Audi A4, premium et « high tech »


audi-a4-2015-01

Tous les constructeurs rêvent de proposer des modèles « premium » et plus rentables. Certains le sont plus que d’autres, dont l’Audi A4 high-tech, hyper-connectée et qui vend chèrement son image.

Extérieurement, rien ne distingue la nouvelle Audi A4 au look policé, peu innovant et suffisamment classique pour ne pas se démoder trop vite. Passé ce premier constat non représentatif de pièces  innovantes à 90%, on entre dans l’univers de la technologie et du divertissement où tout semble possible ou presque, sauf la conduite entièrement autonome. On sait qu’elle existe, y compris chez Audi où les visiteurs se rendant à Ingolstadt peuvent, à l’entrée de l’usine, abandonner leur voiture qui va se parquer toute seule !

Sur la route, cette perspective n’est pas prévue dans l’immédiat, pour des raisons à la fois techniques, réglementaires et juridiques. Mais tout le monde s’affaire, y compris de nouveaux acteurs comme google. Dans l’immédiat, les vraies modèles « premium » exploitent l’informatique et la connectivité au service de la mécanique, des performances, du confort, de la conduite et du divertissement.

Au point de rendre obsolètes les commentaires classiques des observateurs à ces différents chapitres, sauf à s’attacher à des détails très pointus pour autant qu’on soit spécialiste par exemple du multimedia (comparatif des possibilités de téléchargement de médias extérieurs,  usage différencié des tablettes à l’arrière…).Pour le reste, il n’y a pas grand-chose à reprocher sauf un ATN que ne favorisent pas les gros moteurs – 190 ch. pour la 2.0 TFSI S Tronic essayée- et un prix qui dérangera surtout ceux qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas investir un budget de 50.000 € ou plus dans une berline de la classe moyenne. Deux bonnes raisons d’orienter son choix vers d’autres produits moins onéreux.

En revanche, à l’arrivée de chaque nouveauté gravissant un échelon supplémentaire dans ce créneau très sélectif, le débat se corse entre les concurrents potentiels, à savoir notamment la BMW Série 3 renouvelée esthétiquement mais marquant un peu le pas en high tech, la Mercedes Classe C offrant des atouts comparables ou la Jaguar XE plus axée sur le confort de conduite. S’ajouteront à ces premières impressions les attirances personnelles pour l’un ou l’autre modèle en particulier et, surtout en Belgique, l’image attachée à chaque marque.

Cartographie « Google Earth » et cockpit virtuel

Qu’a donc à offrir cette A4 ? Tout d’abord des technologies devenues classiques à ce niveau dont le stop&go, la suspension pilotée avec 5 réglages (efficience, confort, auto, dynamique, individuelle) une boîte automatique à 8 rapports avec option sport et passage en commande manuelle via les palettes au volant ; ou le régulateur de vitesse actif tenant compte des véhicules qui précèdent, le GPS associé à la cartographie de Google Earth, l’affichage « tête haute » ou « l’active lane assist » maintenant en principe le véhicule entre les deux lignes blanches (la prudence impose de garder les mains sur le volant comme le rappelle un message sur le tableau de bord).

Plus originaux sont les phares « DEL matrix », les caméras avant et arrière proposant en outre des vues de biais et bien sûr le cockpit virtuel. Via des commandes au volant, le tableau face conducteur privilégie selon les besoins la taille du compte-tours et du tachymètre, la vitesse autorisée, la cartographie (avec un zoom à l’approche des intersections !), la consommation, la distance avec le véhicule qui précède, la radio etc.

Assistant embouteillage jusqu’à 65 km/h

Tout cela a bien sûr un prix, à l’image des commandes au volant de ce fameux cockpit virtuel (2.100 €) complété par système MMI multipliant via une mollette centrale les fonctions selon les options choisies (navigation, radios, médias, véhicule). Le modèle essayé disposait aussi du « module assistance Tour » (1.421 €) incluant la régulation automatique  de la vitesse suivant différents paramètres dont la distance avec un autre véhicule, l’assistant embouteillage déterminant une trajectoire virtuelle jusqu’à 65 km/h, l’assistant d’évitement cherchant une trajectoire dans des situations critiques, un freinage automatique etc. L’assistance ville (2.317 €) comprend le parking automatique et les 4 caméras d’environnement grand angle aidant à quitter un emplacement étroit mais prévenant aussi de l’arrivée par l’arrière d’un autre véhicule ou d’un vélo pour éviter l’ouverture intempestive d’une porte.

Tout aussi innovant sont les phares avant DEL Matrix (2.268 €) assurant la commutation automatique entre grands phares et feux de croisement selon l’environnement mais aussi une portée accrue au-delà de 110 km/h sur autoroute ou un éclairage « tous temps » pour éviter son propre éblouissement (brouillard, neige.

A travers les différents packs, cette A4 se veut aussi connectée : lien internet automatique avec, pour rappel, navigation via google earth ou google street view et saisie de destination via google maps, info trafic en ligne, Audi music stream, réception et envoi de sms et e-mails ou météo…

Autant d’aménagements et d’autres se soldant par un prix global dépassant les 50.000 € pour un modèle 2 l. essence dynamique (7,4 à plus de 9 l/100 km selon le terrain et le type de conduite, 8,8 l. dans nos mains), offrant un confort « à l’allemande », une qualité de finition très soignée et un comportement sûr et sophistiqué sur base des multiples aides à la conduite.

audi-a4-int-2

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s