« Il faut mettre hors d’état de nuire les 1.500 criminels de la route »


Parallèlement à une répression plus sévère des récidivistes, le code de la route a être modifié, dont le système des "tirettes" en cas de réduction du nombre de bandes de circulation.
Parallèlement à une répression plus sévère des récidivistes, le code de la route a être modifié, dont le système des « tirettes » qui sera obligatoire en cas de réduction du nombre de bandes de circulation.

Salon de Bruxelles oblige: dès demain et pendant dix jours, l’auto, qu’elle soit honnie, adorée ou simplement considérée comme un moyen de transport parmi d’autres, sera au centre de l’actualité.

Le monde politique a ouvert les hostilités depuis quelques jours. Ce matin à Bel RTL, Melchior Wathelet, secrétaire d’Etat à l’Energie, à l’Environnement et à la Mobilité, a dressé un bref bilan de santé du secteur – « l’auto a mangé son pain noir, on sent une reprise » et évoqué les modes de déplacement  « les Belges ne sont pas plus réfractaires que d’autres à changer les habitudes et le monde politique doit soutenir ce changement ». Il a aussi levé le voile sur sa conférence de presse du 20 janvier où il sera notamment question des infrastructures facilitant l’usage des voitures fonctionnant à l’électricité ou au gaz naturel mais a priori de nouvelles primes encourageant ce type d’achat.

Annonçant des modifications prochaines au code de la route, il s’en est pris sans ménagement à une catégorie très particulière d’automobilistes: «  il faut mettre hors d’état de nuire les 1.500 criminels de la route, on ne peut pas mettre la vie des gens en danger à cause d’eux; il doit devenir obligatoire pour les juges de procéder à des retraits de permis ».

En pratique, la répression va devenir plus sévère pour les récidivistes, ceux qui sont condamnés deux fois en trois ans pour les mêmes infractions ou certaines combinaisons d’infractions. Sont concernés par exemple l’alcoolémie, la conduite sans permis, les délits de fuite, les excès de vitesse les plus graves et les infractions du 4 e degré. A la clé, des retraits de permis de 3 à 9 mois assortis de l’obligation de repasser des examens d’obtention du permis.

Avant de juger la mise en pratique de ces mesures, on ne peut qu’apprécier cette « nouvelle » approche de la répression. Tout le le monde admet qu’il y a des dangers publics sur la route à combattre avec la plus vive fermeté, surtout s’ils s’estiment hors des lois et ne répondent qu’à leurs impulsions. Le problème aujourd’hui est que le message des responsables de la sécurité routière et les amendes sans commune mesure avec certaines infractions assimilent des dizaines de milliers d’automobilistes à des criminels. Se retrouver devant un juge et se voir retirer son permis pour avoir dépassé de 10 km/h la vitesse à laquelle évolue le trafic urbain n’a qu’un effet éventuellement dissuasif en fonction de l’état de son portefeuille. Payer 150 euros d’amende pour avoir franchi involontairement une bande blanche en ville est excessif, et n’atteint pas le but éducatif poursuivi. Il y a des mesures plus ciblées et plus locales pour améliorer la sécurité. Un débat qui, à côté d’autres notamment sur la mobilité, alimentera le Salon de Bruxelles.

Le code de la route adapté début avril

Suite  à un vote intervenu mardi à  la commission d’infrastructure de la Chambre, d’autres mesures devraient entrer en application début avril:

Alcoolémie: entre 0,5 et 0,8 par mille, la perception immédiate passe de 150 à 170 €.

Bande d’arrêt d’urgence: usage plus restrictif. A noter par ailleurs que la ceinture de sécurité est à nouveau obligatoire à bord des véhicules prioritaires à quelques exceptions près dont bien sûr les soins apportés à un blessé.

–  Système de la tirette: en cas de réduction du nombre de bandes de circulation, le passage des véhicules doit se faire en alternance.

Peines alternatives. Développement de ce type de peine en cas d’infraction routière et en l’absence de blessés.

Publicités

2 réflexions sur “« Il faut mettre hors d’état de nuire les 1.500 criminels de la route »

  1. Bonne Année Chère Simone et en Voiture pour 2014 !

    De deux choses l’une : ou bien on sait qui sont ces 1.500 chauffards en question, on les piste, on constate leurs infractions et au cumul de leurs infractions, on les retire du trafic (au moins en théorie !) en leur retirant leur permis …. ou bien ce nombre de 1.500 est jeté en l’air de façon subjective et alors ceux qui ont fourni ces infos sont des irresponsables!

    J’ai la faiblesse de penser que nous vivons cette seconde supposition. Cherchez-en les auteurs ! Peut-être du côté de la Chausse de Haecht dans l’est de Bruxelles. Ah oui, pour ceux qui ne savent pas ce qui s’y trouve : c’est l’IBSR !
    A bientôt.
    Philippe Casse

    J'aime

    1. Cette seconde supposition n’est pas à écarter, cher Philippe, et il est possible que le chiffre soit sorti d’un chapeau au sein d’une instance ministérielle ou autre. Ce qui m’intéresse néanmoins, c’est l’idée de s’en prendre aux vrais criminels de la route et de ne plus affubler trop d’autres du même qualificatif.C’est un peu comme les radars, remède miracle pour améliorer la sécurité: de mémoire, 85% des automobilistes pris en infraction en France ne dépassent pas la vitesse autorisée de 20 km/.h. Autant de criminels?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s