Opel Adams Rocks, premier mini-SUV urbain


Opel Adams Rocks, un mini-SUV long de 3,70 m.
Opel Adams Rocks, un mini-SUV long de 3,70 m.

Opel  lance en Belgique son mini-SUV sur base de la citadine Adams. Prise en mains et premiers commentaires.

Ne cherchez pas de concurrente à l’Opel Adams Rocks (1), il n’y en a pas, du moins dans ce gabarit (3,70 m). Elle inaugure le créneau des mini-SUV urbains, étant entendu que l’appellation SUV ne concerne que la garde  au sol relevée de 15 mm, les multiples renforts, des jantes de 17 ou 18 pouces et, globalement, son allure virile.  Tout est dans le look et dans la combinaison des finitions (40 au total !) qui lui confèrent une liste d’équipements aussi longue que chez Mercedes, mais pas aux mêmes tarifs. A chacun de choisir les associations de couleurs entre la carrosserie, les rétros, les jantes, la moustache avant, les neuf modèles de calandre ou les 22 décors intérieurs. Heureusement, il existe aussi des packs.

L’Adams Rockx, c’est aussi un grand toit ouvrant en toile proposé de série et l’apparition,  à côté des moteurs atmosphériques 1.2 (70 ch) et 1.4 (100 ch), du nouveau 3 cylindres 1 l. turbo en aluminium  développant 90 ou 115 ch et associé à une boîte de vitesses manuelle à 6 vitesses.

Ce mini-SUV attendu sur le marché belge fin octobre, nous avons déjà pu le découvrir dans sa version 115 chevaux à Riga (Lettonie), nouvelle destination de city-trip. Premier constat : il est effectivement mini avec des places arrière pour la forme et un coffre aux allures de grande boîte à gants (170 l.). La météo s’y prêtant, la toile de toit a été repliée la plupart du temps, d’autant plus qu’elle peut être manipulée jusqu’à une vitesse de 140 km/h.

Deux bons points : le premier au moteur 1 l. turbo dynamique, souple (couple de 170 Nm dès 1.800 tr/min) et aussi agréable sur route qu’en ville, et le second à l’insonorisation, y compris mécanique grâce à un arbre d’équilibrage contrarotatif. Si la suspension  reste ferme, elle l’est un peu moins que sur les autres versions de l’Adam grâce à d’autres débattements. Une réserve par contre pour le système multimedia : il est censé relayer les infos d’un smartphone, ce qui n’est pas toujours évident lorsque le manque de réseau vous prive brutalement de GPS !

Le reste sera affaire de goût, de séduction (surtout auprès des femmes!), de marketing – ne réussit pas qui veut l’opération Fiat 500- et de prix. Il atteint 16.150 € pour l’Ecotec 1.2, 18.350 € pour 1.0 turbo de 90 ch, et grimpe aisément jusqu’à 20.000 € si on se lâche un peu sur les options. L’originalité a un prix.

 

(1) Retrouvez ce samedi dans le magazine « Essentielle Auto » de La Libre Belgique l’essai de l’Opel Adams Rocks et un dossier sur les SUV urbains.

Opel+Adam+rocks+%284%29

Opel-Adam-Rocks-9

Publicités

Une réflexion sur “Opel Adams Rocks, premier mini-SUV urbain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s