La passion, version Smart : plus de 1.000 voitures rassemblées à Budapest le week-end dernier


Plus de 1.000 Smart regroupées su la ligne de départ du circuit du Hungaroring (Ph. YdP)
Plus de 1.000 Smart regroupées sur la ligne de départ du circuit du Hungaroring (Ph. YdP).

L’automobile reste une passion, surtout si le modèle choisi se démarque de la production courante. Comme Jaguar, Lotus ou Ferrari (!), Smart a son fan club qui se réunit chaque année dans une ville d’Europe, et depuis peu aussi en Chine. Reportage à  Budapest, aux côtés de quelque 2.400 amoureux de la marque venus communier pendant un week-end au volant de 1.200 Fortwo, Roadsters et Forfour (1).

Le lieu choisi non loin du Danube s’appellait « La Place des Héros ». Sans entrer dans les détails de l’histoire ni évoquer la position de la Hongrie dans l’Europe actuelle, l’endroit ne manquait pas d’allure et offrait un espace généreux pour accueillir une impressionnante caravane. D’accord, la Fortwo ne mesure que 2,69 m de long mais il faut quand même une belle superficie pour y ranger plus de 1.000 véhicules, à côté d’un camion-atelier de l’usine et d’une vaste esplanade abritant un « Smart Club Village »,  avec en son centre des centaines de places assises offrant la vue sur un large podium.

Au Salon de Francfort mi- septembre, Smart fera la promotion de son nouveau média en ligne (smartmagazine.com) tout en proposant à ses visiteurs, virtuels ou non, un dialogue permanent via facebook ou twitter. A l’heure des… Smartphone, on n’en attendait pas moins d’un constructeur qui, à travers « car2go », incite déjà à réserver en ligne une  Fortwo de location dans une trentaine de villes.

Budapest après Lucerne et Cascais

Mais le week-end dernier, c’est, à côté d’une plate-forme en ligne, un contact humain  que la filiale du groupe Daimler proposait aux participants des « Smart Times ». Un rendez-vous organisé depuis 15 ans et où Budapest succédait à Lucerne (Suisse) et à Cascais (Portugal). L’occasion pour les clubs nationaux – on en compte deux en Belgique, un en Flandre et un dans le Brabant Wallon- de se retrouver dans une ambiance conviviale.

Du nord au sud et de l’est à l’ouest, toute l’Europe, de la Russie à la Grèce, était représentée dans une foule bigarrée, identifiée par des drapeaux nationaux et des tee-shirts de toutes les  couleurs en plus de celui remis à chaque participant.

Avec des différences socioculturelles et des tranches d’âge variables selon les pays ? Sans doute, à l’image des représentants du sud (Italie, Portugal,  Grèce…) a priori plus jeunes et plus  enclins à faire la fête. Mais, précise le Docteur Annette Winkler, CEO de Smart, « nous n’avons pas comme d’autres marques de cible particulière pour nos clients ; ce sont seulement des hommes et des femmes de 18 à 88 ans… ».

De la passion pour la petite citadine, il en fallait pour rejoindre la Hongrie depuis l’autre bout de l’Europe, et elle était bien présente dans les conversations autour des expériences touristiques de chacun. En outre, le tour du  village bordé de petits chapiteaux et de stands de boissons et de nourriture – entre bière, cocktails, salades, goulasch et hamburgers- permettait de découvrir d’étonnantes réalisations.

La « stretch car » version Smart

Dans l’esprit des Fiat 500 que des designers turinois déclinaient autrefois sous toutes les formes, la Smart prenait des formes inattendues. A l’image de la « Limouzine », version –très- courte de la stretch car américaine avec quand même 6 roues, 4 places en vis-à-vis derrière les passagers avant, bar à champagne et lumières tamisées ; ou les versions pick up à 6 roues ou mini-chasse neige capable de  dégager les petites rues en montagne. Derrière ces transformations de vrais carrossiers, les amateurs ne manquaient pas d’imagination avec, par exemple, un modèle camping tirant une mini-caravane, des voitures aux allures de console DJ, des roadsters à l’allure british ou dont les couleurs évoquaient les prototypes du Mans sponsorisés par Gulf ; ou encore une Fortwo dont la décoration symbolisait une vache et des déclinaisons de cabrios « maison ».

Un « welcome show » aux allures de grand-messe

A côté de ces activités et d’autres (balades au Lac Balaton ou le long du Danube, visite de studios de cinéma ou de l’ancien Palais Royal, spectacle équestre, vélo…), trois moments forts attendaient les participants. Le premier se déroula le vendredi soir avec un spectacle musical précédé d’un surprenant « welcome show » animé par la CEO de Smart en personne. Virevoltant d’un bout à l’autre de la scène et affichant un enthousiasme débridé et communicatif, « Frau Dr. Winkler »  tint son public en haleine pendant une heure. Le temps de saluer d’abord une à une les délégations, à commencer par la Belgique dont elle fut en son temps la CEO de la filiale Mercedes. Puis de célébrer les 30 ans de l’usine de Hainbach ou les 15 ans du cabrio, d’accueillir diverses personnalités mais aussi propriétaires de Smart : l’un d’eux avait rallié Budapest depuis Hambourg en Smart électrique, d’autres venaient de se marier en Smart. Et, pour confirmer la surprise annoncée, la CEO quitta un moment la scène pour y revenir au volant du nouveau cabrio qui sera présenté en « première mondiale » à Francfort et commercialisé au début de l’année prochaine.

La messe était dite et, pas trop sensible aux orchestres qui prirent le relais, les participants se dispersèrent, avant un deuxième rendez-vous annoncé à 23 h : une à un, les équipages furent lâchés pour une visite nocturne de Budapest, sur base d’un road-book qui les mena à la Citadelle, dans le quartier de Pest et au Parlement pour découvrir la ville éclairée depuis divers promontoires.

Restait l’incontournable évènement des « Smart Times », la parade réunissant toutes les voitures. Celle-ci s’effectua le samedi après-midi par une température de 35° au départ du circuit automobile du Hungaroring. Impressionnant sans doute, le long ruban de 1.000 voitures rejoignit Budapest en 2 bonnes heures sur des routes fermées et sous escorte policière mais à un rythme fastidieux (20 km/h). Une finale un peu lente pour un week-end mené tambour battant.

Rendez-vous en 2016 à  Hambourg.

(1) Smart fera l’objet d’un dossier dans L’Essentielle Auto (La Libre) du samedi 23 octobre.

Parmi les développements les plus originaux, une Smart à 6 roues, avec 4 places en vis à vis et bar à champagne.
Parmi les développements les plus originaux, une Smart à 6 roues.
Une autre en version pick up...
Une autre en version pick up…
... ou tirant une caravane.
… ou tirant une caravane.
La surprise des "Smart Times" 2015: la découverte en avant-première du futur cabrio.
La surprise des « Smart Times » 2015: la découverte en avant-première du futur cabrio.
Plutôt vache, la Smart.
Plutôt vache, la Smart.
Un tour du circuit du Hungaroring en Smat.
Un tour du circuit du Hungaroring en Smart.
La CEO de Smart Annette Winkler, guest star au milieu des fans.
La CEO de Smart Annette Winkler, guest star au milieu des fans portugais.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s