L’Abarth 595 Competizione, joueuse et mélodieuse


abarth-595-competizione-3

Au moment où se termine le Salon de Bruxelles, une prise de contact de la Fiat Abarth 595 Competizione, juste pour le plaisir.

Il y a d’abord le look de cette puce hors du commun (180 chevaux tirés d’un moteur 1.4 turbo !) : à l’extérieur, ailes bombées, boucliers avant et arrière plus agressifs, phares au xénon, pneus taille basse, jantes noires de 17 ‘’ ajourées avec vue sur les gros freins (étriers à 4 pistons de série combinés à des disques perforés et ventilés) et mentions Abarth sur les flancs d’une carrosserie bicolore rouge et noire.

L’intérieur est à l’envi avec les hauts sièges Abarth de type baquet, le -très- gros volant en cuir, les finitions en métal, en alcantara ou en carbone, la planche de bord noir mat et, face au conducteur, le gros cadran qui, moyennant une pression sur le bouton sport, change de look, en harmonie avec un comportement plus dynamique (accélérations plus vives, augmentation du couple et raidissement de la direction plus précise).

Moteur ! Le bruit rauque en provenance des 4 sorties de l’échappement Record Monza est unique et confère à ce petit moteur 1.4 L T-Jet des allures de V8. On achèterait la 500 Abarth Competizione rien que pour lui ! Au point mort, il s’accompagne d’une légère vibration dans le volant, comme si la bête était prête à bondir.

Par respect pour la mécanique, on lui laisse le temps de monter en température avant de tenter un premier coup d’accélérateur qui affole le système anti-patinage sur une route humide. En mode sport, le moteur accepte de grimper jusqu’à 6.000 tr/min. On comprend que la « competizione » au rapport poids/puissance de 5,8 kg/ch (0 à 100 km/h en 6,7 sec) et associée en option à un autobloquant mécanique, est prête à glisser de partout. Malgré les assistances rassurantes, les lois de la physique ne sont pas sans limites et mieux vaut s’adonner à ce petit jeu sur un circuit fermé.

A un rythme plus sage, le couple de 250 Nm permet de conserver le 5e rapport au-dessus de 2.000 tr/mn. Conduite avec modération, cette sportive serait presque une 500 comme une autre, en dehors de son look agressif, d’une suspension logiquement ferme, de son bruit mécanique incomparable et d’une consommation flirtant aisément avec les 10 l/100 km et bien au-delà si on la sollicite de manière intensive.

Une 500 Abarth joueuse donc, proposée à un prix élevé dans l’absolu (à partir de 25.000 €) mais qui donne accès, comme son nom l’indique, à une vraie conduite sportive. A consommer avec modération.

595_competizione_2

A lire aussi: https://envoituresimone2.wordpress.com/2017/01/11/a-lier-guy-moerenhout-anime-un-etonnant-musee-abarth/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s