La Renault Espace entre SUV et monosopace


Renault-Espace-2015-rear

Un peu plus de 30 ans après le premier Espace qui popularisa le créneau à succès des monovolumes, Renault relance une grande familiale à mi-chemin entre monospace et SUV. Un pari audacieux.

Les 30 dernières années de Renault sont indissociables de l’histoire de ses monospaces évoquée par ailleurs. Mais l’histoire peut-elle se répéter avec un nouvel Espace adapté à la mode des « SUV » ou « cross-overs », ces véhicules au look de baroudeur qui ont supplanté les berlines et  les monovolumes aux yeux de beaucoup d’utilisateurs ? Si on se réfère au début des ventes en 2015, ce premier SUV signé Renault dans le haut de gamme a été bien accueilli par une clientèle surtout française qui a plébiscité les versions les plus sophistiquées, à l’image de l’Initiale Paris au moteur diesel dCi de 160 ch. mise à notre disposition. Un véhicule qui, moyennant quelques options, est facturé à près de 50.000 €.

Qu’offre l’Espace pour ce prix ? Sans multiplier des comparaisons qui ne sont plus de mise, on retiendra  d’abord quelques chiffres : 4,86 m de long (identique à l’ancien Espace en version allongée), 1,68 m de haut (au lieu de 1,75 m), 1,89 m de large et 4 cm de plus en garde au sol. Globalement, l’Espace a donc perdu du volume – près d’un tiers en moins- mais ses anciens gros sièges démontables sont maintenant escamotables en quelques secondes dans le plancher via une commande disponible sur la planche de bord et dans le coffre (la remise en place reste manuelle). Ce dernier offre une contenance ramenée à 660 l. (en version 5 places) ou limitée à 240 l. avec les 7 sièges en place. En résumé, l’Espace nouvelle génération s’avère moins utilitaire et, sous l’effet du marché, est un peu rentrée dans le rang.

Indépendamment de ce nouveau gabarit, l’Espace affiche maintenant le look consensuel d’un gros SUV, loin des lignes originales de l’Avantime et surtout du Vel Satis. L’intérieur reste néanmoins très généreux pour 5 passagers -avec des sièges réglables aussi sur la 2e rangée qui n’est plus surélevée-  et un peu moins pour 7 personnes.

Une panoplie d’équipements dont 4 roues directrices

Comme ses concurrentes, la grande Renault Initiale propose, via des commandes tactiles sur le grand écran central,  tous les équipements attendus à ce niveau de gamme :  GPS, boîte automatique à 6 rapports + manuelle, système « multi-sense »  faisant varier les réglages du châssis et de la suspension et la cartographie de  l’ensemble moteur/boîte de vitesses,  aides à la conduite (anti-patinage, alertes à la distance, à l’angle mort, au freinage et à la sortie de bandes) ou ambiance lumineuse de l’habitacle en différentes couleurs. Quelques aménagements sont liés aux options totalisant 3.750 € sur le véhicule essayé : régulateur de vitesse adaptatif, affichage tête haute, hayon motorisé, aide au parking, toit ouvrant panoramique électrique et sièges de la 3e rangée.

 

S’y ajoutent 4 roues directrices -de série sur l’Initiale Paris- bienvenues pour améliorer la maniabilité: diamètre de braquage ramené de 11,90 à 11,10 m, rotation du volant moins importante, par exemple à l’approche d’un rond point. Si la conduite est plus aisée grâce à cette option, l’Espace n’est pas le véhicule idéal dans un trafic urbain de plus en plus complexe. Ses atouts, il les dévoile sur de longs itinéraires:  bon équilibre général, agilité, visibilité au loin grâce à la position surélevée, confort « à la française » mais réglable selon ses goûts, belle habitabilité malgré une garde au toit réduite et consommation très sensiblement en baisse (7,7 l/100 km dans nos mains). Le moteur diesel de 160 ch.  associé à la boîte automatique pourrait être plus dynamique, surtout en reprises.

Monovolume ou SUV, l’Espace reste la voiture des grandes familles, avec un rapport équipement/prix compétitif et une fiabilité à vérifier à l’usage après les commentaires parfois mitigés des premiers propriétaires.

renault-espace-dci-160-

La belle histoire de l’Espace

Petit rappel. A la fin des années 70, suite à ses voyages aux Etats-Unis, Philippe Guédon, PDG de Matra Automobiles, veut lancer dans le haut de gamme un nouveau véhicule de forme cubique et plus modulable que les traditionnelles berlines à trois volumes. Plusieurs projets sont bien accueillis par PSA mais au moment de conclure en 1981, Peugeot puis Citroën déclarent forfaits , faute de trésorerie après le rachat de Chrysler Europe et le début de l’aventure chaotique Talbot.

Matra se tourne alors vers Renault qui marque son intérêt, et le premier Espace est lancé en 1984. Si la paternité des monospaces n’est pas française – il existe déjà la Nissan Prairie, la Mitsubishi Space Wagon et la Chrysler Voyager-, Renault va remarquablement exploiter ce concept malgré des premières ventes catastrophiques (9 commandes le premier mois !).  Une des caractéristiques des plus originales est offerte par des sièges soit pivotants soit entièrement escamotables pour disposer d’un plancher modulable selon le nombre de passagers (de 1 à 7 !).

A la première génération de l’Espace succèdera une version plus longue en 1991 (4,42 m au lieu de 4,25 m) puis en 1996, le 3e Espace sera lancé parallèlement à un autre monospace plus court et lui aussi à succès, le Scénic. En 2002, l’Espace quitte les chaînes de Matra et, pour des raisons industrielles, renonce à la carrosserie en fibres de verre au profit de tôles plus classiques.

La vie de la 4e génération sera d’autant plus longue que Renault hésite à remplacer un modèle confronté à un nouveau créneau à la mode, les SUV (Sport Utility Vehicle) caractérisés par leur plancher surélevé – où les sièges peuvent être désormais escamotés plutôt qu’enlevés-, un look plus musclé et moins utilitaire et un éventuel usage en tout terrain. Si ces «4X4 » sont jugés politiquement peu corrects sur des itinéraires traditionnels et en ville, le chantre en sera la Nissan Qashqai qui se vendra très majoritairement en version… 2 roues motrices.

Revoici donc l’Espace. Une seule évidence à ce stade : il ne joue plus le rôle de précurseur dans un segment très occupé par des constructeurs autant européens qu’asiatiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s