Le Château Perrier à Epernay transformé en Musée du Champagne

Un somptueux hôtel particulier du XIXe siècle situé au coeur d’ Epernay a été transformé pour accueillir depuis cet été le Musée du Champagne et de l’archéologie régionale.

C’est l’histoire d’un château lié au destin particulier de la ville d’Epernay, dans la Marne, mais construit parmi des dizaines de milliers d’autres dans un pays que l’on associe souvent à un immense musée, tant la France regorge de demeures historiques affublées de ce titre -on en compterait 45.000-. Celui-ci est l’ancienne demeure de Charles Perrier, fils de Pierre-Nicolas Perrier (fabricant de bouchons) et d’Adèle Jouët, fondateurs de la maison de Champagne Perrier-Jouët peu après leur mariage en 1811.Entre 1852 et 1857, Charles Perrier, devenu propriétaire des lieux et par ailleurs maire d’Epernay, fit édifier un somptueux hôtel particulier dérivé du style Louis XIII et des palais royaux parisiens : l’architecte local Pierre Eugène Cordier a ainsi imaginé quatre façades différentes et inspirées par les Palais du Luxembourg ou des Tuileries, ou l’aile Lescot du Palais du Louvre. Les décors extérieurs jouent sur les couleurs des matériaux- briques, pierres blanches, ardoises et verres- et les aménagements intérieurs, dont les parquets en marqueterie, ont été confiés à des artisans parisiens ayant œuvré à l’Opera Garnier ou à l’Hôtel de Ville. C’est en quelque sorte le premier témoignage de l’architecture éclectique en province. Symbole de son côté ostentatoire, un des premiers ascenseurs privatifs de France y fut installé en 1877 pour conduire les invités au fumoir aménagé dans les combles.

Les caves étaient reliées à la voie de chemin de fer Paris-Strasbourg

Cet édifice dont l’architecture spectaculaire lui valut le titre de château – c’était le plus haut bâtiment de la ville d’Epernay- est plus alors que l’hôtel particulier d’un riche Champenois. C’est un lieu de réception, de travail, d’élaboration, de stockage et de négoce du champagne à l’échelle mondiale. Pour faciliter les échanges commerciaux, les immenses caves construites sous le bâtiment sont mêmes reliées directement à la nouvelle voie de chemin de fer Paris-Strasbourg inaugurée en 1849 par Louis-Napoléon Bonaparte.

Comme souvent, cet emblème de la transmission de la civilisation du vin de Champagne connut des fortunes diverses et les affres du temps : hôpital pendant la première guerre mondiale, lieu d’occupation de la Royal Air Force puis de l’armée allemande et enfin des forces américaines dans les années 40. Racheté par la ville d’Epernay à ses propriétaires qui avaient quitté, la Champagne, il accueillera ensuite divers musées avant d’être fermé au public pour des raisons de sécurité en 1998.

Le projet UNESCO

 Il faudra attendre 2011 pour que naisse l’idée de l’actuel musée du vin de Champagne et d’Archéologie régionale dont l’histoire évoque le sol crayeux exploité par les premiers agriculteurs du Néolithique jusqu’aux viticulteurs champenois. « A l’époque, rappelle Laure Ménétrier, Conservatrice et Directrice du Musée, Epernay voulait regrouper ses différents musées et sa bibliothèque dans un seul lieu et il existait différentes options dont la construction d’un nouveau bâtiment contemporain. Par ailleurs, la ville était candidate à la reconnaissance au patrimoine mondial de l’UNESCO et dans cette optique, le parallèle entre contenant -une ancienne maison de négociants en champagne- et le contenu -un musée du champagne- à travers un projet respectant l’esprit de 1870 a séduit la municipalité et ses partenaires, tout comme la situation avenue de Champagne. L’objectif était de conserver la valeur historique de l’ancien château et d’y intégrer la valeur d’usage, ce qui a nécessité d’importants travaux dans un immeuble classé à l’extérieur et à l’intérieur (escalier, parquets, grisailles…). Ainsi, la partie est du bâtiment a été métamorphosée pour y placer un escalier servant tous les étages -l’escalier d’honneur historique se limite au premier- et un ascenseur. Le challenge était de permettre une visite cohérente, objectif presqu’atteint moyennent l’une ou l’autre concession due à l’architecture d‘un musée installé dans deux pôles distincts mais complémentaires« .

Trente mille feuilles d’or

Validé en 2014, le projet scientifique et culturel donne lieu à d’importants travaux de réhabilitation (24 millions d’euros HT) confiés au cabinet d’architectes Frenak + Jullien en 2016 et lancés en 2018 avec 65 entreprises. Outre la réhabilitation complète du bâtiment – dont 30.000 feuilles d’or nécessaires pour la restauration des décors du grand salon- et un nouvel agencement des espaces, les concepteurs du musée optent pour une scénographie épurée et une atmosphère paisible- couleurs pastel-, préservant la valeur historique de ce château.

Inauguré peu avant l’été dernier, ce musée offre un passage en revue très complet de l’histoire du vin de Champagne du point de vue technique, historique et social, ainsi que de l’implantation des hommes et de la manière dont ils ont exploité les richesses naturelles du territoire. Ce parcours sera complété avec bonheur par la visite de « Pressoria », le centre d’interprétation sensorielle des vins de Champagne faisant appel à nos cinq sens dans un ancien centre de pressurage transformé dans un style contemporain.

Entretemps, l’Avenue de Champagne à Epernay, dont les prestigieuses maisons abritent plus de 200 millions de bouteilles réparties dans 110 km de caves a été inscrite depuis juillet 2015 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO “Coteaux, Maisons et Caves de Champagne , dans la catégorie “Paysage culturel évolutif vivant”.

Infos pratiques: Château Perrier, Musée du Vin de Champagne et d’Archéologie régionale,13 avenue de Champagne – 51200 Epernay; +33 (0)3 26 55 03 56; http://www.archeochampagne.epernay.fr

Un escalier emblématique

Le musée du Champagne a préservé la décoration de l’ancien Château Perrier, célèbre maison de négoce du XIXe siècle. (reportage photo yves de partz)

Un week-end par an en décembre, la ville d’Epernay revêt ses « Habits de lumière » dans la prestigieuse avenue de Champagne dont tous les hôtels particuliers accueillent des maping vidéos et des bars à champagne; Un spectacle à vivre aussi de haut grâce au ballon captif montant à 150n m. d’altitude.

Epernay en Habits de lumière

Vue aérienne depuis le ballon captif.

o

o

L’Instant Terroir

o

Restaurant bistronomique aménagé à Pressoria, L’Instant Terroir poursuit le voyage sensoriel au coeur du champagne et propose une cuisine créative dans une ambiance chaleureuse et contemporaine tout en restant connecté par les baies vitrées et un jeu de miroirs aux coteaux historiques d’ Aÿ-Champagne.
Plaisir au premier regard

Saveurs du palais au pied des côteaux

Second cépage champenois à peau noire et vigoureux, la grappe du meunier est plus compacte que celle du pinot noir. Dans les assemblages, le meunier apporte du fruité et de la souplesse. Seul ou avec le pinot noir, il permet l’élaboration de blancs de noirs.
.

Le Clos Saint Vincent à Mesnil- sur- Oger a aménagé un jardin des arômes

.

Cépage champenois à peau blanche, le chardonnay est plus précoce que les autres et est sensible aux gelées printanières. Sur les terres blanches davantage marquées par la craie, se singularise par sa minéralité avec des arômes aux notes florales et d’agrumes. Seul, il permet l’élaboration de blancs de blancs

Premier cépage en Champagne avec un peu plus de 13.000 hectares, le pinot noir produit des grains de couleur noire et la chair est blanche. Les vins issus de ce raisin sont empreints de puissance et de corps, ils expriment des notes de fruits rouges. Le pinot noir est souvent intégré dans l’assemblage pour sa structure. Seul, il permet l’élaboration d’un champagne blanc de noirs.

Hautvillers, berceau du champagne

Là où tout a commencé

Fondé en 658, Hautvillers doit sa notoriété, depuis le 18e siècle, au moine bénédictin de l’Abbaye Saint-Pierre, Dom Perignon, travailleur passionné et observateur minutieux, qui a découvert l’assemblage du champagne et la maîtrise de la fermentation. Depuis 1715, il repose au coeur de la nef de l’église abbatiale sous une dalle de marbre noir. L’Abbaye en revanche a été racheté par Moet et Chandon qui y reçoit ses meilleurs clients.

o

Le père spirituel du champagne

« Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets » (Salvador Dali)

Joyeux Noël et et pétillantes fêtes de fin d’année!

Le Mémorial de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises va fêter trois anniversaires en 2020

Le Mémorial de Gaulle est à nouveau ouvert depuis le 8 juin.( Ph D.R.)

Cinquante ans après sa mort et 80 ans après l’appel du 18 juin 1940 célébré ce jeudi, le Général de Gaulle reste une référence historique, en France et en Europe. Colombey-les-deux-Eglises, son refuge de Haute-Marne où il est mort et enterré, va le célébrer d’ici à la fin de l’année.

Lire la suite

Lingotto, la nouvelle image de Fiat et de Turin

Sur le toit du Lingotto, toutes les Fiat sortant de l’usine de montage étaient testées sur une piste qui a été conservée. (Reportage photo ydp)

L’ancienne usine phare de Fiat a été transformée en un centre multifonctionnel, sans perdre l’âme d’un bâtiment que Le Corbusier avait défini comme « l’un des spectacles les plus impressionnants fournis par l’industrie ». Balade récente sur la rive gauche du Pô, le long de via Nizza.

Lire la suite

Robert Doisneau, un photographe qui reste à découvrir

Juliette Binoche au Pont Neuf (1991). Copyright Atelier Robert Doisneau.

Avec 450.000 clichés en réserve, la photothèque de Robert Doisneau est inépuisable. Visite d’une belle expo à Dinard (Bretagne) et rencontre avec sa petite-fille, Clémentine Deroudille.

Lire la suite

Une « première » : 60 motos anciennes vendues aux enchères dimanche à Bruxelles

Ce side-car Guzzi Falcone Sport 500 cc est une perle rare aux yeux des experts (38.000 à 40.000 €).

La passion de la moto ancienne reste vivace chez nous mais pour acquérir l’objet de ses rêves, il fallait souvent se rendre à l’étranger. Ce dimanche 22 avril, Millon Belgique vendra plus de 60 ancêtres aux enchères lors du Brussels Moto Retro.

Lire la suite

Plus d’un demi-million de visiteurs au Salon de Bruxelles


Succès populaire pour le Salon de Bruxelles, en attendant l’impact sur les ventes de voitures (ph. ydp)

Selon les organisateurs de la Fébiac, quelque 540.000  ont visité le Salon de l’auto à Bruxelles qui a fermé ses portes dimanche soir.

Lire la suite

Immuable Salon de l’auto à Bruxelles !

Le retour de la belle Alpine A110 parmi les modèles exclusifs du Salon de Bruxelles (Photos ydp)

C’est un rite incontournable pour le monde belge de l’automobile : tout est prêtpour accueillir du 12 au 21 janvier la 96e édition du Brussels Motor Show. Bref rappel et photos d’ambiance.

Lire la suite

Le Salon de l’auto, tribune pour un autre usage de l’automobile

Le développement des transports en commun reste prioritaire pour améliorer la mobilité urbaine.

C’est un classique du mois de janvier : la période du Salon de l’auto offre aussi une tribune à tous ceux qui, à des titres divers, prônent un autre usage de l’automobile, voire sa suppression partielle.

Lire la suite

Bruxelles soigne son show et s’ouvre à la mobilité

C’est un phénomène devenu rare, si non unique, pour un petit pays: organiser un Salon automobile annuel. La Fébiac (fédération automobile) garde le cap grâce à beaucoup d’animations  et parvient même à entrouvrir la porte à une nouvelle mobilité.

Lire la suite

La mobilité ne figure pas- encore- au programme du Salon de Bruxelles

A partir de la mi-janvier, Brussels Expo accueillera le Salon de Bruxelles, son plus gros événement annuel (ph. ydp)
A partir de la mi-janvier, Brussels Expo accueillera le Salon de Bruxelles, son plus gros événement annuel (ph. ydp)

Si Bruxelles conserve avec brio et originalité son Salon automobile annuel – le 95e  du nom aura lieu du 14  au 22 janvier 2017-, il n’y a toujours pas d’espace prévu pour la mobilité du futur.

Lire la suite