médiatique: « ce n’est pas possible. »Portes du Van ouverte, une équipe technique française de Via Storia prépare son matériel: « hier, nous avons relayé les images de France Télévision; dans dix minutes, on attend la RAI et puis il y aura d’autres clients ». Même s’il ne se passe rien?  » C’ est tout l’art quand il n’y a rien de faire comme si il se passait quelque chose ».

Tout à côté, une caméra et des spots éclairent l’espace autour d’un journaliste allemand en stand up, dos à l’hôpital et micro en main.  Il représente N24, la plus grande chaîne allemande d’infos  en continu basée à Berlin: « je suis sur antenne toutes les demi-heures et sans doute jusqu’à la fin de la semaine,  on essaye d’avoir des nouvelles médicales ou on fait parler les gens autour de nous, dont les photographes ». La seule nouvelle du jour, après un état de santé jugé« critique mais stable » lundi soir, est à la mise à disposition des enquêteurs de la caméra fixée sur le casque de Schumacher et dont les images seraient utilisables, selon « Le Dauphiné Libéré ». « Mais j’ espère en savoir plus sur les circonstances de l’accident lors de la conférence de mercredi matin à Albertville. » On évoque une chute contre un rocher après un déséquilibre ou un premier contact avec une pierre.

Ce matin à la télévision locale grenobloise, une journaliste a longuement interrogé le commandant du peloton de secours (PGHM) de l’Isère à propos des avalanches qui ont notamment touché trois professionnels de la montagne. « Le risque aujourd’hui est de 3 sur 5, c’est le plus mauvais car les skieurs pensent qu’ils peuvent tenter le hors piste. L’important est de bien choisir son itinéraire, de lire les commentaires sur internet, d’observer autour de soi, d’être attentif aux signes ». Un débat  qui, on le sait, ne concerne pas l’ancien champion du monde qui a seulement été victime de « pas de chance » entre deux pistes balisées.

Après ce clin d’oeil triste à un champion dont les supporters  de l’Allemagne toute proche remplissaient une bonne partie des tribunes de Francorchamps à son heure de gloire, il est temps de poursuivre notre route vers les montagnes du Queyras et le soleil des Alpes du Sud. C’est promis, nous porterons notre casque chaque jour sur les pistes, mais quand le destin vous guette…

Les supporters ont  quitté l'hôpital de Grenoble et n'ont laissé qu'un panneau à même  le sol.
Les supporters ont quitté l’hôpital de Grenoble et n’ont laissé qu’un panneau à même le sol.
Un parking presse a été aménagé à côté de l'hôpital, comme pour un Grand Prix.
Un parking presse a été aménagé à côté de l’hôpital, comme pour un Grand Prix.
Publicités

2 réflexions sur “Juste un clin d’oeil à « Schumi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s