Spectacle garanti ce week-end aux 24 Heures de Spa


Des dizaines de milliers de paires d’yeux seront à nouveau tournées ce week-end vers le raidillon du circuit de Francorchamps pour un show qui s’annonce très animé entre les voitures de grand tourisme. (ph. ydp)

Une Ferrari pour la première fois en « pole position », cinq marques  différentes aux cinq premières places, 1,4 sec  d’écart dans le top 20 au terme des essais: le spectacle offert par les GT3 sera superbe ce samedi aux « 24 Heures de Spa »

C’était hier soir peu avant 20 h au pied du raidillon spadois: sur un circuit couvert mais épargné par la pluie, les 20 voitures les plus rapides s’élançaient l’une après l’autre pour deux tours afin de déterminer l’ordre de la « super pole ». Un exercice délicat  qui allait permettre au Britannique James Calado,  équipier de l’ex-pilote de Formule 1 Giancarlo Fisichella,  de créer la surprise dans les dernières minutes et d’imposer une Ferrari 488 en 2.17.390, le meilleur temps réalisé par une GT3 à Spa. Suivait à 57 millièmes de seconde (!) la Lamborghini de Bortolotti, le Belge Fred Vervisch (Audi) complétant ce premier podium. Ce trio précédait la Porsche de Laurens Vanthoor, l’Aston Martin de Johnny Adam et l’Audi de René Rast. Soit cinq marques différentes aux six premières places.

Une balance des performances très efficace

Comme le soulignait James Calado, la première  place aux essais n’a qu’une valeur très relative dans une course de 24 heures mais la hiérarchie extrêmement serrée témoigne de l’incontestable succès de la formule technique de ces GT3. Pour équilibrer les chances de voitures qui, dans leur version de série, n’ont parfois pas grand chose entre elles, le promoteur SRO (Stéphane Ratel Organisation) a mis au point un système de balance des performances.

Artificiel sans doute parce qu’il ne reflète pas les possibilités réelles des voitures et donc des constructeurs, il est diablement efficace pour assurer le spectacle en sport automobile. De quoi garantir dès ce samedi à 16h30 (un décalage horaire destiné à assurer la couverture télévisée dimanche après-midi malgré la concurrence du  Grand Prix de Hongrie) une furieuse bataille de 24 heures avec une vingtaine de candidats à la victoire.

Sachant que, dans ce contexte, les dépassements sont très difficiles, le vainqueur sera sans doute l’équipage qui évitera toute erreur en piste (ou pénalité des commissaires sportifs), saura se montrer patient au besoin et gérera au mieux les pneus, les arrêts au stand…et la météo spadoise qui pourrait être capricieuse.

Et bien malin pourrait prédire quelle marque s’imposera. Si depuis le passage à la catégorie GT3 en 2011, Audi s’est imposé trois fois, BMW à deux reprises en Mercedes une fois en 2013, les chances de Porsche, Bentley ou même Ferrari sont au moins aussi grandes.

Le Top 20 des essais des 24 Heures de Spa:

1. Fisichella-Cioci-Calado (Ita-Ita-GB –Ferrari 488 GT3 n°55 Kaspersky) en 2 :17.390

2. Bortolotti-Engelhart-Vautier (Ita-All-Ita-Lamborghini Huracan GT3 n°63 GRT) à 0’057

3. de Phillippi-Vervisch-Mies (USA-Bel-All-Audi R8 LMS n°2 WRT) à 0’240

4. Estre-Christensen-L.Vanthoor (Fra-Dan-Bel-Porsche 911 GT3-R n°117 KÜS Team75 Bernhard) à 0’284

5. Garcia-Müller-Rast (Esp-Sui-All-Audi R8 LMS n°1 WRT) à 0’336

6. Eriksson-Buhk-Perera (Sue-All-Fra-Mercedes AMG-GT3 n°84 HTP) à 0’469

7. Al Harthy-Yoluc-Adam-Hankey (Oma-Tur-GB-GB-Aston Martin V12 Vantage GT3 n°97 TF Sport, 1er en Pro-Am) à 0’284

8. Frey-Ortelli-Costa (Sui-MCO-Esp-Jaguar G3 n°14 Emil Frey) à 0’622

9. Albuquerque-Schmid-Salaquarda (Por-Aut-Tch-Audi R8 LMS n°75 ISR) à 0’657

10. Ordoñez-Buncombe-Chiyo (Esp-GB-Jap-Nissan GT-R GT3 n°23 RJN) à 0’694

11. Eng-Martin-Sims (Aut-Bel-GB-BMW M6 GT3 n°99 ROWE) à 0’737

12. Kaffer-Stippler-Van der Linde (All-All-SA-Audi R8 LMS n°76 ISR) à 0’774

13. Meadows-Marciello-Mortara (GB-Ita-Ita-Mercedes-AMG GT3 n°90 AKKA-ASP) à 0’908

14. Soulet-Soucek-Abril (Bel-Esp-MCO-Bentley Continental GT3 n°8 M-Sport) à 0’913

15. Lathouras-Pier Guidi-Rugolo (Tha-Ita-Ita-Ferrari 488 GT3 n°50 AF Corse) à 0’940

16. Jöns-Verdonck-Pepper (All-Bel-SA-Bentley Continetal GT3 n°9 ABT) à 0’943

17. Smith-Jarvis-Kane (GB-GB-GB-Bentley Continental GT3 n°7 M-Sport) à 0’957

18. Leonard-Green-Dennis (GB-GB-GB-Audi R8 LMS n°17 WRT) à 1’024

 

L’équipage victorieux: Haase-Gounon-Winkelhock (All-Fra-All-Audi R8 LMS n°25 Saintéloc Racing)

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Spectacle garanti ce week-end aux 24 Heures de Spa

  1. QUATRIEME VICTOIRE POUR AUDI, MAXIME SOULET DEUXIEME SUR BENTLEY

    Après 2011, 2012 et 2014, Audi a signé sa quatrième victoire aux 24 Heures de Spa. L’équipage formé de Christopher Hasse, Markus Winkelhock et Jules Gounon a couvert 546 t. (7004 km) au volant de la R8 LMS du team français Sainteloc.

    La deuxième place revient à la Bentley #8 Team M-Sport, pilotée notamment par le Bruxellois Maxime Soulet, qui avait laissé échapper la victoire lors de la précédente édition. La Mercedes #90 Akka ASP complète le trio, l’équipe française signant ainsi son deuxième podium consécutif à Spa. Mercedes-AMG remporte la catégorie Pro-Am après la belle performance de la Black Falcon # 16 alors que la Ferrari # 888 Kessel Racing a mené presque toute la course pour s’imposer en catégorie Am. L’équipe belge Speedlover est victorieuse en Groupe National avec sa Porsche # 991.

    Avec 63 voitures au départ et pas moins de 36 directement en compétition pour la victoire, les « Total 24 Hours of Spa » proposaient cette année un des plus importants plateaux de l’histoire de la classique d’endurance belge. Les qualifications laissaient déjà entrevoir une grosse bagarre et c’est que la course a confirmé.
    Après avoir lâché le peloton au terme du tour de formation, l’ancien pilote de Formule 1, Giancarlo Fisichella, a fait bon usage de sa pole position pour prendre les commandes au volant de la Ferrari # 55 Kaspersky Motorsport devant son compatriote Mirko Bortolotti sur la Lamborghini # 63 GRT Grasser Racing Team et Kévin Estre sur la Porsche # 117 KÜS Team75 Bernhard.
    Alors que la Ferrari et la Lamborghini s’illustraient aux avant-postes durant les premières heures de course, lors de la deuxième heure, le premier d’une série de plusieurs Full Course Yellow est apparu et une longue intervention de la voiture de sécurité s’en est suivie après le spectaculaire accident du pilote thaïlandais Pasin Lathouras, celui-ci ayant perdu le contrôle de sa Ferrari # 50 AF Corse au sommet du Raidillon.
    Plusieurs équipes ont utilisé la neutralisation pour passer par les stands selon différentes stratégies d’arrêts, ce qui a occasionné de nombreux changements de positions dans le peloton. Pendant ce temps, le Directeur de Course et les Commissaires Sportifs sont restés attentifs aux comportements des pilotes et ont infligé à plusieurs reprises des pénalités, en particulier pour le non respect des limites de la piste.

    Ferrari en tête après 6 heures, pluie la nuit

    Les premiers points ont été distribués après six heures de course. A ce moment, la Ferrari #55 Kaspersky Motorsport était en tête devant la Lamborghini #63 GRT Grasser Racing Team et la Mercedes #84 Mercedes-AMG Team HTP Motorsport. Pas moins de 16 voitures étaient toujours dans le même tour au terme du premier quart de la course. Peu après la marque des six heures, le pilote suédois Jimmy Eriksson est sorti de la piste au volant de la Mercedes # 84 Mercedes-AMG Team HTP Motorsport dans le Raidillon.

    Jusqu’à minuit, les températures se sont maintenues au dessus de 20°C, ce qui a permis aux milliers de spectateurs de profiter de toutes les animations. Pendant la nuit, les averses de pluie que beaucoup attendaient sont arrivées pour pimenter encore un peu plus les choses, tout en compliquant la vie des pilotes. La plupart des pilotes ont opté pour les pneus Pirelli pluie, mais certains ont pris le pari de garder leurs slicks. Il y a également eu plusieurs incidents, dont un accrochage entre deux Mercedes, la voiture # 00 Good Smile Racing & Team UKYO et la Mercedes # 18 Black Falcon. Plus tôt, la Mercedes-AMG AKKA # 88 avait déjà du abandonner après un accident.

    Lamborghini domine à la mi-course

    À mi-course, des points ont à nouveau été attribués et cette fois, c’est l’équipe de la Lamborghini # 63 GRT Grasser Racing qui a fait carton plein devant la Mercedes HTP Motorsport # 85 et la Ferrari # 55 Kaspersky Motorsport. Durant la 14ème heure, la Lamborghini # 77 Barwell Motorsport et la Ferrari # 11 Kessel Racing se sont percutées au virage de Stavelot, après quoi la Lamborghini a pris feu. Son pilote, Adrien Amstutz, a été conduit à l’hôpital de Liège où il a été diagnostiqué des brûlures au deuxième degré et une côte cassée. Le pilote de la Ferrari, Matteo Cressoni, a été transféré à l’hôpital de Verviers pour un check-up.

    Abandons de la Ferrari Kaspersky et de la Lamborghini du Grassser Racing

    Un peu plus tard, l’équipe Kaspersky Motorsport qui avait mené la course pendant de nombreuses heures a vu ses espoirs d’une éventuelle victoire s’envoler quand Marco Cioci est sorti dans le Raidillon, en raison d’une direction endommagée, résultat du contact avec la Mercedes # 90 Akka ASP à La Source. Environ deux heures plus tard, l’autre GT italienne qui avait longtemps brillé, la Lamborghini # 63 GRT Grasser Racing, a du abandonner quand que Christian Engelhart est sorti aux Combes sur problèmes de freins.

    L’Audi Sainteloc émerge

    La bagarre pour la tête est alors devenue une affaire 100% allemande avec la Porsche, plusieurs Audi, la BMW # 98 ROWE Racing et de nombreuses Mercedes-AMG, alors que la Bentley #8 Team M-Sport défendait les couleurs britanniques. Des problèmes de suspension ont ensuite mis fin aux ambitions de l’équipe ROWE Racing de signer une deuxième victoire d’affilée après le succès de 2016.

    Dans l’après-midi, l’Audi Saintéloc est apparue comme la principale candidate à la victoire et, comme la Porsche # 117 KÜS Team75 Bernhard avait effectué son dernier pit-stop au 527ème tour, c’est au pilote allemand Christopher Haase, qui avait déjà ravitaillé six tours plus tôt qu’est revenu l’avantage de faire franchir la ligne d’arrivée à l’Audi en premier. Ce qu’il a fait après 546 tours, marquant ainsi la première victoire de Saintéloc sur une course de 24 heures en tant qu’équipe Audi Sport.
    La Bentley #8 de Maxime Soulet est arrivée en deuxième position à 11 sec 8 !!) devant la Mercedes # 90 Akka ASP. La Porsche #117 KÜS Team75 Bernhard se classe quatrième, faisant de Laurens Vanthoor le deuxième meilleur pilote belge au classement général.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s