La Classe C de Mercedes surclassée


 

La Classe C est la Mercedes la plus vendue dans le monde.
La Classe C est la Mercedes la plus vendue dans le monde.

Mercedes la plus vendue dans le monde ( 2,4 millions  d’unités depuis 2007), la Classe C reste une berline bourgeoise mais elle prend des allures de Classe S et propose un comportement plus dynamique.

Quelques chiffres d’abord relatifs à cette berline à «propulsion » (roues arrière motrices) et aux nouvelles formes élégantes et bien équilibrées: avec un empattement allongé de 8 cm, la Classe C se rapproche de la Classe E et   gagne 9,5 cm en longueur (4,68 m)  au profit essentiellement des passagers arrière. Néanmoins, elle a maigri de plus de 100 kg grâce à une part d’aluminium – toit, portes, ailes…-  dont la proportion approche les 50%.   Si trois moteurs 4 cylindres sont disponibles aujourd’hui (diesel C220 Blue TEC de 170 ch, essence C180 de 156 ch et C200 de 184 ch), d’autres suivront rapidement.

Parfois passé au second plan sur les monovolumes et SUV, le coefficient aérodynamique  est  nouveau mis en vedette pour diminuer la résistance à l’air et donc aussi la consommation. Le CX a  ainsi été ramené à 0,24 pour la C220 Blue TEC Eco. Plus globalement,  dit-on chez Mercedes, «  on a réduit  bruit, vibration et rugosité dans  des détails pas toujours perceptibles mais qui augmentent le bien-être, depuis le fonctionnement des lève-glaces jusqu’au réglage des sièges et à une série de commandes ». Associé  à une finition très élaborée,  à différentes ambiances et matériaux dans l’aménagement intérieur, à des sièges et à une suspension  très confortables (dont une version pneumatique), ces « détails » font de la Classe C une véritable limousine de luxe. D’où son surnom de baby-Classe S.

Prix « Mercedes »

Que retenir d’un essai routier dans la région de Marseille avec une Classe C bénéficiant d’un nouvel essieu avant à quatre bras et de réglages multiples autour de différents trains roulants adaptables en permanence (confort, eco, sport, sport + et « indidual ») ? Sur autoroute, on frôle la perfection au volant d’une berline douce, silencieuse et parfaitement amortie. Mais l’évolution la plus notable  est apparue sur quelques itinéraires plus sinueux dont la superbe  Route des Crêtes » à Cassis : l’enchaînement de virages serrés à un bon rythme n’a guère perturbé une voiture bien guidée par sa direction électromécanique, qui évite tout roulis ou déport excessif et inspire un sentiment de sécurité. Bourgeoise, la Classe C ne dédaigne pas les conducteurs amateurs d’une conduite plus dynamique.

Deux réserves : la boîte de vitesse automatique à 7 rapports manque de réactivité à l’accélération (rapports trop longs)  ou au moment de rétrograder, et certains moteurs diesel restent étonnamment « présents » dans l’habitacle. Le reste dépendra de la version mécanique retenue dans une gamme de moteurs 4 cylindres entre 115 ch et 204 ch (diesel) ou entre 115 et 238 ch ( essence), en attendant un 6 cylindres de 333 chevaux.

Comme toujours chez Mercedes,  mieux ne pas être trop regardant sur le prix.  Ainsi, les  37.389 € de la diesel C220 BlueTEC  serviront de référence, avant de consulter la longue liste des options : ligne « Avant-garde » ou « Exclusive » avec des inserts en aluminium brossé ou en bois de tilleul, command online, affichage tête haute, boîte auto 7G-tronic, démarrage sans clé, avertisseur  d’angle mort, aide au parking ou suspension pneumatique.

Des allures de Classe S.
Des allures de Classe S.

Brèves

  L’anti-BMW Série 3 : mettre à mal le cliché attribuant  à la Classe C le luxe et le confort, et à la Série 3 le sport et le dynamisme. C’était un des objectifs majeurs du cahier des charges de la nouvelle Mercedes. Objectif atteint ? Pas vraiment car, si les deux rivales chassent sur les mêmes terres avec des recettes proches, une BMW reste une BMW et une Mercedes reste une Mercedes. Heureusement

Conduite semi-automatique : Dans les embouteillages et jusqu’à 60 km/h, le système « Distronic Plus » avec stop&go intégré assiste le conducteur en s’orientant sur le véhicule en aval, même en l’absence de marquage au sol. Le conducteur n’a qu’à se laisser guider lorsqu’il roule en file indienne.

Pavé tactile : l’essentiel des  commandée online est regroupée sur le grand écran central de 21 cm aux allures de tablette et activé par un nouveau pavé tactile. Comme toujours, la manipulation demande un peu d’accoutumance.

Mercedes Classe C pavé tactile (pour brève)

Hybride : le moteur diesel 4 cylindres en version 204 ch peut être combiné à un moteur électrique de 27 ch. sur la C 300 Blue TEC Hybrid qui se contente officiellement de 3,9 l/100 km en cycle mixte. Jusqu’à 30 km/h et en gardant le pied très léger, elle fonctionne en mode électrique.

Un diesel Renault : Renault, partenaire de Mercedes, a fourni les bases du nouveau petit moteur diesel 1.6 turbo de 115 ou 136 ch. (couple de 280 ou 320 Nm). Testé dans sa version 136 ch et associé  une boîte manuelle à 6 vitesses, il ne manque pas de souffle et se montre plus silencieux que les moteurs diesel Mercedes !

Freinage automatique : Il intervient dès 7 km/h et jusqu’à 200 km/h face à des véhicules en mouvement, ou jusqu’à 50 km/h.  pour  un véhicule immobile ou un piéton. Test à l’appui, le ralentissement jusqu’à l’arrêt est impressionnant

Publicités

Une réflexion sur “La Classe C de Mercedes surclassée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s