Range Rover Evoque Convertible, SUV cabrio « toutes saisons »


Imaginer un cabriolet  « toutes saisons » sur base d’un SUV, voilà une idée a priori saugrenue. Le choix de Land Rover à travers l’Evoque Convertible séduira une certaine clientèle en quête d’exotisme.

C’est un souvenir datant d’avant la disparition regrettable de la marque suédoise atypique : quitter les hauteurs enneigées de Saint-Moritz au volant d’une Saab cabriolet, alors que la température extérieure se situait autour de 0°. L’occasion d’exploiter avec un brin de provocation toutes les facultés de réchauffement d’un modèle conçu pour les pays nordiques.

Land Rover fait plus fort aujourd’hui : offrir la possibilité de rouler en tout terrain et de franchir des zones boueuses ou enneigées au grand air… en essayant de ne pas trop éclabousser l’habitacle ou les passagers privés d’un toit protecteur. Il n’est pas sûr que les futurs propriétaires de la Range Rover Evoque Convertible seront nombreux à utiliser leur 4X4 dans cette configuration et à manipuler les réglages du « terrain response » cheveux au vent. Mais au moins en auront-ils la possibilité et rien que cette perspective a de quoi réjouir quelques « jets setters » de Courchevel, Megève, Gstaad ou du Zoute à la recherche d’émotions ou juste désireux d’impressionner leurs congénères.

Un poids supplémentaire de près de 300 kg

Autant l’avouer : je n’ai pas testé l’Evoque sur ce terrain-là pas plus que dans une station de sports d’hiver, me contentant d’une balade beaucoup plus classique sous une température de quelque 10 à 12°. Au menu, après quelques dizaines de kilomètres sur autoroute, des petites routes du Condroz et le passage de la Meuse à Huy avant de rejoindre la vallée de l’Amblève puis la région spadoise. L’occasion de découvrir, par une fraîche journée de printemps et dans la position haute qui tient à un SUV, les possibilités de ce cabrio hors normes et esthétiquement réussi. Non sans avoir au préalable actionné la commande électrique de la capote souple (ouverture en 18 secondes et utilisable jusqu’à 48 km/h).

Un pare-brise fortement incliné

Mais encore ? Quitte à alourdir le coupé de quelque 300 kg pour approcher un poids total de 2 tonnes, les ingénieurs ont renforcé efficacement les structures pour pallier l’absence de toit rigide. Dans la foulée, la forte inclinaison du pare-brise limite les vents coulis et accentue le côté cocooning de l’habitacle et la protection des passagers avant, les sièges et volant chauffants et le filet anti-remous complétant le travail.  Même à 120 km/h sur autoroute, la conduite au grand air est acceptable et, sous un ciel gris, l’Evoque reste un cabriolet plaisir et au confort d’un très beau niveau, sauf au passage des arêtes du revêtement.

Un coffre limité à 251 litres

Au prix de quelles concessions ? La capacité du coffre d’abord : si elle est invariable quelle que soit la position de la capote, les 251 litres ne seront pas de trop en voyage, surtout si les 4 places (au lieu de 5 sur le coupé) sont occupées. Et puis, eu égard au poids, le dynamisme de la voiture est quelque peu altéré, même sur la version TD4 180 ch HSE essayée et associée à une boîte automatique à 9 vitesses (couple de 430 Nm). Le recours aux palettes de la boîte de vitesses sur le volant, voire au mode de conduite sport, seront parfois utiles.

A un rythme relativement paisible et propre à la conduite d’un cabriolet, la consommation n’a pas dépassé 7,7 l/100 km, malgré la transmission permanente à 4 roues motrices.

Un complément de quelque 7.000 € minimum

Bien sûr, cette sophistication a un prix avec un supplément de quelque 7.000 € par rapport au coupé à boîte de vitesse manuelle.  Pas de quoi refroidir la clientèle visée qui devra consentir un investissement minimum de 52.700 € (SE dynamic 2.0 TDA diesel automatique, 150 ch), voire 62.000 € pour la version HSE dynamic de 180 ch. Avant de picorer dans la longue liste des options.

 

 

Une réflexion sur “Range Rover Evoque Convertible, SUV cabrio « toutes saisons »

  1. Philippe Casse

    Chère Simone,
    Rouler en cabriolet pour autant que l’on ne roule le plus souvent que seul ou à deux dans une auto est un plaisir que beaucoup ne connaissent pas et qui recèle plein d’avantages auxquels on ne pense pas a priori.
    Le premier est que l’air est moins pollué hors de la voiture que dedans et l’expérience montre qu’on le sent ! Traverser un bois de sapins puis la campagne puis un champ de colza et enfin un bois d’eucalyptus donne en direct tous ces parfums subtils et délicats.
    Le second est qu’en hiver, il y fait généralement plus chaud que dans une voiture fermée à toit en tôle.
    Un troisième est que la montée à bord d’une personne handicapée voire simplement peu souple peut être grandement facilitée par l’ouverture du toit pendant quelques secondes maintenant que la quasi totalité des capotes sont à commande électrique.
    Un quatrième, peu courant certes mais bienvenu quand le besoin se fait sentir : on peut y charger verticalement des colis d’Ikea par exemple qui sont trop long pour être emportés dans un break ou une berline même une où la banquette arrière se replie. Et ici on regrette les cabriolets qui disposaient d’un arceau comme par exemple les Golf 1 et 3. Stupidement jugé inesthétique, il a été supprimé alors qu’une fois installé au volant, non seulement on ne le voyait pas mais on pouvait y attacher un volet anti retour de vent vraiment efficace et plus encore, il contribuait plus efficacement et avec moins de surpoids à la rigidité de la caisse que les renforcements de la plateforme.
    Et enfin, dans nos pays, le soleil ne « tape » heureusement pas aussi fort que dans les pays du sud ce qui rend si agréable la conduite découverte dès qu’il ne pleut pas. C’est sans doute la raison pour laquelle les deux pays d’Europe où la proportion de cabriolet est la plus élevée sont la Grande Bretagne et la Suède !
    A bientôt et avec mes amitiés dans l’attente de vos prochaines chroniques Chère Simone.
    Philippe Casse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s