Faut-il encore réduire la vitesse autorisée sur les routes?


La vitesse, objet de tous les maux?
La vitesse, objet de tous les maux?

La polémique agite la France mais pourrait concerner la Belgique demain: faut-il, comme le recommande le Conseil français de la Sécurité Routière, généraliser la vitesse sur les routes secondaires à 80 km/h au lieu de 90 ?

 

C’est le ministre français de l’Intérieur qui a ouvert le débat en janvier:  pour réduire encore le nombre de morts sur les routes,  Manuel Valls, après avoir déjà abaissé la vitesse sur le périphérique parisien, veut  expérimenter dans quelques départements une limitation générale à 80 km/h (au lieu de 90) sur les routes secondaires. Une mesure suggérée par la commission « alcool, stupéfiants, vitesse » du Conseil National de la Sécurité Routière. Après avoir enregistré l’an dernier une réduction de 11% du nombre de tués sur les routes, l’objectif du ministre est de diminuer drastiquement d’ici à 2020 une mortalité qui reste insupportable: 3.250 victimes en 2013, moins de 2.000 espérées dans six ans.

On ne peut que s’accorder sur un  objectif qui concerne globalement l’ automobile dans le monde. Le tout est de déterminer les moyens les plus efficaces pour s’en approcher. Face à ce projet, L’Automobile Club Association (ACA) réitère en France  sa demande d’un audit indépendant. Le but est d’observer les vitesses de circulation dans chaque département et d’établir une cartographie des zones dangereuses et des accidents mortels. « Les limitations de vitesse doivent être cohérentes et adaptées en fonction des infrastructures. S’il y a expérimentation, elle doit se faire dans le cadre de la juste vitesse avec des résultats d’études préalables à l’appui ».

L’EuroRAP  à l’image de l’EuroNCAP

Ces études pourraient se référer à l’EuroRAP (European Road Assessment Programme), une ASBL encore peu connue bien que  créée en 2001 dans l’esprit des tests EuroNCAP décernant des étoiles aux voitures suivant leur degré de sécurité. Les routes européennes seraient ainsi notées en fonction de leur dangerosité afin de fournir  des informations de référence aux responsables de l’aménagement et de sensibiliser le public aux risques de décès et de blessures graves en fonction de l’itinéraire emprunté.

Des projets pilotes ont déjà eu lieu, notamment en Suisse où un déficit de sécurité a été constaté sur des routes de montagne. En collaboration avec le Touring Club de Suisse (TCS), le Canton de Berne a aménagé des barrières de sécurité dans des virages offrant peu de visibilité aux motards. Au niveau national suisse, EuroRAP a retenu une seule zone à risque sur les 107 tronçons d’autoroute examinés, mais a noté 37 zones à risque moyennement élevé ou élevé sur les 272 routes principales testées. En cause par exemple, des obstacles rigides (panneaux, arbres). Une telle étude sur le réseau wallon serait riche  d’enseignements!

« Regarder, anticiper, cela s’apprend »

Revenons à la vitesse, objet a priori de tous les maux. « Le Point » a demandé cette semaine l’avis du Français Jean-Pierre Beltoise. Très concerné par la sécurité suite à plusieurs drames familiaux, l’ancien pilote de Formule 1 (il a gagné un Grand Prix à Monaco en 1972) a créé en 1986 près de Paris une école sur le thème de « conduire juste ».  Beltoise, après avoir évoqué les choix « démagogiques » du gouvernement,prône la vitesse modulée à l’allemande selon l’environnement, la météo et le trafic. « Cette manière de procéder rend les automobilistes responsables. Avec des vitesses fixes sur autoroute, il suffit de brancher le régulateur de vitesse et la première cause d’accident n’est plus la vitesse mais l’endormissement ».

L’ancien pilote s’en prend aussi au permis « qui apprend à manoeuvrer mais pas à conduire » et plaide pour un permis en deux ou trois étapes, comme une licence en aviation.  » Dans neuf cas sur dix, un accident peut être évité si on reste en permanence en alerte avec les yeux rivés sur la route. Regarder, anticiper,cela s’apprend ».

Dans l’immédiat, les forces de l’ordre françaises se félicitaient hier: en un an, les 99 radars embarqués dans des Renault Megane et Peuget 208 banalisées ont flashé 300.000 fois dans les deux sens de circulation. Trois cents véhicules de ce type sont prévus en 2015, notamment dans le but de contrer les avertisseurs de radars.

Commentaire d’un automobiliste:  « la route est devenue un casino où les gendarmes sont les croupiers. » Au casino, ces derniers sont toujours gagnants à terme. La sécurité le sera-t-elle aussi à travers une approche  qui est aussi privilégiée en Belgique? Après d’autres mesures, la relance du permis à point va dans le même sens:  la vitesse est l’élément  le plus facilement mesurable et donc punissable.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Faut-il encore réduire la vitesse autorisée sur les routes?

  1. Chère Simone,
    Juste une petite réflexion : en Allemagne où la vitesse est limitée à 100 km/h sur les routes nationales et secondaires, il y a nettement moins de morts/km que chez nous !
    La cause de l’insécurité routière ne se trouverait-elle pas ailleurs que dans les seules vitesses du trafic ou de certains automobilistes.
    Il faudrait quand même que les autorités supposées responsables comprennent que ce n’est pas en instaurant des limitations voire même en les contrôlant de plus en plus férocement – à tout le moins à certains moments et endroits – que l’on va améliorer la QUALITE des conducteurs et, partant, la qualité de leur conduite et celle du trafic qui en découle pour le plus grand bonheur et la sécurité de tous.
    Le coeur de ce problème réside bien dans la QUALITE mais tant que les autorités ne le reconnaîtront pas plus, laissons la place aux maladroits, aux distraits, aux ivrognes, aux assoupis, aux GSM-ants et autres « auto-proclamés redresseurs de tords du trafic » qui en pourrissent la qualité même, voire surtout, aux allures tolérées par les limitations.
    A quand des PVs pour les mauvais conducteurs qui … respectent toutes les prescriptions du code de la route ? Il y en a, je les vois tous les jours à l’oeuvre et je suis certain que vous aussi vous en avez vus !
    A bientôt avec mes amitiés, chère Simone
    Philippe Casse
    Historien de l’Automobile

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s