A Lier, Guy Moerenhout anime un étonnant musée Abarth


Une impressionnante collection d'Abarth rassemblée à Lier. Ph ydp.
Une impressionnante collection d’Abarth rassemblée à Lier. Ph ydp.

Rencontre avec Guy Moerenhout, pilote, préparateur de voitures et passionné de rallyes d’ancêtres devenu, un peu par hasard, collectionneur d’Abarth. Aujourd’hui, son musée de Lier, près d’Anvers, est le plus important au monde à l’effigie du scorpion.

A priori, la ville de Lier, dans la province d’Anvers, est plus connue pour sa collégiale de style gothique flamboyant, son béguinage- un des 13 édifices du genre classés en Flandre. – et le sobriquet  « Schapenkoppen » (têtes de mouton)  dont sont affublés ses habitants. Une réminiscence du duché de Brabant, lorsque les Lierrois préférèrent bénéficier d’un marché permanent plutôt que de voir éclore dans leurs murs une nouvelle université.

Aujourd’hui, une autre forme d’université a pris place dans la région, et des visiteurs très particuliers venus du monde entier – Russie, Etats-Unis, Afrique du Sud, Japon, Chine…- découvrent sur la carte de Belgique cette ville de 30.000 habitants, avant de rejoindre son zoning industriel et une longue façade grise dont les vitres permettent d’apercevoir l’objet de leurs convoitises. A côté d’un scorpion jaune en référence au signe astrologique du créateur de la marque, un panneau rouge surplombe l’entrée : « Abarth works museum » !

Passée la porte, l’homme-orchestre du musée nous accueille avec un sourire jovial puis nous guide vers son bar pour préparer le café matinal : « je suis effectivement mécanicien de formation, mais aussi pilote, préparateur de voitures, gestionnaire du musée, guide et barman, confie Guy Moerenhout dans ce qu’il appelle le « garage language ». On voit des gens de partout et on s’adapte ».

Le hasard d’une rencontre à Savigny-les-Beaunes

Existe-t-il des signes prémonitoires ? Le gestionnaire des lieux est né en 1949, l’année où un certain Carlo Abarth, né Karl Abarth à Vienne le 15 novembre 1908, fonda à Turin la société Abarth & C. SpA. Pour Guy Moerenhout, le hasard se situe plutôt en Bourgogne et plus précisément au château de Savigny-les-Beaunes :

« Michel Pont, viticulteur mais aussi collectionneur encore plus fou que moi, y a rassemblé 350 motos, une centaine d’avions de chasse, des camions de pompier et une quarantaine d’Abarth, après avoir été lui-même pilote de ces voitures. Après avoir acquis une Abarth, je l’ai appelé dans les années nonante et il m’a demandé de lui montrer le modèle qu’il a acheté. Au fil de nos rencontres, nous sommes devenus amis et j’ai commencé à restaurer ses voitures et à en acheter moi aussi. Et puis, en 1997, j’ai renoncé à préparer des Porsche et je me suis intéressé aux seuls produits Abarth. »

Pourquoi ce choix ?

« Abarth est bien sûr une marque exclusive mais j’ai aimé le côté mécano de ce préparateur connu d’abord pour ses pots d’échappement. On l’a oublié mais Abarth a travaillé avec beaucoup de marques en plus de Cisitalia : Alfa Romeo, Renault, Ferrari, Porsche, Simca et Fiat. Et puis, comme on le sait, il n’était pas qu’un vendeur de voitures à son nom et proposait des kits pour transformer une Fiat 500 ou 600, offrant l’occasion à de nombreux amateurs de se faire plaisir à travers un hobby pas nécessairement coûteux. Ensuite, Carlo Abarth a construit ses propres voitures et développé des moteurs mais souvent en partant d’un modèle de série : une Fiat 500 qu’il déshabillait pour la réaménager avec ses carrosserie et moteurs. »

Que différencient les Abarth des autres modèles sportifs ?

« Cet ancien pilote moto – il a conduit des side-cars FN- avait le souci permanent de la légèreté et il a été le premier à utiliser le magnésium, l’aluminium et le polyester, ou à forer des boulons pour gagner du poids. »

Un Abarth works museum sur 3.000 m2

En 2007, Guy Moerenhout s’installe dans les hangars qu’il occupe toujours aujourd’hui, un aménagement rendu possible grâce à l’aide de sa seconde épouse et de sa belle-famille occupant juste à côté les bâtiments de la société internationale d’outillage Power Plus. Après avoir parcouru le rez-de-chaussée et la mezzanine occupée par quelques dizaines de voitures exceptionnelles, la vraie dimension de la collection se cache derrière une porte a priori banale : on y balaye d’un coup d’œil plus de 200 voitures y sont réparties sur quelque 3.000 m2 d’un espace baptisé « Abarth Squadra Storica – Guy Moerenhout Racing » ! En font partie dans des finitions variables mais souvent en état de marche des séries de Fiat 124 Abarth, d’autres séries de Fiat Ritmo, de Coupés Fiat 2.3 LS ou de Lancia Delta Integrale, en plus de quelques bijoux dont la première Fiat Multipla à 7 places 1964 ou la Fiat Abarth Record Monza GT ayant appartenu au frère du Président Roosevelt.

« Je choisis mes voitures selon mes goûts personnels, commente notre guide. J’ai par exemple des Lada qui, on le sait, étaient des Fiat à l’origine.  Faut-il rappeler que les Lada étaient fabriquées avec de l’acier belge ou que les Moskvitch ont été assemblées à Anvers par Scaldia-Volga dont le nom évoquait Schelde (l’Escaut) ? Aux visiteurs, je montre aussi des Seat, des Zastava ou des Yugo qui furent liés à l’empire Fiat. Et qui se souvient que Simca a appartenu à Fiat jusque 1962, avant d’être vendu à Chrysler…que Fiat a racheté aujourd’hui ? »

Guy Moerenhout aime aussi évoquer les liens entre Abarth et la Belgique à travers des hommes – « Paul Frère, Pascal Ickx, Lucien Bianchi et Teddy Pilette ont couru pour Abarth » ou une voiture, à l’image de la Fiat 125 S que Paul Frère a fait préparer par Abarth et que notre confrère Philippe de Barsy a confiée aujourd’hui au musée.

Avec Guy Verhofstadt aux Legend Boucles

Et puis, si un certain nombre de voitures sont, à la demande de clients, en cours de restauration avec l’aide d’artisans dont un excellent carrossier – « pour bien restaurer, il faut être spécialiste d’une marque car chaque voiture a ses secrets » – beaucoup d’autres roulent dans des rallyes d’ancêtres aux mains de Guy Moerenhout ou d’autres pilotes : « j’ai notamment engagé une Fiat Ritmo Abarth aux « Legend Boucles » à Bastogne pour Guy Verhofstadt, un homme aussi passionné et méticuleux dans l’automobile qu’il ne l’est en politique. »

Après avoir piloté, toujours en rallye, des Fiat Abarth 130 et Uno Turbo, ou des Alfasud et GTV6, le prochain objectif de Guy Moerenhout est de retourner à Spa au volant d’une des fameuses Lancia Delta Integrale qui ont marqué le championnat du monde des rallyes.

Plus tard, qu’adviendra-t-il de ce musée ?

« Nous avons créé une ASBL et j’ai la chance que mes enfants et petits-enfants s’y intéressent. Comme son nom l’indique, nous travaillons dans ce musée qui n’est pas statique et où on peut approcher les voitures. Mon souhait est d’y accueillir une sorte d’académie de l’automobile pour y entretenir l’esprit des  courses d’autrefois et des voitures anciennes. A l’ère de l’électronique, les jeunes mécaniciens travaillent sur un computer et remplacent des pièces mais ils ne savent plus les réparer. Aux chercheurs, je propose aussi une bibliothèque ».

A l’heure de l’apéro, la visite se termine comme elle a commencé, au bar de ce musée pas comme les autres. Le propriétaire s’y sent comme un poisson dans l’eau, face à une bière artisanale et entouré de ses voitures, de quelques motos et même de peintures signées par une artiste chilienne que la magie des lieux  et le scorpion rouge ont inspiré.

Abarth Works Museum, Guy Moerenhout Racing : Industriestraat 1, 2500 Lier ; 03/449.00.16 ; guy@abarth-gmr.be; www.abarth-gmr.be; ouvert du lundi au samedi de 10 à 12h et de 14 à 18h (16h le samedi) ; visites guidées recommandées et sur réservation, accueil de groupes.

img_6786

img_6803

img_6839

img_6860

img_6874

img_6887

img_6847

img_6922

img_6915

Publicités

2 réflexions sur “A Lier, Guy Moerenhout anime un étonnant musée Abarth

  1. è certamente una grandissima gioia rivedere i gioielli dello scorpione. molti ho avuto il piacere di conoscere, provare, ma è sempre un’emozione unica, dopo aver vinto tantissimi titoli italiani con l’abarth, nel mio team centro Abarth roma/centro italia corse. grazie a coloro che continuano a far sognare gli appassionati della leggenda Abarth, esponendoli all’ammirazione della gente. grazie carlo Abarth per le tue magie nel tempo senza tempo. io ho avuto l’onore e il piacere di conoscerti insieme al tuo braccio dx renzo avidano.

    J'aime

  2. Deux Abarth de Guy Moerenhout à la Targa Florio
    La 101ème édition du légendaire rallye « Targa Florio », le plus ancien rallye automobile au monde, se tiendra en Sicile du 20 au 23 avril. Conçu, fondé et organisé par le magnat de Palerme Vincenzo Florio, dans le but de tester de manière pratique et précise des voitures de tourisme, cette course a été organisée de manières diverses depuis 1906. L’événement se compose aujourd’hui de trois compétitions organisées simultanément : le rallye « Targa Florio » le rallye « Historic Targa Florio » et la « Targa Florio Classic », une épreuve de régularité.
    Abarth et Alfa Romeo sont les deux partenaires principaux de l’édition 2017, sous l’égide de FCA Heritage, la division spécialisée dans la certification et la valorisation de l’histoire des marques de FCA ainsi que de la restauration de leurs modèles, à la demande des nombreux collectionneurs du monde entier.
    C’est ainsi que deux voitures belges, appartenant à la Collection Guy Moerenhout, célèbre pour son « Abarth Works Museum » installé à Lier, en région anversoise, participent à cette épreuve mythique.
    Il s’agit d’une Fiat Abarth 750GT Record Monza, à sa carrosserie Zagato reconnaissable entre mille, et d’une Fiat 124 Spider Abarth Rallye. La première sera pilotée par Guy Moerenhout en personne (avec Eric Van Bourgonie en tant que co-pilote), tandis que la seconde sera conduite par Eric Vlaisloir (accompagné d’Eric Vanderveken).
    Ces deux modèles historiques représentent les valeurs traditionnelles de pilotage et de compétition que l’on retrouve aujourd’hui avec fierté sur les modèles contemporains de la marque Abarth, à savoir les nouvelles Abarth 595 et Abarth 124 Spider.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s