Diesel : Audi persiste et signe à travers la grande S6 Avant


D.R.

Le moteur Diesel a moins la cote en Europe mais Audi le privilégie toujours pour ses grandes routières haut de gamme dont la S6 Avant TDI assistée par un compresseur électrique et une hybridation légère. Un break idéal pour les autoroutes allemandes.

C’est une technique pas trop répandue mais diablement efficace : booster un moteur Turbo Diesel en lui adjoignant un compresseur électrique. L’atout majeur est d’offrir de meilleures reprises à très bas régime sans devoir attendre le temps de réaction du turbo. De quoi favoriser sur la route un rythme soutenu tout en bénéficiant de la souplesse d’un moteur TDI.

Sur la S6, Audi a ajouté une micro-hybridation légère qui alimente aussi le compresseur électrique et permet, en phase de ralentissement, de récupérer l’énergie cinétique. En additionnant le potentiel du V6 Diesel et ces technologies, la puissance grimpe à 349 ch pour une consommation normalisée avec le break de 6,5 l aux 100 km et des rejets de C02 de 171 gr/km. A l’heure où les normes européennes de pollution sont de plus en plus strictes, ces chiffres officiels d’homologation sont évidemment bienvenus eu égard aux performances. Ils expliquent aussi pourquoi Audi a eu recours à cette technologie en Europe pour les S6 et S7 alors que les autres grands marchés mondiaux (Asie, Moyen Orient, Etats Unis) sont alimentés par un V8 essence de 450 ch plus traditionnel à ce niveau.

Quatre roues directrices et transmission quattro

Et que doit en penser le conducteur ? En référence à des mécaniques à essence plus pointues, les amateurs de conduite très sportives feront peut-être la fine bouche mais la grande majorité des utilisateurs se satisferont largement de la une conduite sophistiquée, dynamique et néanmoins très confortable de la S6.

Ce grand break bénéficie de 4 roues directrices limitant le rayon de braquage à faible vitesse et améliorant la stabilité à un rythme élevé. Pour faire passer la puissance tout en maintenant un comportement neutre, la boîte tiptronic à 8 rapports est associée à une transmission quattro répartissant le couple avant et arrière dans une proportion de 40/60 en conduite normale.

Deux tonnes quand même à freiner

Si l’amortissement sport adaptatif et réglable inspire davantage la conduite d’une GT que celle d’une vraie sportive, l’agilité est difficilement prise en défaut. Et comme souvent avec ce type de voiture au confort très soft et isolée du monde extérieur, la masse de quelque 2 tonnes ne se rappelle au bon (?) souvenir que lors de freinages appuyés, par exemple à l’approche d’un rond- point. Au point de rendre la conduite peu agréable si on exploite trop fréquemment le compresseur électrique avant de devoir ralentir brutalement un peu plus loin. Un freinage en carbone et céramique fait partie des options.

Une avaleuse de longs périples autoroutiers

Avec l’Audi S6, on est d’abord au volant d’une très grande routière adaptée à de longs périples ininterrompus grâce à un réservoir de 72 litres. Les portions d’autoroutes allemandes sans limitation de vitesse sont clairement son terrain de prédilection. C’est là que le confort, les reprises, les 4 roues directrices et le système quattro se feront le mieux apprécier au service d’une conduite dynamique.  A 120 km/h en revanche, il n’est pas sûr que toute cette technologie soit indispensable…

Quelle consommation faut-il prévoir eu égard aux performances proposées ? A un rythme régulier et soutenu sur autoroute, un peu moins de 8l/100 km suffiront, mais en exploitant ailleurs toutes les possibilités de la mécanique, 13 l ou plus seront aisément engloutis.

Voilà donc un break spacieux bien connu mais particulier quand même, tout en conservant les caractéristiques de la marque relatifs à la qualité des matériaux, à la finition et… au prix. L’Audi S6 Avant TDI  se négocie ainsi à partir de 80.300 €. Sans atteindre obligatoirement le budget du modèle essayé (111.457 €), quelques options seront en outre bienvenues.

D.R.

BREVES

 Un compresseur électrique pour une réponse immédiate

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 250 millisecondes suffisent au compresseur électrique pour répondre à une demande du conducteur. Il fournit alors jusqu’à 7 kW de puissance supplémentaire et peut tourner à un régime de 70.000 tr/mn.

Agissant sur le moteur jusqu’à un régime de 1.650 tr/m, il permet donc une double suralimentation en assistant le turbocompresseur lorsque le régime est trop faible, par exemple au démarrage ou lors d’accélérations à des rotations trop basses. Ce système permet aux nouveaux modèles de la gamme S de bénéficier d’un couple constant de 700 Nm entre 2.500 et 3.100 tr/m.

Et si un besoin d’accélération brutale se fait sentir, un peu plus de 5 secondes suffisent pour passer de 0 à 100 km/h. A titre informatif, la vitesse maximale est limitée électroniquement à 250 km/h.

Jusqu’à 40 secondes en roue libre

A l’inverse, pour améliorer l’efficience énergétique, l’Audi S6 est équipée d’une hybridation légère de 48 volts comprenant un alterno-démarreur et une batterie lithium-ion de 10 Ah. Elle permet de récupérer jusqu’à 8 kW de puissance lors des décélérations et les stocker dans la batterie, l’alterno-démarreur réactivant automatiquement le moteur à chaque accélération.

Lorsque la vitesse est inférieure à 22 km/h, le moteur peut être coupé et la progression se faire en roue libre jusqu’à 40 secondes, avec un gain de consommation de 0,4 l/100 km.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s